Archives par mot-clé : histoire des genres

Veille 6/52 2019 Resident Evil

Resident Evil est un jeu video d’horreur créé par Shinji Mikami et sorti sur Playstation 1 en 1996. Il est devenu dés les années 1990 une franchise à succès et a connu depuis une expansion transmedia très forte avec des films, des comics, des romans, des fan fictions et bientôt une série télé.

Pour y voir un peu clair dans la veille qui suit, je vous propose de commencer par cette histoire de la franchise.

Un peu d’histoire du jeu vidéo

Le jeu vidéo d’horreur prend sa source dans le jeu d’action auquel il emprunte de nombreux codes. Pour Travis Fahs (2009), Haunted House (1982) sur Atari 2600 est le premier jeu conçu pour faire peur.

Pour survivre dans le jeu, il faut trouver des objets, trouver des passages entre les pièces et fuir plus que combattre. Les bases sont posées. On retrouve ensuite durant les années 1980 des jeux adaptés des films de slasher, comme Massacre à la tronçonneuse (Tobe Hooper, 1974) et Halloween (John Carpenter, 1978).

Cinemassacre
Continuer la lecture de Veille 6/52 2019 Resident Evil

Veille 5/52 2019 Histoire des genres

Cette semaine, on parcourt les genres en parlant histoire des films d’horreur et du steampunk.

Horror 101

Colin Paradine poursuit son enseignement sur l’histoire du genre horrifique avec cette fois un billet sur les années 1910-1919.

Un Frankenstein ( J. Searle Dawley) librement interprété de l’oeuvre de Mary Shelley est produit en 1910 par les studio Edison. Mike Mashon de la Library of Congress a raconté dans un billet de blog les péripéties par lesquelles est passé le projet de restauration du film. La seule copie nitrate survivante du film est arrivée dans les collections de la bibliothèque en 2015. Le choix de restauration tient à l’histoire de cette copie, le visionnage du film lui-même étant très accessible.

Frankenstein (1910) mis en ligne par The Video Cellar

As an acquisitions officer, I work a lot with collectors and have a great deal of respect for them. If it weren’t for collectors, huge chunks of film history would have vanished forever; in many ways, our Silent Film Project is a testament to them. But, sometimes, I have to explain to eager sellers that there’s a difference between rarity and value; just because there’s only one print of a particular film doesn’t mean the print has much monetary value if there’s no market for it.

Mike Mashon, 2018
Continuer la lecture de Veille 5/52 2019 Histoire des genres