La forêt : territoire libre (de se défendre)

C’est au coin du bois que le loup attend le Petit Chaperon Rouge, dans les bois que se sont perdus le Petit Poucet et ses frères; suivant l’ordre de la Reine, le chasseur emmène Blanche-Neige “loin dans la forêt”, où pris en pitié il l’abandonne en lui laissant la vie sauve; c’est en “allant faire un fagot de bois mort dans le bois” que la mère de Jean de l’Ours est enlevée par l’Ours” Verdier, 1995, p. 209.Passage d’une politique universaliste à une politique ciblée.

Une série de billets proposée par Emeline Brulé et Elvire Bornand

Calendrier de l’avent J2-3

Un étudiant en cinéma muni d’une caméra s’enfonce dans la forêt avec ses amis. Ils cherchent la femme sans tête. Les ossements du jeune homme seront retrouvés quelques temps plus tard, sans son crâne, mais avec la camera permettant au spectateur d’assister à ses derniers moments. Comme vous l’avez immédiatement deviné, nous sommes dans…

Bones (Hart Hanson 2005-2017, S2, EP10). Même les séries fondées sur les arguments les plus rationnels et normatifs s’aventurent hors des limites du monde civilisé, franchissant la ligne boisée au coeur de notre imaginaire occidental, la forêt (Harrison, 1992).

« Dans l’histoire de la civilisation occidentale, les forêts représentent un monde à part, opaque, qui a permis à cette civilisation de se dépayser, de s’enchanter, de se terrifier, de se mettre en question, en somme de projeter, dans les ombres de la forêt, ses plus secrètes, ses plus profondes angoisses ». 

Harrison, 1992, p.11

Très présente dans les mythes, plus encore dans les contes “à tel point qu’il n’est pas de conte sans traversée de forêt” (Verdier, 1995, p.209),  la forêt a servi de refuge au folklore et à la culture populaire lorsque le monde humain a été, tour à tour, dominé par l’Eglise et par la Raison, deux interprétations du monde peu sensibles à la forêt.

« Etant l’envers du monde pieux, les forêts étaient considérées par l’Eglise comme les derniers bastions du culte païen. Dans les ténébreuses forêts celtiques régnaient les druides; dans les forêts d’Allemagne étaient des bois sacrés où des barbares infidèles se livraient à des rites païens; dans ces forêts nocturnes, en marge de la ville, les sorciers, les alchimistes et les farouches survivants du paganisme complotaient leurs méfaits » 

Harrison, 1992, p. 99. 

L’imaginaire de la forêt est ravivé par le romantisme et les frères Grimm tandis que Michelet se passionne pour la sorcière qui pourrait y vivre. 

“A cause de leur présence imposante dans le folklore et les légendes, on s’imagina que les forêts avaient des liens génétiques et symboliques avec la mémoire, les coutumes, le caractère national et la séculaire sagesse populaire.”

Harrison, 1992, p. 242. 

La forêt restera un lieu ambigu, enchanté et terrifiant, théâtre à la fois de l’origine et de la fin des êtres et des choses,” la forêt est un lieu où tout peut basculer” (Gonzalez, 2014, 19).  Ce point de bascule peut être provoqué par la convoitise de l’homme. Mais les forêts «ne peuvent pas être possédées. Elles ne peuvent qu’être dévastées par le droit de propriété ».(Harrison, 1992, p. 301).

Défense de posséder : un territoire que l’homme peut détruire mais pas s’approprier

Le caractère marquant du film Le projet Blair Witch (Daniel Myrick, Eduardo Sancher 1999), tient en grande partie à l’utilisation du Found Footage, des images filmées retrouvées après la mort de leur(s) auteur(s). Ces images font plonger le spectateur dans l’intrigue en vision subjective, à travers les yeux de la future victime. Le spectateur ne peut plus se tenir à l’écart, il pénètre lui aussi dans la forêt. Et, comme les futures victimes, il ne peut pas dire qu’il n’a pas été prévenu. 

Pour se sentir étranger aux lieux, pas besoin d’effets spéciaux grandioses ou de musique angoissante. En pleine lumière, un jour ensoleillé, il suffit de deux choses : d’une part, découvrir la présence de monticules de cailloux dotés un ordonnancement  et d’une fonction qui leur sont propres et nous échappent et d’autre part, perdre son chemin. Des choses qui peuvent arriver à tout le monde en forêt, surtout si cette dernière est réputée enchantée.

