Tous les articles par Elvire Bornand

Not In My BackYard : les extra-terrestres attaquent par le jardin.

« We’re not who we are. We’re not who we are. It goes no further than this. It stops right here. Right now » X-Files, Chris Carter, 1993- Ep08 saison 1 

Dans l’épisode Ice de la série X-Files (Chris Carter, 1993-), les agents du FBI Murder et Scully se retrouvent en Alaska pour enquêter sur des morts survenus parmi une équipe de recherche dans une base scientifique isolée. L’épisode est un hommage au scénario de The Thing (John Carpenter, 1982) mettant en scène une invasion extra-terrestre (une thématique forte de la série) ayant pour spécificité de prendre possession des humains, de l’intérieur, d’où la citation figurant en exergue. 

Ce thème de l’ennemi intérieur se retrouvent dans de nombreux films, principalement à l’époque de la guerre froide. Il rejoint nos préoccupations sur les phénomènes de hantise, au sens où il met en scène la prise de possession de l’identité (corps et souvenirs) d’un humain par une entité extérieure venue s’approprier son territoire. Certains des films que nous allons évoquer mettent en scène directement l’espace domestique, d’autres un espace collectif, lieu de vie et de travail, la base scientifique. Le titre du billet renvoie à la fois à une expression bien connue, signifiant le repli sur l’espace privé et personnel face à l’altérité (pas chez moi) et faisant le lien avec des films dans lesquels les jardins ont un rôle à jouer. Dans les deux cas c’est la transformation d’un espace approprié et pacifié en espace sauvage qui nous intéresse.

Continuer la lecture de Not In My BackYard : les extra-terrestres attaquent par le jardin.

Av[e]nt d’entrer

« Au XIXe siècle, les maisons sont des lieux privilégiés de hantise et de rencontre avec les fantômes et autres âmes errantes, là où autrefois ceux-ci hantaient peut-être surtout les bois, les montagnes, les marais. » 

Gallard, Sauget, 2017, 26

Nous avons cheminé depuis la forêt, en évitant les montagnes mais pas les marais, la maison, que nous apercevions au loin, se dresse maintenant devant nous. Nous commencerons par en passer le petit portillon pour nous balader dans le jardin où nous attendent des extra-terrestres… mais ça c’est pour la prochaine fois. Aujourd’hui nous voulions vous livrer quelques considérations avant d’entrer. 

Continuer la lecture de Av[e]nt d’entrer

Le cimetière : merci de veiller à être mort et à le rester.

Parler du cimetière, c’est entrer pleinement dans la question de la narration de la mort, de « « récits de mort » qui traitent en quelque sorte de la mort par le vif en se présentant comme des témoignages sur la survenue et le déroulement de morts individuelles ou collectives. » (Bertrand, Carol, Pelem, 2005, 6). Ce ne sont pas des témoignages que nous allons traiter ici mais des fictions, mais l’enjeu reste le même : saisir la mort sur le vif en jouant sur la peur du spectateur et du lecteur. 

Cette narration de la mort, empreinte de culture religieuse et païenne se conforme à un temps linéaire dans lequel un ensemble d’actions sont supposées se dérouler de manière séquentielle : mort, ensevelissement, pourrissement du corps terrestre, âme en attente d’élévation, résurrection. Mais, y’a un mais. 

Dans les histoires auxquelles nous nous intéressons, il n’est pas question de résurrection et l’âme en attente d’élévation est remplacée par un esprit en attente de vengeance. Mort, ensevelissement et pourrissement demeurent, mais pas forcément dans cet ordre. S’ajoute à tout cela le retour du mort. 

On peut distinguer 3 dynamiques liées au cimetière comme lieu de de repos et de tourments : le thème de la dernière demeure, la peur d’être enseveli vivant et le réveil des morts. 

Continuer la lecture de Le cimetière : merci de veiller à être mort et à le rester.

