Tous les articles par Elvire Bornand

Veille 13/52 Promenade en forêt

Des recherches récentes sur la hantise m’ont conduite à m’interroger sur l’imaginaire attaché à la forêt. J’en ai fait un premier billet puis je n’ai plus su par quel bout prendre cet objet de recherche. C’est finalement en commençant une veille sur les légendes urbaines que j’ai entr’aperçu comment prendre le machin pour que ça finisse par faire un truc. En plus le dit truc m’a emmené en forêt japonaise alors même que sur ma to-do-list spéciale hantise il fallait également que je m’intéresse aux Yokai.

La forêt des suicidés

Charles et Mathias consacrent l’épisode du 18 mai 2017 du podcast Inspiré de faites réels, à la forêt d’Aokigahara. Ils partent, comme souvent dans leur émission, d’une histoire qu’ils ont inventé en s’inspirant de diverses lectures, une jeune blogueuse étrangère attirée par l’étrange part campée dans la forêt d’Aokigahara. On retrouvera son corps pendu à un arbre et non loin de là son journal, dont la lecture révèle qu’elle a assisté à d’étranges apparitions dans les derniers jours de sa vie.

Continuer la lecture de Veille 13/52 Promenade en forêt

Veille 12/52 : Et ci c’était vrai

Cette semaine, j’ai reçu le magnifique combo Blu Ray / DVD de Candyman (Bernard Rose, 1992). L’héroïne du film fait une thèse sur les légendes urbaines en interviewant des personnes qui disent avoir connu quelqu’un à qui l’histoire en question est réellement arrivée. Au menu du jour du coup des podcasts consacrés à ces histoires pas complètement fausses mais jamais vraies.

Créé en 2016, le podcast Inspiré de faits réels de Charles et Mathias est principalement consacré au contexte de création et aux inspirations des films d’horreur. Le dernier des 27 épisodes est consacré à Freddy. Mais pour rester dans l’idée des légendes urbaines, c’est à l’épisode Terreur sur la ligne que je pensais. L’épisode consacré aux légendes urbaines commence par celle de “la babysitter et de l’homme à l’étage”, que l’on retrouve sous une forme ou un autre dans de nombreux films jusqu’à Scream.

Un autre podcast français se consacre aux faits inexpliqués, In Tenebris, créé en 2018. L’idée cette fois n’est pas d’interroger le processus de création de fictions horrifiques mais de présenter des faits dits réels puis d’inviter un expert pour discuter de leur véracité. Le dernier épisode publié, La chose en noire, évoque la terreur qui s’empara de lycéens sur deux continents différents suite à l’apparition d’une forme noire. Yves-Marie Bercé, historien, évoque ensuite ses travaux sur l’histoire des mentalités. Je n’ai pas lu ses travaux, mais la manière de parler illustre à mon sens un historien à l’ancienne, surplombant son sujet, usant d’un vocabulaire sur la folie qu’on n’entend plus vraiment, ce qui n’est pas très étonnant le monsieur ayant plus de 80 ans.


Veille 11/52 The order

De toutes les nouveautés actuellement à regarder, The Order n’était pas dans ma tête de liste. Mais comme j’avais peu de temps devant moi et que j’étais crevée, je ne voulais pas me lancer dans le visionnage d’une série que j’avais vraiment envie de voir. J’ai donc lancé l’épisode 1 de The Order, série diffusée sur Netflix depuis le 07 mars 2019.

