Une diversité sur mesure : cinéma du Sud pour public du nord

Le dernier numéro de Sociologie (2017/2, vol.8) contient un article fort intéressant de Romain Leclerc sur l’organisation du marché français du cinéma du sud, intitulé Une diversité sur mesure: Les conditions d’existence d’un cinéma du « Sud  [sur abonnement].

Pour légitimer l’importance d’une politique nationale de production cinématographique contre le méchant hégémonique Hollywood, la France soutient fortement un ensemble de productions étrangères, investissant par exemple un demi-million d’euros par an dans un « pavillon des cinémas du monde » à Cannes. Elle anime d’autre part un Fonds d’aide au cinéma du monde qui nécessite que le pays demandant une coproduction « doivent avoir ratifié la convention de l’Unesco de 2005 sur la diversité culturelle (votée à l’unanimité moins deux voix – celles d’Israël et des États-Unis) et avoir exclu le secteur audiovisuel lors d’une adhésion éventuelle à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Pour le directeur des relations internationales du CNC, il s’agit en effet de « trouver des leviers pour inciter les gens à rejoindre notre camp contre les forces obscures du marché  « ( citation recueillie par l’auteur à Paris, le 26 décembre 2011)« .  Les coproductions alimentent ensuite les salles d’arts et d’essais européennes ainsi que les festivals, dont celui de Nantes.

Ce soutien sous forme de coproduction s’accompagne d’un recadrage qui vise à proposer un exotisme accessible à un public européen profane.

Cependant comme le note R. Leclerc :

« Il y a une contradiction à promouvoir la diversité culturelle tout en cherchant à la recadrer – paradoxe que cet article explore en montrant que le soutien apporté à des cinéastes étrangers conforte en réalité des inégalités internationales en matière cinématographique et qu’il s’agit toujours au fond de financer des cinéastes du « Sud » pour un public du « Nord « 

Selon la terminologie du CNC, il s’agit de venir en aide aux pays aux cinématographie « fragiles », à travers le Fonds Sud  créé en 1984 et devenu Fonds d’aide aux cinémas du monde en 2012. Selon l’auteur « Au premier semestre 2016, 71 % des 73 pays recensés sur cette liste sont africains. ».  L’aide à la production consiste entre autre en un accompagnement du processus créatif faisant progressivement des films aidés un seul et même film décliné dans différents décors.

L’analyse de l’ensemble des « synopsis » des films aidés montre que, quelle que soit l’origine géographique du film, la mise en récit de l’altérité se décline toujours sur trois niveaux : raconter une histoire ancrée dans une réalité quotidienne, documenter sur la réalité socio-politique d’un pays, et faire appel à un registre plus universel du symbolique et de l’émotion.

Le principal critère de sélection est « un impératif d’authenticité« , ce qui a la lecture de l’article m’a fait penser que l’authenticité était peut être le mot politiquement correct pour dire exotisme.

L’homogénéité des sujets traités est démontrée par le traitement statistique des synopsis des films financés.

Source : Sociologie, Romain Leclerc Figure 3. Nuage des termes les plus utilisés dans les synopsis des films soutenus par le Fonds Sud entre 1984 et 2011 (n = 430)

L’auteur parvient ainsi à identifier trois niveaux de mise en récit : les problématiques familiales, la politique et la guerre. Il détaille ensuite avec précision les différents critères de jugement sur lesquels reposent les séances de jury auxquelles il a assisté. « La commission est donc en quête d’une authenticité qui est évaluée selon des critères de clarté, de modération, de spécificité et de sincérité du cinéaste, mais aussi de pertinence par rapport aux autres films de la région. » En jury, c’est lorsque les films africains sont discutés que pointe le plus le spectre de l’instrumentalisation occidentale sur fond de néocolonialisme. « Dépendants pour exister des financements de l’ancienne puissance coloniale, ils [ces films]  sont réalisés par une petite clientèle de cinéastes souvent formés en France, mais sont peu vus en Afrique et donc destinés presque exclusivement à un public occidental. »

L’auteur souligne en conclusion que l’utilisation de ce fond défendant l’importance des cinémas nationaux a paradoxalement une dimension prescriptive forte.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search