Sous la surface, le monstre

« Nous ne sommes pas venus affronter des monstres, nous sommes venus chercher des fossiles »  L’étrange créature du lac noir, Jack Arnold, 1954. 

La forêt n’est pas le seul territoire présenté dans la culture populaire comme antérieur au genre humain (Harrison, 1992). Dans l’imaginaire du promeneur de l’époque romantique, la montagne et le lac font aussi partie de ce décor ancestral. Plus généralement, « la forêt et la mer entraînent ainsi dans leur sillage toute une géographie fantastique » (Gonzalez, 2014, 35). 

Les années 1950 voient débarquer un nouveau monstre dans les studio de cinéma : la créature marine.  Nous allons dans ce billet nous intéresser au Gillman ou homme-branchie du film L’étrange créature du lac noir (Jack Arnold, 1954). 

Un espace sauvage et archaïque

L’étrange créature du lac noir  a considérablement marqué d’une part son époque, par son approche du monstre et son utilisation de la 3D et d’autre part, l’histoire du cinéma, par le double point de vue sur le monstre (la créature monstrueuse qui capture la belle jeune femme, l’humain monstrueux qui veut asservir le monstre). 

Continuer la lecture de Sous la surface, le monstre

Louer une cabane au fond des bois : une fausse bonne idée

« Les choses se sont succédées dans l’ordre suivant : d’abord les forêts, puis les cabanes, les villages, les cités et enfin les académies savantes » (Vico, cité par Harrison, 1992, p.31)

Dominique Bachelard (2012) propose la définition suivante des cabanes.

« Les cabanes sont des formes d’habitat humbles, d’abri pour vivre temporairement. Elles empruntent aux expériences archaïques de l’espèce humaine pour se protéger de l’extérieur, des prédateurs, de la pluie, du vent, de la chaleur. » 

Bachelard, 2012, p.37

La notion d’archaïsme nous renvoie à l’imaginaire de la forêt, abordé dans le billet précédent. Tout comme la forêt est représentée comme un espace premier, la cabane est représentée comme un habitat premier (voir citation en exergue). 

La cabane est perçue comme un habitat ancien, également comme un habitat précaire, conçu avec les ressources de la forêt, ainsi que comme un habitat provisoire, les êtres humains ne font qu’y passer, ou y trépasser comme nous allons le voir dans ce billet. 

Comme nous l’avons vu, au XIX° siècle, les américains se passionnent pour le spiritisme en s’intéressant aux lieux dans lesquels ils pourraient entrer en communication avec les esprits.  Au début des années 1850, dans l’Ohio (Sauvet, 2012), monsieur Koons, heureux mari et père de 7 enfants, décide de construire une chambre aux esprits (spirit room) pour entrainer ses enfants à communiquer avec l’au-delà. Si monsieur Koons a toujours de bonnes idées, il sait également être mesuré dans ses initiatives. C’est pourquoi, il ne construit pas la pièce aux esprits dans sa ferme, mais dans une cabane à l’écart dotée d’une seule issue et de trois fenêtres maintenues fermées.

Continuer la lecture de Louer une cabane au fond des bois : une fausse bonne idée

La forêt : territoire libre (de se défendre)

« C’est au coin du bois que le loup attend le Petit Chaperon Rouge, dans les bois que se sont perdus le Petit Poucet et ses frères; suivant l’ordre de la Reine, le chasseur emmène Blanche-Neige « loin dans la forêt », où pris en pitié il l’abandonne en lui laissant la vie sauve; c’est en « allant faire un fagot de bois mort dans le bois » que la mère de Jean de l’Ours est enlevée par l’Ours » Verdier, 1995, p. 209.Passage d’une politique universaliste à une politique ciblée.