Forêt de Brocéliande, été 2018, photo de l’autrice qui courageusement envoie un enfant enquêter. 
The Blair Witch Project 1999

La forêt est un lieu de perdition. Sans carte, on s’y perd car on ne voit que des arbres, que se soit autour de soi ou au-dessus de sa tête. Les repères qui permettent de circuler dans les territoires domestiqués ne sont pas opérants, la forêt est un espace indifférencié pour le visiteur non initié. C’est également un lieu de séparation, on perd ses proches comme on perd son chemin, sans s’en rendre compte avant qu’il soit trop tard. Dans la forêt “on peut marcher des jours  et des nuits sans trouver âme qui vive et sans se rendre compte du temps qui passe; ceux qui y pénètrent s’y égarent toujours“. (Verdier, 1995, p. 211). 

Dans les contes, tout finit bien (enfin, si on est pas un loup), “on revient à la maison après avoir traversé” la forêt (Verdier, 1995, p. 210). S’ils ne disposent pas d’une carte, les jeunes héros des contes ont une capacité toute particulière à décoder les usages de la forêt et à s’y conformer. Ils passent les épreuves avec succès. L’humain qui pénètre dans la forêt doit se doter de règles pour survivre, comme de ne s’y aventurer que le jour (Gonzalez, 2014), laissant l’usage nocturne à d’autres créatures. 

Un territoire extrêmement peuplé où on vous entendra crier 

Etroit sentier qui s’enfonce dans une sombre forêt à peine éclairée par un rayon de lune, silhouette tortueuse d’un arbre mort, bruissement des feuilles, craquement d’une branche, sensation d’une vie foisonnante et cachée… L’arbre et la forêt suscitent des émotions fortes. Nos ancêtres ont aimé peupler la forêt de créatures nées de leurs rêves, leurs frayeurs, leurs croyances aussi.”
Office National des forêts 

Les mythes et légendes de la forêt sont vivaces et font les riches heures de sérieuses institutions, comme l’Office National des Forêts (ONF), en attirant les curieux vers des forêts célèbres, comme celle de Brocéliande.

Tombe de Merlin, Forêt de Brocéliance, 2018

Les peuples de la forêt

Le premier personnage de la forêt est la forêt elle-même. Dans les contes “la forêt n’est pas présentée comme une collection d’arbres de telle ou telle espèce mais comme un élément au même titre que la mer ou l’air, avec ses propriétés singulières : elle est “sombre”, “profonde”, “immense”” (Verdier, 1995, p.211). 

Parmi les peuples dont l’ONF recense l’existence onirique, se trouvent les fées bienfaisantes ou malfaisantes, les esprits malicieux comme les korrigans et les farfadets, et les ogres et les sorcières. Ces deux derniers se partageraient “le titre de créature la plus malfaisante de la forêt” (ONF). Il est également fait mention d’animaux surnaturels comme les dragons et d’un animal bien réel auquel les contes ont fait très mauvaise réputation, le loup.

Tous ces êtres “marquent de leur présence la topographie forestière : carrefours, grottes, arbres plus grands, plus gros, plus vieux ou frappés par la foudre sont leur demeure de prédilection.” (Verdier, 1995, p. 226). 

Le bestiaire de la forêt est prolifique. Les créatures sylvestres ont souvent un aspect qui indique leur étrangeté au premier regard humain. Mais ce ne sont pas des monstres. Est monstrueuse l’altérité dans l’espace approprié par l’homme. Dans la forêt, c’est l’homme qui est un Autre. L’étrangeté n’est pas crainte mais célébrée. 

« Les forêts représentent un monde inversé ». (Harrison, 1992, p 125). Rien ne s’y passe selon nos codes. “Feuilles et branchages se fondent avec poils et plumes, des arbustes poussent sur les têtes, les bourgeons germes, fleurissent et les champignons recouvrent les corps“.(Manoukian, 2018, p. 105). Ce sont sur ces mots que s’ouvre la partie de Zoologia consacrée aux créatures des sous-bois. 

