Archives par mot-clé : fan

Louer une cabane au fond des bois : une fausse bonne idée

Les choses se sont succédées dans l’ordre suivant : d’abord les forêts, puis les cabanes, les villages, les cités et enfin les académies savantes” (Vico, cité par Harrison, 1992, p.31)

Dominique Bachelard (2012) propose la définition suivante des cabanes.

Les cabanes sont des formes d’habitat humbles, d’abri pour vivre temporairement. Elles empruntent aux expériences archaïques de l’espèce humaine pour se protéger de l’extérieur, des prédateurs, de la pluie, du vent, de la chaleur.” 

Bachelard, 2012, p.37

La notion d’archaïsme nous renvoie à l’imaginaire de la forêt, abordé dans le billet précédent. Tout comme la forêt est représentée comme un espace premier, la cabane est représentée comme un habitat premier (voir citation en exergue). 

La cabane est perçue comme un habitat ancien, également comme un habitat précaire, conçu avec les ressources de la forêt, ainsi que comme un habitat provisoire, les êtres humains ne font qu’y passer, ou y trépasser comme nous allons le voir dans ce billet. 

Comme nous l’avons vu, au XIX° siècle, les américains se passionnent pour le spiritisme en s’intéressant aux lieux dans lesquels ils pourraient entrer en communication avec les esprits.  Au début des années 1850, dans l’Ohio (Sauvet, 2012), monsieur Koons, heureux mari et père de 7 enfants, décide de construire une chambre aux esprits (spirit room) pour entrainer ses enfants à communiquer avec l’au-delà. Si monsieur Koons a toujours de bonnes idées, il sait également être mesuré dans ses initiatives. C’est pourquoi, il ne construit pas la pièce aux esprits dans sa ferme, mais dans une cabane à l’écart dotée d’une seule issue et de trois fenêtres maintenues fermées.

Continuer la lecture de Louer une cabane au fond des bois : une fausse bonne idée

(we are) NOT (Venom)

Je ne suis pas habituée à employer le mot “fan” dans des écrits scientifiques. Je ne parle pas de l’avoir lu dans des ouvrages, notamment d’Henry Jenkins mais de le pratiquer, de commencer à désigner une réalité théorique (je suis sûre que je viens de faire une figure de style) par l’usage de ce mot. 

Vendredi 05 octobre,  avec Frédérique Letourneux, nous mettions le point final à un article consacré aux trajectoires punk. Dans notre dernière relecture, nous nous sommes attardées sur la manière dont nous présentions les enquêté.e.s dans les citations. Sur la trentaine d’entretiens de notre corpus, deux ont été faits auprès de personnes qui n’ont pas de pratiques musicales amateurs ou professionnelles. Comment les qualifier ? “Amateur de musique punk” fut avancé, mais le mot amateur était déjà utilisé pour renvoyer à une pratique musicale non professionnelle. “Fan” ? Aussitôt prononcé le mot nous a mis mal à l’aise sans qu’aucune de nous deux ne soit capable d’expliquer pourquoi de prime abord. Puis en s’appuyant sur les travaux de Dick Hebdige, nous avons chois la notion de “style” qui nous semblait mieux désigner le fait que les personnes interrogées s’étaient engagées dans le punk bien au-delà d’une affection pour la musique en adoptant des représentations et des pratiques structurant l’ensemble de leur vie quotidienne (coiffure, vêtements, tatouage, vie nomade collective, consommation de stupéfiants…). 

Le mardi suivant me voici au cinéma.

Continuer la lecture de (we are) NOT (Venom)