Trailer The Order, Netflix

Série créée par Dennis Heaton (scénariste de Fido en 2006) et Shelley Eriksen (scénariste de Continuum 2012-2015) et écrite par Dennis Heaton, The Order (2019- ) raconte le quotidien de première année d’université du jeune Jack Morton (Jake Manley), qui cherche à résoudre l’énigme de la mort de sa mère, aidé de son grand-père. Pour trouver le meurtrier, Jack doit percer les secrets de l’université sélect de Brakebills et pour ça il doit intégrer l’ordre de la rose bleu, une société secrète dont les membres triés sur le volet s’adonnent aux arts occultes et font la guerre aux loups-garous. Université et société secrète sont gérées par deux femmes, une blonde et une brune et attention…. elles s’aiment pas. Par contre le brun héros tombera amoureux de la blonde héroïne. On a donc tout bon sur les tropes capillaires jusque là. Le brun et la blonde arpentent le campus sous la lune histoire de débusquer les montres, on se croirait dans Buffy, le sous-texte en moins.

L’histoire avance vite, à peine arrivée sur le campus, Jack Morton découvre en moins de 24 heures l’ensemble des protagonistes, perce l’identité d’un membre de la société secrète et fait des trucs de fou fou (affronter des monstres, tenter de sauver des vies, percer des énigmes, toussa toussa). En 72 heures, il a retrouvé son père, dévoilé son plan, craqué pour une fille, tué un golem et intégré la société secrète. En fait, Allociné résume assez bien les choses en indiquant en titre de son articlesi vous avez aimé Vampire Diaries et The Magicians, vous aimerez la nouvelle série de Netflix“. C’est avant tout un soap pour la catégorie jeunes adultes avec un soupçon de magie noire et des loup-garous, pas de quoi avoir vraiment peur même si la série est interdite aux moins de 16 ans, surement à cause de tout le sang qui imbibe les différents épisodes. La série Les nouvelles aventures de Sabrina est aussi citée quand il s’agit d’associer The Order à d’autres séries du même genre.

La série produite par Syfy, et tournée au Canada (de nombreux acteurs apparaissent également dans Supernatural), a reçu la note de 6,9 sur IMDB avec 4838 votes (au 17/03/19).

Télérama souligne que Netflix n’a que très peu communiqué sur la sortie de la série et globalement les critiques sont réservées tant la série ne renouvelle pas grand chose que ce soit dans ses tropes ou dans sa narration et la cible semble in fine plutôt être les jeunes ados que les jeunes adultes. Première a recensé un grand nombre de critiques anglo-saxonnes sur la série. Il en ressort un avis mitigé. Cela des Inrocks est plus tranché : “un teen-drama fantastique complètement raté“.

Pire, en plus de nous infliger son personnage principal tragiquement tiède, qu’une veste en jean râpée et une mèche rebelle suffisent à caractériser, la série nous accable d’une sous-intrigue intimiste affreusement caricaturale. Jack serait, voyez-vous, le fils caché du grand gourou de l’Ordre, responsable de la mystérieuse disparition de sa mère. L’occasion rêvée pour notre River Phoenix discount de confronter son géniteur, et d’assouvir la soif de vengeance que son grand-père, un illuminé farouchement conspirationniste, lui a de longue date inoculée.

Les Inrocks

L’intérêt de la série est qu’elle confirme la facilité avec laquelle producteurs, chaînes et plateformes donnent aujourd’hui leur feu vert à toute les histoires qui promettent des jeunes, des bisous, des monstres et de la magie. Au cinéma comme à la télé, l’horreur et le fantastique sont à la mode. Il en faut beaucoup et pour tous les âges, du coup la peur fait beaucoup moins peur.

Veille 10/52 la semaine des M, de Marvel à Momo

Mar Vell, mars 2019

Avec la sortie de Captain Goose (avouez que ça aurait été top), il convient de commencer la veille par Marvel.

