Archives de catégorie : Veille

La science le confirme : dans l’espace personne ne vous entendra crier

C’est en lisant les écrits et regardant les vidéo de Anne Besson sur la fantasy que je me suis familiarisée avec la notion de suspension d’incrédulité. La notion exacte semble être suspension consentie d’incrédulité dont la paternité est attribuée à S. T. Coleridge. Cette notion désigne le fait que le lecteur ou le spectateur consent à accepter la fiction comme une autre réalité ou une réalité non réaliste. Le récit doit être cohérent, avoir une vraisemblance interne dans le fil de la narration et la caractérisation des personnages, mais il peut être dissonant avec les propriétés du monde réel.

Cette notion n’est pas utile qu’au lecteur / spectateur, elle permet au chercheur d’étudier des oeuvres pour elles-mêmes. Mais la tentation du lien entre imaginaire et réalité n’est que suspendue et elle revient souvent, surtout en science-fiction.

De la science-fiction vers le réel, pour mettre l’accent sur les avancées scientifiques qui ont été représentées dans l’imaginaire avant d’être créées dans notre réalité. La saga Star Trek est emblématique de ce mouvement.

Du réel vers la science-fiction pour juger de ce qui est représenté dans l’imaginaire en termes de correct et de faux, c’est-à-dire de conforme ou non à notre connaissance du réel.

Continuer la lecture de La science le confirme : dans l’espace personne ne vous entendra crier

Figures du monstrueux : Médée en BD

Médée est-elle encore un monstre ?

Le  titre choisi par Julie Gallego pour sa présentation de l’oeuvre de Nancy Peña (dessin) et Blandine le Callet (scénario) sur le carnet Actualités des études anciennes est alléchant.

Cette bande dessinée propose un traitement réaliste du mythe tout en faisant référence à de nombreuses reprises à l’iconographie et au mythe antiques. Médée est présentée comme une femme savante, débarrassée “de ses oripeaux merveilleux” et éprise d’une liberté qui défie les normes et contraintes sociales de son époque. L’histoire présentée dans la bande dessinée est narrée par une Médée vieille de 1000 ans qui revient sur sa trajectoire biographique au moment où va se terminer sa vie. « Cela fait si longtemps que j’attends ce moment, quelques jours de solitude, pour me souvenir avant de crever. Mais ce n’est pas si simple. Il y a tous ces souvenirs. Mille ans, dix siècles passés sur moi. Trop d’images et de mots entassés, trop de bruits, de visages. Si je les laisse revenir tous ensemble, je sais qu’ils me tueront. N’aie pas peur, vieille carne : c’est la dernière épreuve. Elle sera pénible, c’est sûr, mais la vieillesse t’a rendue coriace. N’aie pas peur. Ce sera comme le reste, tu iras jusqu’au bout. » (t. I, p. 6).

La vieille Médée raconte le parcours de la jeune Médée, femme amoureuse,  chaque tome incarnant une montée dans la violence avec un traitement qui s’écarte de la tradition comme le note Julie Gallego. Médée ne réalise pas ses crimes à l’aide de la magie mais de la science. Lorsqu’il est question de magie, c’est pour montrer comment les puissants s’en servent pour manipuler le peuple. Un bel exemple en est fourni par un échange entre le roi et son conseiller à propos de la Toison d’or, je vous laisse le découvrir dans le billet original.

 

image de couverture : tableau représentant Médée de Anthony Frederick Augustus Sandys. 

Une diversité sur mesure : cinéma du Sud pour public du nord

Le dernier numéro de Sociologie (2017/2, vol.8) contient un article fort intéressant de Romain Leclerc sur l’organisation du marché français du cinéma du sud, intitulé Une diversité sur mesure: Les conditions d’existence d’un cinéma du « Sud  [sur abonnement].

Pour légitimer l’importance d’une politique nationale de production cinématographique contre le méchant hégémonique Hollywood, la France soutient fortement un ensemble de productions étrangères, investissant par exemple un demi-million d’euros par an dans un “pavillon des cinémas du monde” à Cannes. Elle anime d’autre part un Fonds d’aide au cinéma du monde qui nécessite que le pays demandant une coproduction “doivent avoir ratifié la convention de l’Unesco de 2005 sur la diversité culturelle (votée à l’unanimité moins deux voix – celles d’Israël et des États-Unis) et avoir exclu le secteur audiovisuel lors d’une adhésion éventuelle à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Pour le directeur des relations internationales du CNC, il s’agit en effet de « trouver des leviers pour inciter les gens à rejoindre notre camp contre les forces obscures du marché  “( citation recueillie par l’auteur à Paris, le 26 décembre 2011)“.  Les coproductions alimentent ensuite les salles d’arts et d’essais européennes ainsi que les festivals, dont celui de Nantes.

Ce soutien sous forme de coproduction s’accompagne d’un recadrage qui vise à proposer un exotisme accessible à un public européen profane.

Continuer la lecture de Une diversité sur mesure : cinéma du Sud pour public du nord

Ecrire sur le cinéma d’animation (DL 31/07/17)

La NEF, Nouvelles écritures pour le film d’animation, propose un colloque sur le thème “Ecrire sur le cinéma d’animation” les 1er et 2  décembre 2017 à l’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art) à Paris. Les propositions de communication sont à envoyer avant le 31 juillet 2017.

Alors que les discours contemporains sur le cinéma d’animation semblent de plus en plus nombreux et gagner en visibilité à l’ère du numérique, suscitant de plus en plus de curiosité de la part de la communauté scientifique et du public, ce colloque se propose de réfléchir à un premier état des lieux des transformations de ces pratiques écrites et des écritures modernes et contemporaines sur le cinéma d’animation, en France et à l’étranger, afin de faire le point sur cette production dont la diversité des approches et le rayonnement géographique témoignent de la dynamique et de la richesse actuelles.

Extrait de l’appel à com, que vous pouvez consulter ici.