Une série de billets proposée par Emeline Brulé et Elvire Bornand

Calendrier de l’avent J2-3

Un étudiant en cinéma muni d’une caméra s’enfonce dans la forêt avec ses amis. Ils cherchent la femme sans tête. Les ossements du jeune homme seront retrouvés quelques temps plus tard, sans son crâne, mais avec la camera permettant au spectateur d’assister à ses derniers moments. Comme vous l’avez immédiatement deviné, nous sommes dans…

Continuer la lecture de La forêt : territoire libre (de se défendre)

Home, sweet Home

Une série de billets proposée par Elvire Bornand et Emeline Brulé

L’expression « Home, sweet Home » renvoyant à la douceur du foyer qui nait dans les pays anglophones au XIX° siècle, le siècle où la maison s’impose dans l’imaginaire bourgeois. La notion d’intérieur (Lerichomme, 2014), qui marque une séparation nette entre espace public et espace privé suit l’essor de la société industrielle et est marquée par la notion de confort, à laquelle renvoie en partie le « Home, sweet Home ».

Cet univers douillet est approprié au XIX° siècle par les vivants comme par les morts. Si c’est en France que se forgent à la fois le mot et la doctrine spirites, c’est aux Etats-Unis que le motif de la maison hantée va se développer et prospérer. 

« (…) a minor motif in a literary subgenre has become, in contemporary popular American culture, a staple of children’s literature, a feature of Halloween, a classic attraction of many theme parks, an established form of tourism, and a central figure in Hollywood thrillers and horror films alike. » (Michlin, 2012, 1).

Continuer la lecture de Home, sweet Home

[DVD] Arrivée de l’hiver

J’ai dans le coin de l’oeil le super coffret Hellraiser (ESC Editions), mais pas l’envie de vendre un rein donc comme de juste je suis allée voir les occasions chez OCD et j’en suis revue avec des films qui font froid dans le dos. 

Je prépare un billet sur Predator et il manquait à ma collection les deux films opposant Alien à Predator. L’action d’Alien vs Predator (2004) se déroule dans une pyramide…. donc comme vous l’avez deviné en Antarctique. Quant à la suite, Alien versus Predator : requiem (2007), elle annonce un heureux évènement, la naissance du Predalien, croisement de deux des monstres de cinéma au design le plus marquant et occasion de rejouer une scène culte. 

Naissance du Predalien à la fin du film Alien versus Predator (2004)
Continuer la lecture de [DVD] Arrivée de l’hiver

(we are) NOT (Venom)

Je ne suis pas habituée à employer le mot « fan » dans des écrits scientifiques. Je ne parle pas de l’avoir lu dans des ouvrages, notamment d’Henry Jenkins mais de le pratiquer, de commencer à désigner une réalité théorique (je suis sûre que je viens de faire une figure de style) par l’usage de ce mot. 

Vendredi 05 octobre,  avec Frédérique Letourneux, nous mettions le point final à un article consacré aux trajectoires punk. Dans notre dernière relecture, nous nous sommes attardées sur la manière dont nous présentions les enquêté.e.s dans les citations. Sur la trentaine d’entretiens de notre corpus, deux ont été faits auprès de personnes qui n’ont pas de pratiques musicales amateurs ou professionnelles. Comment les qualifier ? « Amateur de musique punk » fut avancé, mais le mot amateur était déjà utilisé pour renvoyer à une pratique musicale non professionnelle. « Fan » ? Aussitôt prononcé le mot nous a mis mal à l’aise sans qu’aucune de nous deux ne soit capable d’expliquer pourquoi de prime abord. Puis en s’appuyant sur les travaux de Dick Hebdige, nous avons chois la notion de « style » qui nous semblait mieux désigner le fait que les personnes interrogées s’étaient engagées dans le punk bien au-delà d’une affection pour la musique en adoptant des représentations et des pratiques structurant l’ensemble de leur vie quotidienne (coiffure, vêtements, tatouage, vie nomade collective, consommation de stupéfiants…). 

Le mardi suivant me voici au cinéma.

Continuer la lecture de (we are) NOT (Venom)