Archives par mot-clé : super-héros

(we are) NOT (Venom)

Je ne suis pas habituée à employer le mot « fan » dans des écrits scientifiques. Je ne parle pas de l’avoir lu dans des ouvrages, notamment d’Henry Jenkins mais de le pratiquer, de commencer à désigner une réalité théorique (je suis sûre que je viens de faire une figure de style) par l’usage de ce mot. 

Vendredi 05 octobre,  avec Frédérique Letourneux, nous mettions le point final à un article consacré aux trajectoires punk. Dans notre dernière relecture, nous nous sommes attardées sur la manière dont nous présentions les enquêté.e.s dans les citations. Sur la trentaine d’entretiens de notre corpus, deux ont été faits auprès de personnes qui n’ont pas de pratiques musicales amateurs ou professionnelles. Comment les qualifier ? « Amateur de musique punk » fut avancé, mais le mot amateur était déjà utilisé pour renvoyer à une pratique musicale non professionnelle. « Fan » ? Aussitôt prononcé le mot nous a mis mal à l’aise sans qu’aucune de nous deux ne soit capable d’expliquer pourquoi de prime abord. Puis en s’appuyant sur les travaux de Dick Hebdige, nous avons chois la notion de « style » qui nous semblait mieux désigner le fait que les personnes interrogées s’étaient engagées dans le punk bien au-delà d’une affection pour la musique en adoptant des représentations et des pratiques structurant l’ensemble de leur vie quotidienne (coiffure, vêtements, tatouage, vie nomade collective, consommation de stupéfiants…). 

Le mardi suivant me voici au cinéma.

Continuer la lecture de (we are) NOT (Venom)

Mauvais genre : à lire, à voir, à écouter, n°3

Oui j’ai écrit Utopiales partout, mais c’était parce que c’était vraiment bien… enfin jusqu’à ce que 89 999 autres personnes s’y pointent.

C’est la fin …. #oupas

Lors des dernières Utopiales consacrées au Temps il a été bien sûr question d’apocalypse, fin des temps au sens d’anéantissement définitif ou de naissance d’un nouveau monde. Dans les deux deux cas l’idée est bien d’enterrer notre monde actuel dans un mouvement de répulsion / fascination pour les catastrophes et la capacité des hommes à les provoquer, les empêcher ou y survivre.

Le 30 juin dernier, Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz publiaient aux édition Petra un livre dont le titre fait écho à ces interrogations sur le temps, Aux bords de l’irréversible. Sociologie pragmatique des transformations. Ils en ont proposé le 03 novembre une postface, Oser la culture des micromondes face aux désastres globaux sur le carnet de recherche Socio-informatique et argumentation. « Quelque soit le fil que l’on tire, le pire semble donc à peu près certain, sinon de plus en plus probable. (…)  La consultation régulière des chroniques de l’ « ami » Marlowe, qui, entre autres sources, suit les activités de l’ONU Environnement, confirme la propension pessimiste des discours publics, au point de voir les institutions adopter un style collapsologique qui était jusqu’alors plutôt réservé aux prophètes de malheur. » Cette convergence des discours au mieux pessimistes au pire catastrophiques conduit à placer aujourd’hui au premier plan les personnes proposant des interprétations universalisantes sur ce qui est paradoxalement condamné et sauvable, soit la planète, l’humain et le non-humain. Un « nous » global censé trouver refuge soit dans la technologie soit dans un retour à la nature de type survivaliste. Or, pour les auteurs, « il n’est pas légitime à nos yeux de se débarrasser des difficultés propres à l’étude de processus complexes simplement parce qu’il y aurait urgence à adhérer aux grandes causes tournées vers le futur proche, ou plus lointain, d’une humanité conçue comme une entéléchie, agissant au détriment de la planète qui la supporte.« 

Parmi les différents thèmes abordés dans l’ouvrage, la partie la plus en lien avec notre propre carnet semble être la fabrique des scénarios et visions du futur. Si les différentes enquêtes du livre portent sur des alertes et controverses réelles, on peut toutefois se demander si l’analyse des discours pourrait être mise en écho avec celle des narrations produites dans l’imaginaire et principalement dans les productions cinématographiques et sérielles qui mettent en images notre perception de ce qu’est une catastrophe et une destruction du monde.

Continuer la lecture de Mauvais genre : à lire, à voir, à écouter, n°3

La distinction version 2017 : un mec en costume de tique

Amazon  propose  ce vendredi sur sa plateforme Prime la première saison de The Tick. Suivant l’exemple de Netflix, Amazon poursuit une politique ambitieuse de production de web series destinées à attirer l’attention des critiques et des festivals tout en remportant des succès d’audience. Pour cela elle puise dans l’existant. Philip K. Dick pour The Man in the High Castle (2015-), Neil Gaiman pour Amercian Gods (2017-). The Tick, personnage créé en 1986 par Ben Edlund a une origine de moins grande noblesse littéraire si je puis dire mais revêt des caractères de distinction intéressants. C’est une production issue du comics indépendant, oui bande d’esprits chagrins je vous vois ajouter « donc moins cher » mais pas que. C’est le petit pas de côté qui permet de faire dans le comics distingué, bande d’esprits chagrins, cette fois vous ajouter « donc chiant ».

Pas du tout.

Continuer la lecture de La distinction version 2017 : un mec en costume de tique