Archives par mot-clé : forêt

Louer une cabane au fond des bois : une fausse bonne idée

« Les choses se sont succédées dans l’ordre suivant : d’abord les forêts, puis les cabanes, les villages, les cités et enfin les académies savantes » (Vico, cité par Harrison, 1992, p.31)

Dominique Bachelard (2012) propose la définition suivante des cabanes.

« Les cabanes sont des formes d’habitat humbles, d’abri pour vivre temporairement. Elles empruntent aux expériences archaïques de l’espèce humaine pour se protéger de l’extérieur, des prédateurs, de la pluie, du vent, de la chaleur. » 

Bachelard, 2012, p.37

La notion d’archaïsme nous renvoie à l’imaginaire de la forêt, abordé dans le billet précédent. Tout comme la forêt est représentée comme un espace premier, la cabane est représentée comme un habitat premier (voir citation en exergue). 

La cabane est perçue comme un habitat ancien, également comme un habitat précaire, conçu avec les ressources de la forêt, ainsi que comme un habitat provisoire, les êtres humains ne font qu’y passer, ou y trépasser comme nous allons le voir dans ce billet. 

Comme nous l’avons vu, au XIX° siècle, les américains se passionnent pour le spiritisme en s’intéressant aux lieux dans lesquels ils pourraient entrer en communication avec les esprits.  Au début des années 1850, dans l’Ohio (Sauvet, 2012), monsieur Koons, heureux mari et père de 7 enfants, décide de construire une chambre aux esprits (spirit room) pour entrainer ses enfants à communiquer avec l’au-delà. Si monsieur Koons a toujours de bonnes idées, il sait également être mesuré dans ses initiatives. C’est pourquoi, il ne construit pas la pièce aux esprits dans sa ferme, mais dans une cabane à l’écart dotée d’une seule issue et de trois fenêtres maintenues fermées.

Continuer la lecture de Louer une cabane au fond des bois : une fausse bonne idée

La forêt : territoire libre (de se défendre)

« C’est au coin du bois que le loup attend le Petit Chaperon Rouge, dans les bois que se sont perdus le Petit Poucet et ses frères; suivant l’ordre de la Reine, le chasseur emmène Blanche-Neige « loin dans la forêt », où pris en pitié il l’abandonne en lui laissant la vie sauve; c’est en « allant faire un fagot de bois mort dans le bois » que la mère de Jean de l’Ours est enlevée par l’Ours » Verdier, 1995, p. 209.Passage d’une politique universaliste à une politique ciblée.

Une série de billets proposée par Emeline Brulé et Elvire Bornand

Calendrier de l’avent J2-3

Un étudiant en cinéma muni d’une caméra s’enfonce dans la forêt avec ses amis. Ils cherchent la femme sans tête. Les ossements du jeune homme seront retrouvés quelques temps plus tard, sans son crâne, mais avec la camera permettant au spectateur d’assister à ses derniers moments. Comme vous l’avez immédiatement deviné, nous sommes dans…

Continuer la lecture de La forêt : territoire libre (de se défendre)