C’est dans les vieux pots

Panini Comics France a annoncé sur son Facebook le lancement de la réimpression de toutes les intégrales Marvel en rupture. 19 sont lancées en 2019, le reste à suivre l’année prochaine.

Ce qui donne (je reprends ci-dessous le post original) :

* Black Panther 1976-1978
* X-Men 1993 (V)
* Daredevil 1970
* Spectacular Spider-Man 1986
* Avengers 1980
* Captain America 1975
* Web of Spider-Man 1986
* Captain Marvel 1967-69 (NOUVEAU !)
* X-Factor 1986 (NOUVEAU !) * West Coast Avengers 1984-85 (9 mai ; NOUVEAU !)
* Docteur Strange 1969-73 (9 mai) * Les Gardiens de la Galaxie 1992 (juin)
* Adam Warlock 1969-74 (juin ; NOUVEAU !)
* X-Men 1994 (I) (juin)

* Amazing Spider-Man 1986 (juillet)
* New Mutants 1984 (juillet)
* Fantastic Four 1976 (août)
* Hulk 1993 (II) (août)
* Defenders 1974-75 (septembre)
* Nick Fury 1989 (septembre)
* Spider-Man (Marvel Team-Up) 1982 (octobre)
* X-Men 1994 (II) (octobre)

* Fantastic Four 1963 (T02, juillet)
* Iron Man 1964-66 (T02, août)
* Nick Fury 1965-67 (T01, septembre)
* Amazing Spider-Man 1964 (T02, octobre)
* Wolverine 1989 (T02, novembre)
* X-Men 1979 (T03, décembre)

* Amazing Spider-Man 1965 (T03, août)
* X-Men 1975-76 (T01, août)
* Fantastic Four 1964 (T03, septembre)
* X-Men 1977-78 (T02, septembre)
* Amazing Spider-Man 1966 (T04, octobre)
* Fantastic Four 1965 (T04, octobre)
* Amazing Spider-Man 1967 (T05, novembre)
* X-Men 1980 (T04, novembre)
* Fantastic Four 1966 (T05, décembre)
* X-Men 1981 (T05, décembre)

Veille 15/52 de l’imagination à la simulation

New York totalement détruite par un astéroïde durant une simulation” titrait hier le Huffington Post, les titres raccourcis affichant les news dans les applications ne faisant apparaitre que la première partie du titre. La fin est omniprésente, des Avengers des frères Russo au site Les Jours qui publique chaque jour sa chronique La fin du monde.

Alors que les figures des combats environnementaux cherchent à faire admettre au monde politique, économique et civil l’irréversibilité du processus de destruction dans lequel l’activité humaine est engagée …

Continuer la lecture de Veille 15/52 de l’imagination à la simulation

Veille 14/52 GoT is coming vraiment partout

Source : HBO.

En tête des articles lus sur le site de France Inter (en date du 14/04/2019), un “quiz (sévère mais juste) pour réviser avant la saison 8 [de Game pf Throne]”. Ce week end, de très nombreux articles et billets de blogs sont parus pour annoncer et analyser la diffusion de l’ultime saison de GoT, diffusée à partir de dimanche sur la chaine OCS en France. La série parait incontournable au sens d’une référence commune qui permettrait de dire, un peu tout, sous couvert de parler de la série, qu’il s’agisse par exemple de promouvoir un produit commercial ….

Publicité Uber Eats sur Twitter

… ou de faire passer un message politique, comme dans “Game of Thrones décrit une société bouleversée par le changement climatique” publié par Reporterre, pour qui “La série peut être lue comme une métaphore du changement climatique et de la difficulté des humains à s’entendre pour y faire front.”.

Une veille rapide permet de distinguer trois types de contenus :

  • Les contenus qui reposent sur l’arrivée imminente de la série
  • Les contenus qui partent de la série pour analyser plus largement les productions sérielles télévisées
  • Les contenus qui utilisent la série comme métaphore pour traiter d’autres sujets.
Continuer la lecture de Veille 14/52 GoT is coming vraiment partout

Veille 13/52 Promenade en forêt

Des recherches récentes sur la hantise m’ont conduite à m’interroger sur l’imaginaire attaché à la forêt. J’en ai fait un premier billet puis je n’ai plus su par quel bout prendre cet objet de recherche. C’est finalement en commençant une veille sur les légendes urbaines que j’ai entr’aperçu comment prendre le machin pour que ça finisse par faire un truc. En plus le dit truc m’a emmené en forêt japonaise alors même que sur ma to-do-list spéciale hantise il fallait également que je m’intéresse aux Yokai.

La forêt des suicidés

Charles et Mathias consacrent l’épisode du 18 mai 2017 du podcast Inspiré de faites réels, à la forêt d’Aokigahara. Ils partent, comme souvent dans leur émission, d’une histoire qu’ils ont inventé en s’inspirant de diverses lectures, une jeune blogueuse étrangère attirée par l’étrange part campée dans la forêt d’Aokigahara. On retrouvera son corps pendu à un arbre et non loin de là son journal, dont la lecture révèle qu’elle a assisté à d’étranges apparitions dans les derniers jours de sa vie.

Continuer la lecture de Veille 13/52 Promenade en forêt

Veille 12/52 : Et ci c’était vrai

Cette semaine, j’ai reçu le magnifique combo Blu Ray / DVD de Candyman (Bernard Rose, 1992). L’héroïne du film fait une thèse sur les légendes urbaines en interviewant des personnes qui disent avoir connu quelqu’un à qui l’histoire en question est réellement arrivée. Au menu du jour du coup des podcasts consacrés à ces histoires pas complètement fausses mais jamais vraies.