Source : amazon

De grands hommes qui ne font que passer

Parmi les hommes, l’imaginaire sylvestre a longtemps accordé une place centrale aux reines, princesses, chevaliers et au château (Nissim 2004). Les reines attendent au château le retour du chevalier ou le retrouve en forêt pour des amours illicites. Les princesses viennent y chercher l’amour et savent reconnaître le prince en habits de monstres. Le roi peut autoriser les chevaliers à s’aventurer hors des espaces connus et maitrisés du royaume et à pénétrer dans la forêt. Le voyage fait partir d’une aventure, d’une quête où les chevaliers restent extérieurs à la forêt.  Ils la traversent pour défendre les idéaux du royaume et non pour les abandonner derrière eux (Harrison, 1992). Il en va de même des sujets qui décident de se rebeller contre le pouvoir royal, non pas pour contester le pouvoir lui-même mais son exercice par un monarque corrompu. La forêt offre alors un refuge provisoire pour mener le combat contre un individu mais pour la préservation de la société. 

“leurs attaques et leurs représailles intrépides contre les agents de la loi devinrent matière à légende et à ballades populaires qui donnèrent naissance en Angleterre à un personnage fabuleux qui devait continuer pendant des siècles à fasciner l’imagination populaire : celui du hors la loi héroique, combattant les forces de l’injustice depuis son repaire en forêt”. 

Harrison, 1992, p121 
Robin Hood, 1998, Otto Bathurst ou comment perdre de vue le propos initial parce qu’après tout la forêt, la justice tout ça c’est pas du tout 2018. 

Les marginaux y demeurent à l’abri

La forêt est  peuplée d’une vaste population surnaturelle et humaine.

 “c’est la que vivaient les proscrits, les fous, les amants, les brigands, les ermites, les saints, les lépreux, les maquisards, les fugitifs, les inadaptés, les persécutés, les hommes sauvages. (…) Echapper à la loi et à la société des hommes, c’était se retrouver dans la forêt.”

Harrison, 1992, p. 99. 

La forêt n’a cure de la stratification sociale. “Le très humble – le bucheron- et le noble – le prince ou le seigneur – dessinent d’emblée la sociologie forestière.” (Verdier, 1995, p. 212). La forêt abolit les écarts sociaux, entre hommes et entre les hommes et les autres créatures. La traversée de la forêt met en scène “une sorte de dénuement progressif, perte du chemin, perte de la notion de temps, perte des écarts sociaux, comme des écarts entre les règnes (….) et fait d’elle un lieu où toute division se trouve abolie“.  (Verdier, 1995, p. 216).

Et quelle plus grande échappatoire à la loi et la société des hommes que de transgresser son statut (initiation) ou son identité (métamorphose).

Les transformations : initiation et métamorphose 

Nous avons vu plus haut que la plupart de ceux qui pénètrent dans la forêt ne souhaitent que la traverser physiquement. Dans l’initiation, le chemin ne s’effectue pas tant dans l’espace géographique de la forêt que dans son espace symbolique (épreuves à affronter) et temporel (passage de l’enfance à l’âge adulte). Dans cette traversée périlleuse, le héros affronte la peur, la nuit et la faim (Verdier, 1995).

“Il s’agit pour le garçon d’acquérir des forces et des pouvoirs auprès des habitants de la forêt (…) qui lui permettront d’affronter la mort et de la vaincre quand il est passé de l’autre côté. “

Verdier, 1995, p.215
Star Wars, L’empire contre-attaque, Irving Kershner, 1980

Au cours de la traversée, le garçon “s’arme pour tuer le monstre” (Verdier, 1995, p. 217). L’initiation permet au héros de se transcender tout en conservant son identité originale. Il en va autrement avec la métamorphose, un trope central de l’imaginaire de la forêt, de même que sa principale incarnation, le loup-garou. 

“(…)  la forêt médiévale constitue avant tout un espace initiatique où s’opère le passage d’un état à un autre voire d’une vie à une autre, autant qu’un point de rencontre avec l’altérité ; dans cette perspective, elle est le lieu de la métamorphose par excellence, la tanière du garulf ou homme-loup, dont le caractère hybride en fait à la fois l’hôte privilégié d’une forêt fantasmatique située aux marges du monde et l’un des visages les plus fascinants du fantastique médiéval, visage bicéphale du Double – ou phantasticum – et du loup, cet animal si étranger et si proche à la fois, peut-être la plus inquiétante étrangeté qui s’est jamais offerte à la littérature comme à l’humanité.”