Le futur du Marvel Cinematic Universe

Captain Marvel remet les années 1990 à la mode. Et dans les années 1990, on avait ça :

Scène d’ouverture de Blade (1998)

Si vous n’avez jamais vu Blade, il faut corriger ça. Bon vous pourriez être tenté de le lire aussi, mais alors il y aura pas Wesley Snipes et ça… c’est dommage. Marvel envisagerait un reboot de Blade AVEC Wesley Snipes. Screen Geek s’en fait l’écho en précisant que la première condition à l’éventuelle retour de Blade est que Disney, maintenant propriétaire de Marvel et la Fox, accepte se d’aventurer dans les franchises pour adultes (R-rated interdit aux mineurs). Jusqu’ici le seul film R-Rated de Marvel (avec la Fox) est Deadpool. Signe de féminisation des univers Marvel, le film montrerait Eric Brooks passerait le relai à sa fille. L’idée viendrait d’un projet de comics abandonné en 2015, mettant en scène Fallon Grey, jeune résidente de l’Oregon âgée de 16 ans qui apprendrait coup sur coup qu’elle est la fille de Blade et qui va falloir qu’elle se mette à son tour à la chasse aux vampires.

Continuer la lecture de Veille 10/52 la semaine des M, de Marvel à Momo

Veille 9/52 Glané de ci de là

Avec deux articles à rendre, les cours et un gros projet en cours, bah, j’ai pas vraiment eu le temps de réfléchir à ma veille de la semaine. Mon premier pari de publication étant celui de la régularité, je vais le tenir en publiant un billet ce dimanche. Il recense tout ce à quoi j’aurais aimé m’intéresser cette semaine.

Sauve qui peut (la survie) est le titre d’un épisode de La suite dans les idées (France Culture) diffusée le 2 mars 2019. Evidemment, moi je vois le titre passer sur Twitter je me dis : “des ZOMBIES, des METEORITES, des Aliens, bref LA MORT DU MONDE”. Eh ben pas du tout, c’est de la survie du cinéma à l’ère numérique dont il est question. Je n’avais pas du tout pensé que le numérique et l’IA menaçaient le cinéma. Il s’avère que l’interrogation porte surtout sur la manière dont la machine affecte la pensée.

J’ai été beaucoup plus intéressée à la manière dont nos rêves affectaient nos pensées et nous faisaient voyager… vers l’île des morts. Cette semaine ALT 236 a sorti le premier épisode de Maelstrom, intitulé L’appel. Le processus de narration m’a fait beaucoup pensé au travail de Chris Marker.

Alt 236, 26 février 2019

C’est la première fois que la chaîne diffuse un contenu de fiction. On y trouve d’habitude des analyses d’oeuvres fantastiques et de S-F qui ont en commun d’accorder une grande place à la création de mondes, d’univers, particuliers. D’ailleurs, cette notion d’immersion est très présente dans Maelstrom. Pour vous donner une idée de ces contenus, voici une vidéo de la série Stendhal Syndrome intitulé “La fenêtre des possibles”, qui peut faire écho au questionnement sur les productions numériques de l’épisode de La suite dans les idées évoqué plus haut.

Atl 236, 11 juillet 2018

Veille 8/52 V pour Victory (part1)

V est une franchise transmédiatique de science-fiction racontant l’affrontement entre des extraterrestres envahisseurs et des humains résistants. C’est à l’origine une production télévisuelle.

V, la mini-série en deux parties créée par Kenneth Johnson est tournée en 1982 et diffusée pour la première fois par le network NBC en 1983. Il s’agit alors de la plus chère mini-série de science-fiction jamais produite. Suite à des divergences avec le network, Kenneth Johnson quitte le projet, ne participant pas à la seconde mini-série en trois parties diffusée en 1984, V : The Final Battle. Sur l’année 1984-85 est ensuite diffusée une série télévisée, V. La première production est rétrospectivement nommée V : The Original Miniseries (1983) pour la distinguer de V : The Series  (1984-85) dont la production est arrêtée après 19 épisodes faute d’une audience suffisante. En à peine deux ans, trois productions ont vu le jour surfant sur la surprise et l’engouement du public, avant que l’intérêt ne se tarisse, la série télévisée est très éloignée du scénario de la première mini-série. L’histoire est à l’origine résolument politique, le genre de la science-fiction n’était qu’un prétexte à un propos centré sur la sensibilisation des jeunes générations au totalitarisme et à l’holocauste de la seconde guerre mondiale. La dimension politique s’efface dans la serie au profit d’une forme de “case of the week” résolu à grands coups de pistolets lasers et d’explosions.

Les contenus transmédia sont développés dés 1984 avec une novélisation des deux premières mini-séries en un seul livre par A.C. Crispin alors au début de sa carrière. Pinnacle, l’éditeur, a commandé deux livres à A.C. Crispin, la publication des deux mini-series en un seul tome, V (1984) permet à A.C. Crispin en collaboration avec Howard Weinstein d’écrire East Coast Crisis qui raconte les évènements des deux mini-séries du point de vue d’un groupe de résistants new-yorkais. L’originalité de l’ouvrage est d’apporter un éclairage sur la conduite des élites politiques américaines, le final met en scène un président des Etats-Unis qui n’est pas s’en rappeler (pardon pour l’anachronisme) celui d’Independance Day (Roland Emmerich, 1996). Suivent ensuite une série de livres publiés à une fréquence soutenue (14 livres en 4 ans) qui se centrent une une zone géographique ou un arc narratif particuliers.

Kennet Johnson a renoncé à sa participation à la seconde mini-série, mais il reste fortement investi dans le projet original, qu’il cherche actuellement à porter à l’écran. Il défend sa vision de ce que raconte V dans les commentaires du DVD de la mini-série originale, édité en 2002 par Warner Bros Home Video. En Février 2008, il sort un livre, V : The Seconde Generation, dont l’intrigue prend la suite directe de la première mini-série, situant l’action vingt ans plus tard (donc avec une présence longue des visiteurs sur terre). Le succès du livre enclenche la sortie en novembre 2008, d’un livre co-écrit par A.C. Crispin et Kenneth Johnson, V : The Original Miniseries qui fait le lien entre les éléments racontés dans la mini-serie et ceux du livre. En quelques pages à la fin du livre, l’accouchement de Robin Maxwell est totalement ré-écrit ce qui donne des indices sur les origines du différent artistique entre K. Johnson et NBC lors de la production de la seconde mini-série, Elisabeth, la fille de l’humaine Robin Maxwell et du visiteur Brian, prend progressivement dans les productions télévisuelles le rôle d’une élue hybride dotée de super pouvoirs. On est loin d’une réflexion sur les dangers du culte du leader et de la montée du totalitarisme.

Cet effacement de la critique sociale et politique portée par la première mini-série et définitivement abandonnée par la série télévisée est aussi marqué dans le comics, V, édité par DC Comics qui accompagne cette dernière à partir de février 1985 et lui survit jusqu’en juillet 1986. Le comics fait la part belle à l’action et à la sexualisation des personnages féminins, dans une dynamique très proche de la série télévisée.

En 1986, un jeu video type arcade produit par Ocean Software, V The visitors, sort sur Amstrad CPC, Commodore 64 and ZX Spectrum. Mike Donovan doit saboter un vaisseau-mère en y installant des bombes toute en échappant aux robots de surveillance.


Amstrad Maniaque, avril 2016

En 2009, ABC lance un reboot de la série, V : the 2009 TV Series. De nombreuses modifications sont apportées à l’histoire, qui contient quelques brèves références aux attaques terroristes du 11 septembre 2001 et aucune allusion à la seconde guerre mondiale. Le thème de l’ennemi intérieur est privilégié à celui de l’effondrement du système politique démocratique. Plus rien ne distingue extérieurement les humains des visiteurs, qui n’ont plus pour caractéristiques une voix à la tonalité particulière et des yeux ne supportant pas la luminosité terrestre. Le reboot se rapproche plus de la série télévisée de 1984-85 que des deux mini-séries qui l’avaient précédées.

Je n’ai traité ici que des productions que j’ai pu consulter par moi-même, cet article de wikipedia propose une approche plus exhaustive.