Créé en 2016, le podcast Inspiré de faits réels de Charles et Mathias est principalement consacré au contexte de création et aux inspirations des films d’horreur. Le dernier des 27 épisodes est consacré à Freddy. Mais pour rester dans l’idée des légendes urbaines, c’est à l’épisode Terreur sur la ligne que je pensais. L’épisode consacré aux légendes urbaines commence par celle de “la babysitter et de l’homme à l’étage”, que l’on retrouve sous une forme ou un autre dans de nombreux films jusqu’à Scream.

Un autre podcast français se consacre aux faits inexpliqués, In Tenebris, créé en 2018. L’idée cette fois n’est pas d’interroger le processus de création de fictions horrifiques mais de présenter des faits dits réels puis d’inviter un expert pour discuter de leur véracité. Le dernier épisode publié, La chose en noire, évoque la terreur qui s’empara de lycéens sur deux continents différents suite à l’apparition d’une forme noire. Yves-Marie Bercé, historien, évoque ensuite ses travaux sur l’histoire des mentalités. Je n’ai pas lu ses travaux, mais la manière de parler illustre à mon sens un historien à l’ancienne, surplombant son sujet, usant d’un vocabulaire sur la folie qu’on n’entend plus vraiment, ce qui n’est pas très étonnant le monsieur ayant plus de 80 ans.


Veille 11/52 The order

De toutes les nouveautés actuellement à regarder, The Order n’était pas dans ma tête de liste. Mais comme j’avais peu de temps devant moi et que j’étais crevée, je ne voulais pas me lancer dans le visionnage d’une série que j’avais vraiment envie de voir. J’ai donc lancé l’épisode 1 de The Order, série diffusée sur Netflix depuis le 07 mars 2019.

Trailer The Order, Netflix

Série créée par Dennis Heaton (scénariste de Fido en 2006) et Shelley Eriksen (scénariste de Continuum 2012-2015) et écrite par Dennis Heaton, The Order (2019- ) raconte le quotidien de première année d’université du jeune Jack Morton (Jake Manley), qui cherche à résoudre l’énigme de la mort de sa mère, aidé de son grand-père. Pour trouver le meurtrier, Jack doit percer les secrets de l’université sélect de Brakebills et pour ça il doit intégrer l’ordre de la rose bleu, une société secrète dont les membres triés sur le volet s’adonnent aux arts occultes et font la guerre aux loups-garous. Université et société secrète sont gérées par deux femmes, une blonde et une brune et attention…. elles s’aiment pas. Par contre le brun héros tombera amoureux de la blonde héroïne. On a donc tout bon sur les tropes capillaires jusque là. Le brun et la blonde arpentent le campus sous la lune histoire de débusquer les montres, on se croirait dans Buffy, le sous-texte en moins.

L’histoire avance vite, à peine arrivée sur le campus, Jack Morton découvre en moins de 24 heures l’ensemble des protagonistes, perce l’identité d’un membre de la société secrète et fait des trucs de fou fou (affronter des monstres, tenter de sauver des vies, percer des énigmes, toussa toussa). En 72 heures, il a retrouvé son père, dévoilé son plan, craqué pour une fille, tué un golem et intégré la société secrète. En fait, Allociné résume assez bien les choses en indiquant en titre de son articlesi vous avez aimé Vampire Diaries et The Magicians, vous aimerez la nouvelle série de Netflix“. C’est avant tout un soap pour la catégorie jeunes adultes avec un soupçon de magie noire et des loup-garous, pas de quoi avoir vraiment peur même si la série est interdite aux moins de 16 ans, surement à cause de tout le sang qui imbibe les différents épisodes. La série Les nouvelles aventures de Sabrina est aussi citée quand il s’agit d’associer The Order à d’autres séries du même genre.

La série produite par Syfy, et tournée au Canada (de nombreux acteurs apparaissent également dans Supernatural), a reçu la note de 6,9 sur IMDB avec 4838 votes (au 17/03/19).

Télérama souligne que Netflix n’a que très peu communiqué sur la sortie de la série et globalement les critiques sont réservées tant la série ne renouvelle pas grand chose que ce soit dans ses tropes ou dans sa narration et la cible semble in fine plutôt être les jeunes ados que les jeunes adultes. Première a recensé un grand nombre de critiques anglo-saxonnes sur la série. Il en ressort un avis mitigé. Cela des Inrocks est plus tranché : “un teen-drama fantastique complètement raté“.

Pire, en plus de nous infliger son personnage principal tragiquement tiède, qu’une veste en jean râpée et une mèche rebelle suffisent à caractériser, la série nous accable d’une sous-intrigue intimiste affreusement caricaturale. Jack serait, voyez-vous, le fils caché du grand gourou de l’Ordre, responsable de la mystérieuse disparition de sa mère. L’occasion rêvée pour notre River Phoenix discount de confronter son géniteur, et d’assouvir la soif de vengeance que son grand-père, un illuminé farouchement conspirationniste, lui a de longue date inoculée.

Les Inrocks

L’intérêt de la série est qu’elle confirme la facilité avec laquelle producteurs, chaînes et plateformes donnent aujourd’hui leur feu vert à toute les histoires qui promettent des jeunes, des bisous, des monstres et de la magie. Au cinéma comme à la télé, l’horreur et le fantastique sont à la mode. Il en faut beaucoup et pour tous les âges, du coup la peur fait beaucoup moins peur.