Gonzalez, 2014, 4

La transformation en loup-garou du personnage de Oz dans Buffy the vampire Slayer (Joss Whedon, 1996-2003) est intéressante car elle juxtapose l’espace civil (Harrison 1992) et l’espace sauvage de la forêt. Oz est contaminé, dans une maison, lors d’une visite familiale, par son tout jeune cousin qui le mord. On observe une première transgression de la frontière censée diviser “entre l’intérieur et l’extérieur, l’ici et l’ailleurs, le civilisé et le sauvage” (Gonzalez, 2014, 4).  Oz se transforme quelques jours plus tard par une nuit de pleine lune et rejoint la forêt. Il devient immédiatement la cible d’un chasseur et de Buffy, le premier se moquant de la nature humaine sous-jacente de la bête et la seconde ignorant qu’il s’agit de son ami. 

Encore une fois la forêt produit une image inversée des rôles et des relations, la Tueuse ne veut plus chasser son ami devenu gibier surnaturel, un acte de tuer exécuté à tour de bras à chaque épisode prend une toute autre signification. 

Ce n’est qu’en s’enfonçant dans les profondeurs de la forêt qu’on trouve un mal précisément identifiable et encore, ce n’est peut-être que ce qu’on emmène avec soi. 

La forêt obscure : la lutte contre le monde civilisé 

De la première séquence ci-dessus du Projet Blair Witch à la scène inaugurale de Derrière les murs (Julien Lacombe, Pascal Sid, 2011), peu importe la qualité du scénario, il faut montrer que la forêt est un monde distinct de l’espace civil et pour ça marquer une rupture en illustrant le cheminement nécessaire pour parvenir à la forêt, puis en franchir la lisière avant d’y être englouti. Même si l’on se croit provisoirement sauvé par un abri, les arbres incarnent un monde premier, antérieur et supérieur à l’homme. 

The Shining, Stanley Kubrick, 1980

“Mais si l’homme est fasciné par l’espace sylvestre autant qu’il s’en méfie, c’est que cet univers est gouverné par les « forces de l’ailleurs, de l’autre et de l’autrefois », triade révélatrice du fantastique médiéval ; et parce que la forêt fantastique est un autrefois, elle est aussi le temple des anciens rites païens, ces cultes « autres » devenus étrangers aux chrétiens mais toujours susceptibles de ressurgir dans l’ailleurs de la forêt, comme une croyance refoulée, des relents de paganisme ou de ce « quelque chose qui aurait dû demeurer caché et qui a reparu ».


Gonzalez, 2014, 8

La forêt obscure “représente l’allégorie du péché chrétien en général” (Harrison, 1992, p. 129). Il ne s’agit plus de penser le refuge, comme nous l’avons vu dans la partie précédente, mais la perdition, « le péché, l’erreur, l’errance, l’oubli de Dieu sont associés allégoriquement” (ibid) à la forêt obscure. La perdition s’incarne dans un être bestial surnaturel ou revenu à l’état sauvage qui va défaire les hommes qui ont osé s’aventurer dans un lieu qui leur était interdit. 

La forêt est un terme juridique forgé non pas pour désigner tout espace boisé mais spécifiquement la réserve de chasse du roi (Harrison, 1992, Verdier, 1995). Avec la création des réserves de chasse, le roi ne devient pas seulement chasseur et protecteur, il est aussi unique possesseur. Or, la forêt n’est pas seulement antérieure à l’homme, elle est étrangère à la société et à ses mécanismes de domination . Elle a incarné pour de nombreux penseurs, dont Marx, une métaphore puissante pour penser possessions et possédants. Dans La guerre des forêts. Luttes sociales dans l’Angleterre du XVIII° siècle, Edward P. Thomson (2014) montre “le processus d’appropriation exclusive”  de la forêt (Minard, 2014, p. 13, voir également Harrison, 1992) auquel se livre le pouvoir royal anglais, punissant de mort les membres du peuple qui feraient usage des forêts royales.

