Archives de catégorie : Z comme introspection

Reboot : morte-vivante

J’ai tourné et erré pendant plusieurs années pour déterminer la ligne éditoriale de ce carnet. J’avais plusieurs écueils (au sens de grosses montagnes avec danger d’éboulis et survol d’un hélico avec à son bord des vilains lourdement armés) à affronter.

Quand j’ai ouvert ce carnet, je souhaitais travailler sur la mort en étudiant les monstres. Parmi les monstres, l’un m’attirait particulièrement : le zombie. Pour des raisons personnelles d’abord, j’adore les films d’horreur en général et de zombies en particulier. Pour des raisons scientifiques également, j’avais l’impression que le terme zombie était de plus en plus employé pour désigner des phénomènes réels, comme l’idée d’une économie zombie.

Selon les standards comptables, Tesla est donc également une société zombie qui aurait très probablement rendu l’âme sans le contexte actuel des taux nuls autorisant le maintien en vie d’entreprises peu voire pas du tout profitables, et qui exercent sur le monde économique de réelles nuisances.
Une société zombie consomme effectivement de précieuses ressources tout en prévenant l’apparition d’entreprises réellement productives. L’accumulation de ces entreprises pourries empêche donc l’allocation efficiente du capital qui ne profite ainsi que fort peu aux sociétés dynamiques. Les débats souvent passionnels sur le niveau des taux d’intérêt empêchent donc de remédier à un autre problème lourd, quoique silencieux, qui menace l’ensemble de l’économie mondiale : la multiplication d’entreprises zombies parasitant le système.

Michel Santi, entretien accordé au journal La tribune, 07/05.2019

Bon je triche en mettant un article datant d’il y a quelques mois alors que ce carnet a ouvert il y a plusieurs années mais Elon Musk.

Ll’entreprise m’a vite paru tentaculaire. J’avais si peu de temps à consacrer à ce projet et tant de pistes à explorer pour le faire un tant soit peu sérieusement. Et plus le temps passait plus le zombie devenait à la mode, The Walking Dead aidant.

Le temps a continué à passer, j’ai essayé de préciser ce qui m’intéressait dans la figure du zombie. J’en suis venue à identifier le modèle de relations sociales d’une société qui sombre dans le chaos, l’idée d’une mort social plutôt qu’une simple mort biologique. Sur ce, l’effondrement est devenu à la mode.

J’ai à nouveau réfléchi à mes centres d’intérêts, les relations sociales qu’il m’intéressait de décrire étaient très territorialisées. J’ai lu plusieurs articles traitant le zombie sous un angle géographique et ça s’est révél hyper stimulant.

Pourtant je n’écrivais toujours rien. Je me suis donc forcée à faire des veilles sur les productions dites de genre en attendant de décider si je fermais ou non ce carnet.

Ce laps de temps m’a permis d’identifier ce qui me bloquait depuis le départ. J’ai réalisé que cela n’avait rien à voir avec l’objet de recherche mais que cela concernait mes rapports avec le monde académique.

J’ai envoyé en tout à pour tout un dossier pour un poste de MCF dans ma vie et c’était parce que c’était la condition fixée par l’IUT où j’étais pour m’offrir un contrat à durée déterminée. A la suite de ce contrat j’ai fait un post-doc parce qu’on me l’avait conseillé.

Parce que si vous voulez qu’on vous regarde comme quelqu’un de pas trop bête, il vaut mieux essayer d’obtenir quelque chose que vous ne voulez pas vraiment que dire ce que vous pensez des conditions de travail dans le monde académique.

Parce que c’est tout ou rien. Faut souffrir pour rentrer et souffrir en restant.

Parce que ce serait la seule place où faire de la recherche.

J’ai eu l’impression de recevoir une gifle la première fois qu’on m’a appelé “sans poste”. J’étais hyper fière de moi. J’avais renoncé à un second post-doc, trouvé un emploi qui non seulement me plaisait mais m’offrait des conditions rêvées pour penser comme faire de la sociologie en dehors du monde académique. Je sors de réunion, je cours, j’attrape mon tram, j’arrive à la fac pour un séminaire et là on me dit “je trouve ça chouette quand des sans-postes trouvent le temps de venir“.

Je suis devenue une petite personne. Quel que soit le regard que je portais sur moi-même, je devais accepter d’être un manque pour continuer à faire de la recherche.

Alors, sans m’en rendre compte j’ai fait une croix. J’allais pas en plus d’être un manque devenir une franche rigolade en affichant mon intérêt pour des sujets qui avaient le double défaut d’être à la mode et de relever d’un travail sur l’imaginaire.

Et puis ces derniers temps j’ai lu de nombreux tweets emplis de souffrances de docteur.e.s qui deviennent des “sans” et qui conservent leur amour de la recherche (parce qu’il y a de l’émotion dans cette affaire-là) et leur motivation à intégrer un univers professionnel qui leur permette de chercher et de transmettre autrement. En se sentant différent.e mais pas inférieur.e.

Et là une pensée d’une rare intensité philosophique m’a traversé. Je me suis dit : on sans fout.