Archives de catégorie : Z comme maison

Avant d’entrer

« Au XIXe siècle, les maisons sont des lieux privilégiés de hantise et de rencontre avec les fantômes et autres âmes errantes, là où autrefois ceux-ci hantaient peut-être surtout les bois, les montagnes, les marais. » 

Gallard, Sauget, 2017, 26

Nous avons cheminé depuis la forêt, en évitant les montagnes mais pas les marais, la maison, que nous apercevions au loin, se dresse maintenant devant nous. Nous commencerons par en passer le petit portillon pour nous balader dans le jardin où nous attendent des extra-terrestres… mais ça c’est pour la prochaine fois. Aujourd’hui nous voulions vous livrer quelques considérations avant d’entrer. 

Continuer la lecture de Avant d’entrer

Louer une cabane au fond des bois : une fausse bonne idée

« Les choses se sont succédées dans l’ordre suivant : d’abord les forêts, puis les cabanes, les villages, les cités et enfin les académies savantes » (Vico, cité par Harrison, 1992, p.31)

Dominique Bachelard (2012) propose la définition suivante des cabanes.

« Les cabanes sont des formes d’habitat humbles, d’abri pour vivre temporairement. Elles empruntent aux expériences archaïques de l’espèce humaine pour se protéger de l’extérieur, des prédateurs, de la pluie, du vent, de la chaleur. » 

Bachelard, 2012, p.37

La notion d’archaïsme nous renvoie à l’imaginaire de la forêt, abordé dans le billet précédent. Tout comme la forêt est représentée comme un espace premier, la cabane est représentée comme un habitat premier (voir citation en exergue). 

La cabane est perçue comme un habitat ancien, également comme un habitat précaire, conçu avec les ressources de la forêt, ainsi que comme un habitat provisoire, les êtres humains ne font qu’y passer, ou y trépasser comme nous allons le voir dans ce billet. 

Comme nous l’avons vu, au XIX° siècle, les américains se passionnent pour le spiritisme en s’intéressant aux lieux dans lesquels ils pourraient entrer en communication avec les esprits.  Au début des années 1850, dans l’Ohio (Sauvet, 2012), monsieur Koons, heureux mari et père de 7 enfants, décide de construire une chambre aux esprits (spirit room) pour entrainer ses enfants à communiquer avec l’au-delà. Si monsieur Koons a toujours de bonnes idées, il sait également être mesuré dans ses initiatives. C’est pourquoi, il ne construit pas la pièce aux esprits dans sa ferme, mais dans une cabane à l’écart dotée d’une seule issue et de trois fenêtres maintenues fermées.

Continuer la lecture de Louer une cabane au fond des bois : une fausse bonne idée

Home, sweet Home

Une série de billets proposée par Elvire Bornand et Emeline Brulé

L’expression « Home, sweet Home » renvoyant à la douceur du foyer qui nait dans les pays anglophones au XIX° siècle, le siècle où la maison s’impose dans l’imaginaire bourgeois. La notion d’intérieur (Lerichomme, 2014), qui marque une séparation nette entre espace public et espace privé suit l’essor de la société industrielle et est marquée par la notion de confort, à laquelle renvoie en partie le « Home, sweet Home ».

Cet univers douillet est approprié au XIX° siècle par les vivants comme par les morts. Si c’est en France que se forgent à la fois le mot et la doctrine spirites, c’est aux Etats-Unis que le motif de la maison hantée va se développer et prospérer. 

« (…) a minor motif in a literary subgenre has become, in contemporary popular American culture, a staple of children’s literature, a feature of Halloween, a classic attraction of many theme parks, an established form of tourism, and a central figure in Hollywood thrillers and horror films alike. » (Michlin, 2012, 1).

Continuer la lecture de Home, sweet Home

La dame en noir

Toc toc toc Qui est là source : youtube
Toc toc toc Qui est là source : youtube

Dans un échange avec une étudiante en puériculture la semaine dernière, nous évoquions la place des enfants et plus particulièrement de la mort des enfants, dans le genre horrifique. Je pointais qu’ils étaient rarement représentés parce que rarement tués, à contrario des adolescents et jeunes adultes. Je soulignais le tabou de certaines morts lié à notre rapport à la vulnérabilité et à la parenlatité, soit en l’espèce l’évitement de la mort des enfants et des animaux de compagnie ( que celui qui n’a jamais appelé son toutou mon bébé me jette la première pierre).  L’étudiante m’a indiqué en retour que je ne tenais pas compte dans mon propos de films tels que La dame en noir, dont j’ignorais en effet jusqu’au titre.  Cette intervention m’a conduite à me questionner une énième fois sur les critères qui délimitent le périmètre de mon corpus.

Je suis convaincue, avant même d’avoir vu La dame en noir, que ce film n’est pas amené à en faire partie et ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de zombie dedans. Alors pourquoi ?C’est le moment d’appuyer sur le bouton Play et d’espérer avoir la réponse dans 1H31.

« You could have save him« 

Tout d’abord, je ne savais pas à quel point le lien entre chien et enfant s’avèrerait prégnant dans ce film, donc… haha. Ce visionnage était une belle occasion de réaliser l’absence de deux des dimensions qui m’intéressent le plus dans ces films de genre soit l’expérience collective et la dynamique de groupe d’une part et le caractère indéterminé des solutions possibles, d’autre part. Ici le film se concentre sur une trajectoire individuelle, un homme se retrouve malgré lui aux prises avec la mort et il va rechercher et trouver une solution pour s’en débarrasser.

Continuer la lecture de La dame en noir