Le pouvoir royal lutte pour s’approprier la forêt. Mais la forêt “sert à exprimer une liberté prise sur les choses et sur le monde“(Verdier, 1995, p.221).   La forêt personnifiée se retrouve donc en lutte contre la société, refusant d’être transformée en ressource, réifiée en “un volume quantifiable de bois utilisable” (Harrison, 1992, p. 186). 

Lorsque la forêt est menacée, elle réplique.

The Hallow, 2015, Corin Hardy

Dans The Hallows (2015), un jeune père de famille, spécialiste des forêts, vient répertorier les arbres pour une entreprise forestière. La forêt riposte en s’en prenant à la femme et l’enfant. Les bébés, qui incarnent la continuité de la présence humaine et de la déforestation génération après génération, ne font généralement pas long feu lorsque leurs géniteurs décident de s’installer dans un espace qui appartenait à la forêt.

The witch, 2015, Robert Eggers

Dans The Witch (Robert Eggers 2015) la cruauté et l’ignorance humaines sont ce qui contribue in fine à amener l’héroïne à signer un pacte avec le diable, soulignant l’idée répétée inlassablement de film en film dans le genre horrifique que « le danger est en nous et non pas hors de nous » (Harrison, 1992, p. 158). 

L’ouvrage de Harrison (1992) comporte une importante dimension écologique, il étend son inquiétude à la préservation sur les terres réelles et imaginaires où s’étendent les forêts.  

Tout ceci doit nous rappeler que détruire des forêts ne signifie pas seulement réduire en cendres des siècles de croissance naturelle. C’est aussi un fonds de mémoire culturelle qui s’en va.

Harrison, 1992, p.100

Ecrit au début des années 1990, son ouvrage témoigne d’une inquiétude principale concernant les incendies de déforestation. La source de l’incendie a changé mais le constat reste le même. Cependant la frontière entre le monde de la forêt et celui de la société a cédé. 

Incendies de Californie, 2018

Quittons-nous sur une note plus positive et enthousiaste : l’espace (au sens de là haut dans le vide et les étoiles). 

La mise en scène de l’espace fait appel à de nombreux tropes développés dans l’imaginaire de la forêt : la vision d’un territoire libre, sauvage, premier faisant système d’une manière que l’homme ne peut comprendre mais qu’il essaiera quand même de s’approprier et de domestiquer avant de s’en prendre plein la tête. Pour Harrison, l’une des caractéristiques de la forêt qui échappe le plus à l’entendement humain, c’est qu’elle s’auto-reproduit, à l’inverse des sociétés humaines qui doivent se doter d’institutions (mariage, lois…) pour assurer leur reproduction. Ce cycle dont la temporalité et les modalités échappent à l’homme peut engendrer de belles histoires. 

Alien, le huitième passager, Ridley Scott, 1979
Alien, le huitième passager, Ridley Scott, 1979

Le vaisseau spatial n’est pas à proprement parler un espace civil, c’est un abri provisoire entouré par un monde inconnu. Ça tombe bien, il sera question de cabanes dans les bois dans le prochain billet. 

Bibliographie

Gonzalez Loren, 2014,  « La forêt du garulf dans la tradition narrative au Moyen Âge : théâtre et matrice de l’hybridation fantastique », Belphégor [En ligne], 12-1 | 2014, mis en ligne le 15 juin 2014, consulté le 28 novembre 2018. 

Harrison Robert, 1992, Forêt. Essai sur l’imaginaire occidental, Flammarion, Paris, 1992.

Minard Philippe, 2014, “Edward P. Thompson, le romantisme radical”, in Edward P. Thomson, La guerre des forêts.Luttes sociales dans l’Angleterre du XVIII° siècle, Paris, La Découverte, p. 7-14. 

Nissim Liana, 2004,  « Fées, sorciers, princesses », Cahiers de recherches médiévales [En ligne], 11 , mis en ligne le 10 octobre 2007, consulté le 28 novembre 2018. 

Thomson Edward P. ,2014,  La guerre des forêts. Luttes sociales dans l’Angleterre du XVIII° siècle, Paris, La Découverte, p. 7-14.

Verdier Yvonne, 1995, Coutume et destin, Paris, Gallimard. 



Une réflexion sur « La forêt : territoire libre (de se défendre) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.