Archives par mot-clé : noir

Mauvais genre : à lire, à voir, à écouter n°2

Je m’étais fixée comme objectif de faire un billet de veille hebdo, à la fois pour nourrir le blog et pour m’aider à organiser le tas de signets et favoris que j’accumule chaque semaine. Nous sommes quinze jours après le premier billet donc autant dire que ça s’annonce encore être un plan sans accroc. Voici une veille lecture pour paresser au lit en ce dimanche matin.

via GIPHY

Noir c’est noir

Le riche fil twitter de @franceculture vient d’attirer mon attention sur une série d’émission consacrée en 2013 à l’histoire des couleurs de Michel Pastoureau dont une consacrée au noir.  « Le noir c’est la nuit, c’est le monde souterrain et par extension c’est l’enfer, c’est la mort tout ce qui est négatif encore qu’il y a encore un bon noir dont nous parlerons tout a l »heure » (M. Pastoureau). Le noir est associé aux temps des origines, à l’avant vie qui elle est incarnée par la lumière. Mais comme le dit M. Pastoureau dés le début de l’émission le noir a à voir avec les ténèbres souterraines mais aussi avec la fertilité de cette terre.

J’ai lu l’ouvrage de M. Pastoureau après avoir réalisé que je n’entendais pas aborder les oeuvres visuelles ou sonores de mauvais genre en m’appuyant sur des connaissances artistiques. C’est déjà fait et bien fait. Mon projet était plutôt de m’inscrire dans l’anthropologie des corps et des images et le travail sur les couleurs de M. Pastoureau est aussi historique qu’anthropologique. Il permet de mieux comprendre le noir  » inquiétant qui indique la présence du mal, la faute, la maladie, la mort, le péché » (M. Pastoureau) mais aussi couleur de l’autorité humble prisée des princes  puis du clergé, puis robe des magistrats et très tardivement couleur des vêtements de deuil.

Le noir devient tardivement une couleur de rébellion d’abord de drapeau puis de vêtements.

Jeunes filles rebelles

Comment une jeune fille passe-t-elle pour la société d’une oie blanche à une mauvaise fille ? Mercredi à la Fabrique de l’histoire il était question de la pureté des jeunes filles avec notamment les travaux de Caroline Muller dont je vous conseille le blog.

Jeudi, l’émission portait sur les jeunes filles rebelles autour du livre Mauvaises filles  de Véronique Blanchard et David Niget.  Ce livre faisait partie de ma liste #socionoël de l’année dernière et il était bien sous le sapin. J’en ai commencé la lecture par le XX° siècle et le portrait de Virginie, errante et punk. Les photos sont aussi fortes que les textes et il existe d’ailleurs une exposition Mauvaises filles. J’ai progressivement remonté le film jusqu’à son début et découvert l’enfermement des jeunes filles déviantes avec Elise, vagabonde ou Marie, incorrigible. L’émission de La Fabrique souligne les rôles joués par la police et la médecine dans le contrôle des corps, la sanction pénale ne concerne pas des faits mais des comportements, des jeunes filles se trouvent enfermées bien plus longtemps que les jeunes hommes jetés en prisons. 

Un autre livre explore ces dimensions, Vagabondes, les écoles de préservation pour jeunes filles édité à partir d’un fonds de photographies du début du siècle (1929 à 1931) retrouvé et conservé à l’Ecole nationale de la protection judiciaire et de la jeunesse (ENPJJ).

Vers 42 minutes, il est question du punk et de la figure dépolitiésée de la punkette. « On en revient toujours au corps » (Véronique Blanchard).

Ça m’intéresse

Michel Pastoureau a également écrit sur le rouge, couleur du sang, de l’amour mais pas que…   La dernière livraison du fanzine Medusa nous parle de clowns. De nombreux titres de la presse écrite ont fait leur Une voire un numéro spécial autour de l’oeuvre de Stephen King et de sa dernière adaptation cinématographique. Mais en fait chers déjà ou bientôt coulrophobes vous n’avez pas idée du nombre de clowns furieux dont les DVD vous guettent, environ 60 dans ces pages. L’importance accordée par le Fanzine au visuel permet bien de voir ce qui fait le clown (nez rouge sur visage blanc voire cadavérique) et la peur du clown ( bouche dévorante avec des dents nombreuses et aiguisées).

Il y aussi dans ce numéro un dossier sur Amicus, la société de production qui parvient à survivre à la domination exercée par la Hammer sur l’horreur British dans années 1960 et 1970.

Les frais de port sont offerts jusqu’au 6 novembre pour toute commande du fanzine. Joyeux Halloween.

via GIPHY