Le classement des films d’horreur les plus effrayants

Au mois d’Octobre, Halloween oblige (31 octobre), les articles parlant du cinéma horrifique sont beaucoup plus nombreux que d’habitude.

Broadbandchoices, site comparatif spécialisée dans le conseil aux consommateurs, publie pour la seconde année consécutive un palmarès des films les plus effrayants selon la science“. C’est cette mention qui m’a intriguée et amenée à lire l’article.

Our scientific study tracked heart rates throughout some of the world’s most iconic horror films, to study the science of scary, and find the undisputed scariest horror film of all time!

Jonathan Leggett, “Scariest Movies of All Time – Based on Science 2021 Update“, Broadbanchoices, publié pour la première fois le 12 octobre 2020.

Une étude dont la genèse et la méthode sont expliquées quelques ligne plus loin.

(…) in 2020 BroadbandChoices.co.uk founded the Science of Scare Project, an experiment to categorically find the scariest movies in existence, based on what gets audiences heart’s pumping.

Following the success of the 2020 debut edition, which named 2012’s Sinister as the scariest movie of all time. The Science of Scare Project has returned for 2021, bigger than ever.

Jonathan Leggett, “Scariest Movies of All Time – Based on Science 2021 Update“, Broadbanchoices, publié pour la première fois le 12 octobre 2020.

Le corpus se base sur 40 films choisis par BroadbandChoices, les 30 premiers films de la liste de 2020 auxquels on été ajoutés 10 fils sortis dans les 18 derniers mois “selected from Reddit recommendations (thanks r/horror) and critic’s best of lists“. 250 personnes ont regardé ces films équipés d’un moniteur cardiaque. Le processus a duré quelques semaine “under medical and researcher supervision“. Le battement de coeur de référence retenu est 64 BPM. Toutes ces précisions permettent de clamer plusieurs fois dans l’article que le classement est scientifique.

Science of Scare Project has crowned a new champion of horror, with Rob Savage’s low budget Host which was released in 2020 during the Covid-19 pandemic is scientifically the scariest film of all time. Despite being shot in just 12 weeks and entirely through Zoom video conferencing, Host terrified our audiences in its short 56 minute runtime, increasing heart rates by an average of 24 BPM and pushing Sinister to second place.

Jonathan Leggett, “Scariest Movies of All Time – Based on Science 2021 Update“, Broadbanchoices, publié pour la première fois le 12 octobre 2020.

Mon but ici n’est pas de questionner la scientificité du processus, ce qui m’intéresse c’est que ce soit les battements de coeur qui aient été choisis comme expression la plus objective d’une émotion, la peur. Deux mesures quantifient cette peur : le nombre de battements de coeur moyen par minute durant le film et le nombre de battements de coeur par minute au pic le plus important, respectivement 88 BPM et 130 BPM pour Host.

La représentation est intéressante. Même si on ne sait pas lire un électrocardiogramme, la culture visuelle commune (ce tracé figure notamment sur le coffret DVD de la série culte Urgences) nous permet d’associer les traits aux battements d’un coeur et de voir les pics comme un emballement du rythme cardiaque. De plus, le tracé plat est synonyme de mort, le choix de l’instrument de mesure lui-même flirte donc avec la culture horrifique.

Dans un article paru dans la revue Terrain en 2004, Monique Jeudy-Ballini et Claudie Voisenat proposent d”Ethnographier la peur“.

Moins que la peur, précisément, ce sont les peurs qui sollicitent l’approche ethnologique. Au sein d’une même culture et à une même époque, en effet, la peur n’existe qu’au pluriel, actualisée sous des formes diverses, valorisées de manière fluctuante et distinguant par exemple des peurs avouables, approuvées ou stimulées, et des peurs honteuses, déshonorantes ou découragées. Mais entre ces valences opposées, le balancement est permanent et si la peur se trouve parfois rapportée à un déficit quelconque (faiblesse, manque de courage, immaturité), l’absence de peur, quand il conviendrait socialement d’en éprouver, peut au contraire se voir stigmatisée comme un signe disqualifiant (d’inconscience, d’ignorance, d’aveuglement, d’arrogance, d’individualisme, d’insensibilité, etc.).

Monique Jeudy-Ballini et Claudie Voisenat ,« Ethnographier la peur », Terrain [En ligne], 43 | septembre 2004, mis en ligne le 01 février 2007, consulté le 16 octobre 2021, §3. DOI : https://doi.org/10.4000/terrain.1803

Ainsi, avant même de questionner la pertinence de l’instrument de mesure choisi pour quantifier la peur, il me semble important d’interroger le sens qu’il y a à la quantifier (moyenne et pic cardiaque) sans la qualifier.

Certes la tâche est difficile.

Sa complexité même [du sentiment de peur] – celle qui s’attache à l’analyse de tout affect – conduit à questionner la capacité réelle d’un individu à comprendre les peurs et, de façon générale, les émotions des autres ; soit, en l’occurrence, la capacité d’un ethnologue à interpréter celles des gens qu’il étudie (James 1997 : 129).

Monique Jeudy-Ballini et Claudie Voisenat ,« Ethnographier la peur », Terrain [En ligne], 43 | septembre 2004, mis en ligne le 01 février 2007, consulté le 16 octobre 2021, § 6. DOI : https://doi.org/10.4000/terrain.1803

L’avantage des oeuvres est de pouvoir décrire l’objet (une scène de film par exemple) associé à l’émotion. Le sursaut sur le siège, le cri ou l’élévation du rythme cardiaque permettant eux de circonscrire le moment où l’émotion est ressentie. Mais cela ne suffit pas. car reconnaître les signes de la peur chez autrui ne conduit pas ipso facto à en comprendre les raisons, tout au plus peut on en déduire certaines des conditions culturelles grâce à une culture partagée, culture d’un imaginaire cinématographique et plus largement les codes associés à un époque donnée. Dans l’extrait qui suit montrant les réactions de 2 Youtubers à la diffusion de la bande annonce du prochain film de la franchise Scream (sortie prévue en janvier 2022), on reconnait des les premières images la connivance à distance avec les scénaristes (James Vanderbilt et Guy Busick) et entre les 2 Youtubers lors du plan sur le téléphone sans fil qui rappelle la première scène du premier Scream (Wes Craven, 1996) – imaginaire cinématographique – et lors des plans suivants qui introduisent le smartphone et les appareils connectés dans le mécanisme de la peur – codes liés à l’époque.

Jay-3 Entertainment, mis en ligne le 13 octobre 2021

A suivre…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search