La présence numérique des morts

Il y a plus d’un mois maintenant j’ai éprouvé  pour la première fois le sentiment très étrange que procure la lecture d’un tweet venant d’une personne récemment décédée et dont le compte, programmé pour le faire, a continué à émettre des messages automatisés jusqu’à ce que la famille de la défunte le ferme. Cette fermeture a été l’occasion pour moi d’un échange avec une autre utilisatrice  sur ce que cela nous faisait de perdre le compte après avoir perdu la personne, c’est-à-dire comme l’a très bien exprimé mon interlocutrice le fait de perdre définitivement la lecture de conversations et messages virtuels qui gardaient trace de la personne disparue.

Quelle place pour ces considérations sur un carnet qui traite de fiction ? Je me suis aperçue que la virtualité du Net rend totalement floue le sens de l’existence et de la perte. Il existe des cimetières sur la toile pour les personnages de fiction comme pour les personnes réelles et les uns comme les autres y trouvent une existence virtuelle qui échappe à la réalité de leur condition de vie et mort.

Dans les cimetières pour personnages de fiction, le plus célèbre est certainement celui des personnages de la série Game of Thrones, les fans peuvent déposer des fleurs sur la tombe du personnage.

Dans les cimetières pour personnages réels, on peut se rendre par exemple sur le Cimetière virtuel, dont les graphismes renvoient au web 1.0.

Hélène Bourdeloie cite ce site parmi les exemples qu’elle donne dans son article « Usages des dispositifs socionumériques et communication avec les morts‪ » publié en 2015 dans Questions de communication. Cet article fait état des recherches engagées dans le cadre de l’ANR Éternités numériques (2014-2017) sur la base d’une enquête auprès de personnes endeuillées ayant eu recours aux sites, blogs, réseaux sociaux consacrés à la mémoire des défunts. Si ce sont bien les vivants qui sont interrogés, l’objet n’en reste pas moins de comprendre ce que le numérique fait à la mort, « En d’autres termes, ce qui est en jeu ici est la survivance de l’identité numérique du défunt – à savoir son existence sociale versus sa mort biologique – et son ubiquité « . Hélène Bourdeloie s’appuie sur Jack Goody pour aborder les outils numériques d’un point de vue théorique, soulignant que « tout changement dans les systèmes de communication change la transmission des contenus et que toute transformation technologique s’accompagne d’une transformation des modes d’agir, de faire et de penser« . Les outils numériques permettent une personnalisation forte des rites funéraires et les détachent de la religion plus fortement. « En affranchissant le défunt d’une assignation liée à la sépulture, ils réintroduisent la mort sur la scène sociale, la rendent d’autant plus visible, présente et atemporelle. », les dispositifs numériques invitent à l’exposition de soi qu’il s’agisse d »images, textes et vidéo du défunts ou des proches qui entretiennent son souvenir et partagent leur affliction. La mort n’est plus mise à distance, elle s’expose sur Facebook, certaines expressions devenant des classiques détournés comme « petit ange parti trop tôt’ initialement utilisé dans le cas de deuils d’enfants. L’exposition du deuil est du aux actions des endeuillés, que H. Bourdeloie nomme deuilleurs. Cela pose la question des droits des morts sur l’usage de font leurs ayant-droits des images, vidéos et textes leur ayant appartenu, les personnalités publiques ayant un temps d’avance sur les dispositions à prendre pour protéger sa vie privée post-mortem. On trouve aussi le cas de la survivance des morts dont Facebook par exemple rappellera l’anniversaire à ses amis si le profil n’est pas effacé.

J’ai indiqué en introduction que la rédaction de ce billet prenait sa source dans la lecture d’un tweet émis par le compte d’une personne décédée et je l’ai présenté comme une première expérience. C’est vrai et faux. C’est vrai au sens où ses tweets entretenaient l’illusion d’une activité du compte, c’est faux car depuis mon inscription sur Twitter (en 2012 je crois) trois personnes que je suivais sont décédées et pour les deux premières un membre de la famille a écrit et signé un message indiquant leur mort. Leurs blogs et comptes twitter sont restés ouverts même si inactifs et je réalise en finissant ce billet qu’il ne m’est jamais venu à l’esprit de m’en désabonner mais pas non plus d’ailleurs de revenir les consulter. (Je ne sais pas si vous vous poser la question mais j’y réponds, je ne fréquente pas non plus les cimetières dans le monde réel si ce n’est lorsqu’ils ont un attrait artistique). La grande différence entre ces deux premières situations et la troisième est que j’ai appris le décès ailleurs que sur le compte de la personne et que d’y lire des nouveaux tweets a entretenu le caractère totalement irréel de la nouvelle.

a lire : Bourdeloie, H. (2015). ‪Usages des dispositifs socionumériques et communication avec les morts‪: D’une reconfiguration des rites funéraires. Questions de communication, 28,(2), 101-125. https://www.cairn.info/revue-questions-de-communication-2015-2-page-101.htm.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *