Archives de catégorie : Veille

(we are) NOT (Venom)

Je ne suis pas habituée à employer le mot « fan » dans des écrits scientifiques. Je ne parle pas de l’avoir lu dans des ouvrages, notamment d’Henry Jenkins mais de le pratiquer, de commencer à désigner une réalité théorique (je suis sûre que je viens de faire une figure de style) par l’usage de ce mot. 

Vendredi 05 octobre,  avec Frédérique Letourneux, nous mettions le point final à un article consacré aux trajectoires punk. Dans notre dernière relecture, nous nous sommes attardées sur la manière dont nous présentions les enquêté.e.s dans les citations. Sur la trentaine d’entretiens de notre corpus, deux ont été faits auprès de personnes qui n’ont pas de pratiques musicales amateurs ou professionnelles. Comment les qualifier ? « Amateur de musique punk » fut avancé, mais le mot amateur était déjà utilisé pour renvoyer à une pratique musicale non professionnelle. « Fan » ? Aussitôt prononcé le mot nous a mis mal à l’aise sans qu’aucune de nous deux ne soit capable d’expliquer pourquoi de prime abord. Puis en s’appuyant sur les travaux de Dick Hebdige, nous avons chois la notion de « style » qui nous semblait mieux désigner le fait que les personnes interrogées s’étaient engagées dans le punk bien au-delà d’une affection pour la musique en adoptant des représentations et des pratiques structurant l’ensemble de leur vie quotidienne (coiffure, vêtements, tatouage, vie nomade collective, consommation de stupéfiants…). 

Le mardi suivant me voici au cinéma.

Continuer la lecture de (we are) NOT (Venom)

Veille de la semaine

Cette semaine, Emeline et moi avons répondu à un appel à communication sur les séries télévisées de network des années 1980. En y repensant alors que je faisais la queue au ciné, je me suis demandée quelle série je choisirai si le prochain appel concernait les séries des années 1990. Voici une transcription fidèle de cette discussion intérieure avec moi-même :

_ Buffy, c’est évident.

_ Sérieux, mais tout le monde va choisir Buffy. 

_ Et alors ? Genre tout le monde le fait donc je le fais pas parce que je suis au-dessus de ça ? 

_ Non juste, ils te prendront pas. 

_ Bon, OK. Je peux toujours choisir X-files. 

_ Sérieux, mais tout le monde va choisir X-files. 

Je vous épargne la suite de la conversation. L’essentiel étant que cela m’a donné une furieuse envie d’écouter / voir des choses sur la série. 

Le 20 juillet dernier, lors du Comic Con de San Diego, le Hollywood Reporter a annoncé un reboot de la série, « an inclusive reboot » comme l’indique le titre de l’article puisque l’information majeure communiquée concerne la demande de la Fox d’un casting faisant une plus large part à la diversité. « The Casting for the central role of Buffy has also not yet been determined. The new version, sources say, will be contemporary and build on the mythology of the original. Like today’s world, the new Buffy will be richly diverse, with some aspects of the series, like the flagship, seen as metaphors for issues currently facing society. » (Hollywood Reporter, 20 juillet 2018). 

Cette idée de reboot agite la fan base de la série pour qui c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleurs goules. 

Buffy Resurrection sur Netflix (Fan trailer parodique de VJ4rawr2 )

Tout ça m’a donné envie de me plonger dans le passé plutôt que de me projeter dans l’avenir. Quoi de mieux alors qu’une petite réunion de famille. 

Entertainment Weekly a réuni le casting du show (à l’exception notable de Anthony Stewart Head) pour célébrer les 20 ans de la série. 

Une fois plongée dans le passé autant y rester mais en voyageant. Je suis passée de Sunnydale à White Chapel pour un Very Bad Tripes que vous pouvez écouter ici. Si cela vous donne l’envie funeste de vous lancer sur les traces de Jack L’éventreur, Emeline a rédigé un billet sur une série qui pourrait vous intéresser. 

Pour revenir au temps présent sans trop se dépayser, rien de tel que de parler mort, non ? Au rayon des regrets de l’été figure le fait d’avoir raté l’exposition « Même pas peur »  à la fondation Bemberg à Toulouse.  Une baronne de Rothschild (1874-1926) collectionneuse d’objets en forme de crâne, dont de nombreuses caricatures de banquiers. Mais.. Pourquoi ? Comment ? Donnez les moi !!! A défaut de pouvoir y aller, j’ai pu me plonger dans une conférence donnée dans le cadre de l’exposition. 

Sophie Motsch, commissaire de l’exposition et attachée de conservation Département XVIIe-XVIIIe siècles au musée des arts décoratifs Paris, qui donne cette conférence a également accordé un entretien intéressant à Mauvais Genre dans la rubrique L’encyclopédie pratique, à écouter ici.  Le livre de l’exposition publié aux éditions Somogy est disponible pour la non modique somme de 35 euros. 

L’histoire du vraie Pennywise

Manquait plus que Ca à ma semaine… Non seulement les pauvres nous spolient tout en nous rapportant que dalle, mais en plus les clowns tueurs nous cernent.

Bon… cerner n’est peut être pas le terme le plus approprié à moins que vous imaginiez John Wayne Gracy en train de faire des ronds autour de vous. 26 corps seront retrouvés dans la fosse septique du clown. En 1980, il est condamné à mort, exécuté en 1994.

A écouter : L’histoire du vrai Pennywise, le clown de Ca.

La mort, par Hervé Guibert

Dans ce premier ouvrage d’une trilogie autobiographique romancée, Hervé Guibert évoque la découverte de son diagnostic du sida, et comment celle-ci affecte son rapport à la mort—et comment celui-ci a d’abord été façonné par des images issues de la culture cinématographique populaire.

Depuis que j’ai douze ans, et depuis qu’elle est une terreur, la mort est une marotte. J’en ignorais l’existence jusqu’à ce qu’un camarade de classe, le petit Bonnecarère, m’envoyât au cinéma le Styx, où l’on s’asseyait à l’époque dans des cercueils, voir L’enterré vivant, un film de Roger Corman tiré d’un conte d’Edgar Allan Poe. La découverte de la mort par le truchement de cette vision horrifique d’un homme qui hurle d’impuissance à l’intérieur de son cercueil devint une source capiteuse de cauchemars. Par la suite, je ne cessai de rechercher les attributs de les plus spectaculaires de la mort, suppliant mon père de me céder le crâne qui avait accompagné ses études de médecine, m’hypnotisant de films d’épouvante et commençant à écrire, sous le pseudonyme d’Hector Lenoir, un conte qui racontait les affres d’un fantôme enchaîné dans les oubliettes du château des Hohenzollern, me grisant de lectures macabres jusqu’aux stories sélectionnées par Hitchcock, errant dans les cimetières et étrennant mon premier appareil avec des photographies de tombes d’enants, me déplaçant jusqu’à Palerme uniquement pour contempler les momies des Capucins, collectionnant les rapaces empaillés comme Anthony Perkins dans Psychose, la mort me semblait horriblement belle, féeriquement atroce, et puis je pris en grippe son bric-à-brac, remisai le crâne de l’étudiant de médecine, fuis les cimetières comme la peste, j’étais passé à un autre stade de l’amour de la mort, comme imprégné par elle au plus profond je n’avais plus besoin de son décorum mais d’une intimité plus grande avec elle, je continuais inlassablement de quérir son sentiment, le plus précieux et le plus haïssable d’entre tous, sa peur et sa convoitise.

Hervé Guibert, A l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie, Gallimard, 1990

[Frankenstein] Biopolitique & The Frankenstein Chronicles

Série-télé britannique dramatique (produite et diffusée par ITV Encore), The Frankenstein Chronicles a deux saisons de six épisodes à son compte. Dans cette adaptation, Frankenstein est vu par l’inspecteur de police cherchant à l’empêcher de commettre son crime (contre Dieu), de donner la vie à sa créature. Ce qui est passionant dans cette série, c’est la recontextualisation de l’oeuvre de Wollstonecraft Shelley dans les enjeux « biopolitiques » du milieu du XIXe siècle en Angleterre… Ainsi que la manière dont ceux-ci concernent notre époque.

Image result for Frederick Dipple.

Mary Wollstonecraft Shelley (MWS), inspecteur Marlott et son assistant, Nightingale.

The Frankenstein Chronicles se déroule 10 et 13 ans après la publication du livre de Shelley, durant les négotiations de l' »Anatomy Act« , une loi permettant aux chirurgiens d’utiliser les corps non réclamés (et non pas seulement les corps des mis à morts), ce pour réduire le nombre de corps volés dans les cimetières et vendus pour la recherche médicale. De manière plus générale, cet acte semble marquer la volonté d’une régulation par l’Etat des corps médicaux, et limiter les pratiques des charlatans et autres arracheurs de dents. Le problème étant qu’à l’époque, un corps devait rester intact pour permettre la résurrection–et que ces corps non réclamés étaient pour la plupart ceux des couches les  plus pauvres de la population.

On suit donc l’inspecteur Marlott, qui cherche à comprendre qui vole des corps d’enfants pour les rescussiter. Il rencontre Mary Wollstonecraft Shelley (MWS), les galvanistes, et divers parias londoniens. Au deuxième plan, on assiste au développement et à la structuration des forces de police, nécessaire pour contrôler les corps, vivants comme morts, et notamment leur utilisation de l’autopsie, contestée par les ecclésiastiques. A la différence de l’oeuvre de Shelley, les personnes rescussitées sont d’une seule pièce, et leur ressuscitation est dûe à l’injection de cellules souches. On retrouve là les idées contemporaines pour prolonger la vie, plus proche de la figure du vampire que de celle de la créature de Frankenstein. De plus ces personnes ont la particularité de continuer à voir et à vivre avec les morts. Une tentation supplémentaire : ce n’est pas la vie éternelle qui est recherchée, mais la conservation de la vie des autres. Ce qui est particulièrement crucial dans un contexte, où, comme le dit MWS, dans la Saison 1, tout le monde a perdu des enfants (la mortalité infantile reste très élevée), une soeur ou un frère, une compagne ou un compagnon, et où il n’y a aucun espoir de revoir les suicidé.e.s dans le royaume divin.

Dans la Saison 2, c’est par la robotique et l’épidémie de choléra que la série interroge la mort, et son appropriation tant par les médecins que par les prêtres. C’était après tout la grande époque des automates,  ces machines exotiques et exotisantes exposées à côté de « freaks ». On suit donc en parallèle la conception et l’exposition d’une femme automate, par Frederick Dipple (toute ressemblance n’est pas fortuite), et les controverses autour de l’origine de l’épidémie de choléra jusque là inconnue en Grande-Bretagne.

Image result for Frederick Dipple.

Frederick Dipple.

Pour endiguer l’épidémie, un certain nombre de mesures de santé publique sont prises à l’époque : quarantaine des malades et des cadavres, tentatives d’assainissement (la théorie de contagion dominante étant celle des miasmes). L’inspecteur Marlott tente d’avertir qu’une source d’eau potable est à l’origine de la contamination–mais l’attribution de cette maladie à une punition divine semble plus convaincante pour les londonien.nes. Reste donc tout au long de la Saison 2 cette mise en récit de la dispute de la mort par les corps scientifiques et les corps religieux, qui donne un tout autre éclairage au travail de Mary Wollstonecraft Shelley.

Références supplémentaires :
http://knarf.english.upenn.edu/Articles/marshall.html
http://www.historyhome.co.uk/peel/p-health/cholera3.htm
https://en.wikipedia.org/wiki/Burke_and_Hare_murders

La fin de la biopolitique? Les transformations contemporaines de la santé publique

A suivre : @archeo_sf

Compte Twitter @archeo_SF

 

 

 

 

 

Ce matin grâce à j’ai découvert le compte twitter de @archeo_sf, ainsi que son blog sur lequel il consacre actuellement une série de billets à l’année 2018 telle que l’ont décrit par le passé des auteurs de science-fiction. Cela m’a donné une excuse pour revoir Rollerball, film de 1975, adapté d’une nouvelle de William Harrison dont l’action se passe en 2018. Le compte twitter de @archeo_sf aborde la SF d’un point de vue historique et politique. Son compte Facebook publie des images très chouettes du futur du passé. C’est ce qui m’a attiré l’oeil ce matin avec une série de photos consacrées aux costumes de science-fiction. J’aime vraiment beaucoup la première. 

Page Facebook d’archeo SF

 

 

La présence numérique des morts

Il y a plus d’un mois maintenant j’ai éprouvé  pour la première fois le sentiment très étrange que procure la lecture d’un tweet venant d’une personne récemment décédée et dont le compte, programmé pour le faire, a continué à émettre des messages automatisés jusqu’à ce que la famille de la défunte le ferme. Cette fermeture a été l’occasion pour moi d’un échange avec une autre utilisatrice  sur ce que cela nous faisait de perdre le compte après avoir perdu la personne, c’est-à-dire comme l’a très bien exprimé mon interlocutrice le fait de perdre définitivement la lecture de conversations et messages virtuels qui gardaient trace de la personne disparue.

Quelle place pour ces considérations sur un carnet qui traite de fiction ? Je me suis aperçue que la virtualité du Net rend totalement floue le sens de l’existence et de la perte. Il existe des cimetières sur la toile pour les personnages de fiction comme pour les personnes réelles et les uns comme les autres y trouvent une existence virtuelle qui échappe à la réalité de leur condition de vie et mort.

Dans les cimetières pour personnages de fiction, le plus célèbre est certainement celui des personnages de la série Game of Thrones, les fans peuvent déposer des fleurs sur la tombe du personnage.

Dans les cimetières pour personnages réels, on peut se rendre par exemple sur le Cimetière virtuel, dont les graphismes renvoient au web 1.0.

Hélène Bourdeloie cite ce site parmi les exemples qu’elle donne dans son article « Usages des dispositifs socionumériques et communication avec les morts‪ » publié en 2015 dans Questions de communication. Cet article fait état des recherches engagées dans le cadre de l’ANR Éternités numériques (2014-2017) sur la base d’une enquête auprès de personnes endeuillées ayant eu recours aux sites, blogs, réseaux sociaux consacrés à la mémoire des défunts. Si ce sont bien les vivants qui sont interrogés, l’objet n’en reste pas moins de comprendre ce que le numérique fait à la mort, « En d’autres termes, ce qui est en jeu ici est la survivance de l’identité numérique du défunt – à savoir son existence sociale versus sa mort biologique – et son ubiquité « . Hélène Bourdeloie s’appuie sur Jack Goody pour aborder les outils numériques d’un point de vue théorique, soulignant que « tout changement dans les systèmes de communication change la transmission des contenus et que toute transformation technologique s’accompagne d’une transformation des modes d’agir, de faire et de penser« . Les outils numériques permettent une personnalisation forte des rites funéraires et les détachent de la religion plus fortement. « En affranchissant le défunt d’une assignation liée à la sépulture, ils réintroduisent la mort sur la scène sociale, la rendent d’autant plus visible, présente et atemporelle. », les dispositifs numériques invitent à l’exposition de soi qu’il s’agisse d »images, textes et vidéo du défunts ou des proches qui entretiennent son souvenir et partagent leur affliction. La mort n’est plus mise à distance, elle s’expose sur Facebook, certaines expressions devenant des classiques détournés comme « petit ange parti trop tôt’ initialement utilisé dans le cas de deuils d’enfants. L’exposition du deuil est du aux actions des endeuillés, que H. Bourdeloie nomme deuilleurs. Cela pose la question des droits des morts sur l’usage de font leurs ayant-droits des images, vidéos et textes leur ayant appartenu, les personnalités publiques ayant un temps d’avance sur les dispositions à prendre pour protéger sa vie privée post-mortem. On trouve aussi le cas de la survivance des morts dont Facebook par exemple rappellera l’anniversaire à ses amis si le profil n’est pas effacé.

J’ai indiqué en introduction que la rédaction de ce billet prenait sa source dans la lecture d’un tweet émis par le compte d’une personne décédée et je l’ai présenté comme une première expérience. C’est vrai et faux. C’est vrai au sens où ses tweets entretenaient l’illusion d’une activité du compte, c’est faux car depuis mon inscription sur Twitter (en 2012 je crois) trois personnes que je suivais sont décédées et pour les deux premières un membre de la famille a écrit et signé un message indiquant leur mort. Leurs blogs et comptes twitter sont restés ouverts même si inactifs et je réalise en finissant ce billet qu’il ne m’est jamais venu à l’esprit de m’en désabonner mais pas non plus d’ailleurs de revenir les consulter. (Je ne sais pas si vous vous poser la question mais j’y réponds, je ne fréquente pas non plus les cimetières dans le monde réel si ce n’est lorsqu’ils ont un attrait artistique). La grande différence entre ces deux premières situations et la troisième est que j’ai appris le décès ailleurs que sur le compte de la personne et que d’y lire des nouveaux tweets a entretenu le caractère totalement irréel de la nouvelle.

a lire : Bourdeloie, H. (2015). ‪Usages des dispositifs socionumériques et communication avec les morts‪: D’une reconfiguration des rites funéraires. Questions de communication, 28,(2), 101-125. https://www.cairn.info/revue-questions-de-communication-2015-2-page-101.htm.

Mauvais genre : à lire, à voir, à écouter, n°3

Oui j’ai écrit Utopiales partout, mais c’était parce que c’était vraiment bien… enfin jusqu’à ce que 89 999 autres personnes s’y pointent.

C’est la fin …. #oupas

Lors des dernières Utopiales consacrées au Temps il a été bien sûr question d’apocalypse, fin des temps au sens d’anéantissement définitif ou de naissance d’un nouveau monde. Dans les deux deux cas l’idée est bien d’enterrer notre monde actuel dans un mouvement de répulsion / fascination pour les catastrophes et la capacité des hommes à les provoquer, les empêcher ou y survivre.

Le 30 juin dernier, Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz publiaient aux édition Petra un livre dont le titre fait écho à ces interrogations sur le temps, Aux bords de l’irréversible. Sociologie pragmatique des transformations. Ils en ont proposé le 03 novembre une postface, Oser la culture des micromondes face aux désastres globaux sur le carnet de recherche Socio-informatique et argumentation. « Quelque soit le fil que l’on tire, le pire semble donc à peu près certain, sinon de plus en plus probable. (…)  La consultation régulière des chroniques de l’ « ami » Marlowe, qui, entre autres sources, suit les activités de l’ONU Environnement, confirme la propension pessimiste des discours publics, au point de voir les institutions adopter un style collapsologique qui était jusqu’alors plutôt réservé aux prophètes de malheur. » Cette convergence des discours au mieux pessimistes au pire catastrophiques conduit à placer aujourd’hui au premier plan les personnes proposant des interprétations universalisantes sur ce qui est paradoxalement condamné et sauvable, soit la planète, l’humain et le non-humain. Un « nous » global censé trouver refuge soit dans la technologie soit dans un retour à la nature de type survivaliste. Or, pour les auteurs, « il n’est pas légitime à nos yeux de se débarrasser des difficultés propres à l’étude de processus complexes simplement parce qu’il y aurait urgence à adhérer aux grandes causes tournées vers le futur proche, ou plus lointain, d’une humanité conçue comme une entéléchie, agissant au détriment de la planète qui la supporte.« 

Parmi les différents thèmes abordés dans l’ouvrage, la partie la plus en lien avec notre propre carnet semble être la fabrique des scénarios et visions du futur. Si les différentes enquêtes du livre portent sur des alertes et controverses réelles, on peut toutefois se demander si l’analyse des discours pourrait être mise en écho avec celle des narrations produites dans l’imaginaire et principalement dans les productions cinématographiques et sérielles qui mettent en images notre perception de ce qu’est une catastrophe et une destruction du monde.

Continuer la lecture de Mauvais genre : à lire, à voir, à écouter, n°3

Les employés de la mort : l’Ankou

Alors que les humains se focalisent sur le fait de mourrir (pas top) ou plutôt de vivre le plus longuement possible (assez top) dans les meilleurs conditions possibles (top du top), la Mort doit se taper tout le boulot et peu de gens s’en soucient. Heureusement la Mort est à la tête d’une organisation bien rodée faisant appel à des métiers spécialisés.

CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=32797

Grâce à Retronews, le site de la BnF, j’ai pu découvrir l’un d’eux, l’Ankou, qui officie en terres bretonnes. Dans un billet récent j’évoquais la mise par écrit des légendes cévenoles au début du XX° siècle, c’est à la toute fait du XX° siècle (1893) qu’Anatole le Bras publie un recueil en deux volumes des légendes armoricaines, sobrement intitulé La légende de la mort. Un article du Parisien du 03 décembre 1912 reprend et détaille cette légende, légende de la Mort mais aussi légende de terres provinciales qui fleurent bon l’exotisme et l’ancien temps aux yeux des lecteurs. « Cet amour des choses de la mort explique la Bretagne lointaine, celle où la vie moderne pénètre difficilement, et nous fait comprendre sa haute et sereine gravité, et ce qu’il y a d’un peu mélancolique dans ses plus grandes joies. » car « Voyager en Bretagne (…) c’est fouler le sol classique des ossuaires et des charniers ». 

Voyons un peu plus en détails la fiche de poste de cet émissaire de la Mort. Les citations viennent de l’article du Parisien hors mentions contraires.

Intitulé du poste :  « messager, ouvrier de la mort« .  Travail de nuit « les ténèbres [vous] appartiennent. » Le temps doit être réparti entre les tâches liées à la mort et les relations entre morts et vivants. En effet « les morts doivent demeurer près des vivants, il ne faut pas qu’ils soient chassés du voisinage de leurs parents, qu’ils aiment toujours, auprès desquels ils veillent, et qu’ils assistent à leur façon« . Il appartiendra donc à l’Ankou d’intervenir si les localités envisagent de déplacer leur cimetière en périphérie. Il devra également gérer la population de résidents des dits cimetières notamment lors des évènements importants comme lors de la traversée du cimetière des jeunes enfants avant leur baptême. S’il reste du temps, il sera fortement apprécié que l’Ankou consacre quelques heures à prévenir les paysans de leur mort prochaine afin qu’ils mettent leurs affaires en ordre.

Durée : selon la localisation le poste est à pourvoir en CDI ou en CDD de 12 mois, dans ce second cas le poste est attribué en priorité au dernier mort de l’année précédente au 31 décembre au au premier mort de l’année en cours en date du 1er janvier.

Localisation : Armorique « terre des trépassés » « où les défunts détiennent la plus large place parmi les vivants » « sol antique » « véritable patrie des morts« .

Notre entreprise : nous jouissons d’une réputation excellente en Bretagne où « En face de la maison de Dieu, on voulait « la maison des morts » » « souvent l’ossuaire était plus beau, plus orné, plus monumental que l’église » « inutile de dire que l’Anjou n’est pas oublié dans les décorations de ces ossuaires« 

Déplacements à prévoir : l’Ankou « règne sur toute l’Armorique« .

Compétences attendues : vitesse « il passe ainsi qu’un météore« ,   thérianthropie « sous la forme d’une fouine, d’un chat, d’un hibou, d’un cheval égaré« , vision à 360 ° « la tête vire sans cesse au haut de la colonne vertébrale , ainsi qu’un girouette autour de sa tige de fer afin qu’il puisse embrasse d’un seul coup d’œil toute la région qu’il a mission de parcourir« .

Tenue de rigueur exigée : la mission repose en grande partie sur une capacité à créer une forte première (et dernière) impression. Les candidatures masculines de personnes grandes et très minces de préférence avec « des cheveux longs et blancs »  sont particulièrement encouragés, ainsi que celles des squelettes en tout genre. L’employeur s’engage à fournir le chapeau feutre,  le linceul et la faux allant avec la fonction.

Avantages du poste :  véhicule de fonction « un char trainé par deux chevaux« , « l’un maigre, l’autre gras » et deux  assistants « le premier guidant les chevaux et le second ouvrant les barrières des champs et les portes des maisons. »

Rémunération : suppliques et offrandes.