La planète sauvage sur Arte

le 12 juin Arte a diffusé en seconde partie de soirée une version restaurée de l’animé La Planète sauvage (René Laloux, 1973), qui remporta le prix du jury à Cannes et a rejoint les oeuvres dites cultes. Historiquement, il s’agit du premier animé français pour adultes. Il est fortement inspiré par le courant surréaliste (dessins de Topor) et est souvent décrit comme un exercice cinématographique expérimental (primeur donnée à la musique et au graphisme sur la narration explicative).

On peut voir le film sur le replay du site web d’Arte et sur You Tube.

J’ai eu du mal à entrer dedans car la sexualisation des personnages féminins me gênait vraiment et mon attention s’est progressivement focalisé sur la manière de dessiner les différences de genre ce qui est loin du propos du film.

Ce film, inspiré d’un livre de Stefan Wul  relate du point de vue des oms et des draags sur la planète desquels se passe l’action. Les draags sont l’espèce dominante de la planète, ils asservissent les oms qu’ils utilisent comme animaux de compagnie. Les oms ainsi utilisés sont nommés oms de luxe, leurs congénères ne vivant pas en captivité sont appelés omssauvages. Le héros, capturé bébé par un draag après qu’un autre est tué sa mère par jeu, acquiert d’importantes connaissances sur ses maîtres avant de prendre la fuite avec un instrument qui sous la forme d’un serre-tête permet l’accès aux connaissances des draags. Il rejoint un groupe d’oms sauvages avec qui il s’allie pour affronter les draag qui pratiquent un contrôle des espèces par des procédures de désomisation. La peur du nombre qui agite les draag est attisée par le meurtre d’un draag par des oms. Les oms choisissent de quitter la planète en s’introduisant dans un hangar abritant des fusées abandonnées. Ils arrivent sur un satellite, la planète sauvage, sur lequel les draag se livrent à des rituels de méditation par projection mentale. Sous cette forme ils sont fragiles et les oms peuvent les vaincre, créant un nouveau rapport de force qui conduit à la signature d’un traité de paix.

Le film interroge les rapports hiérarchiques entre espèces conçus par l’espèce dominante, la connaissance et la capacité à s’organiser collectivement sont figurées comme les deux principaux moyens de renverser un rapport de domination.

Guerre froide et affrontement entre espèce

Pour le carnet La lucarne, le film met en scène l’affrontement entre l’ouest et l’est durant la guerre froide, la science-fiction ayant là une portée particulière puisque les deux blocs se livrent à une lutte pour la conquête spatiale. « Ce film est l’histoire de la révolte d’un peuple, d’une recherche de liberté qu’ils obtiendront grâce à la connaissance, aux sciences et aux techniques. Les fusées spatiales représentent ici l’aboutissement de leur épopée et symbolisent la technologie de pointe. » (M-C Matéo, La Lucarne). Le billet insiste sur l’importance des sciences et des techniques dans le film, reflet des terrains sur lesquels se construit le pouvoir politique dans les années 60 et 70. J’ai trouvé ce point de vue intéressant à lire car vu de 2017 et même si j’avais évidemment noté les références technicistes, j’ai plutôt été frappée par la mise en scène des rapports entre espèces dans une perspective darwinienne et non-vegan friendly.

Fable écologique et anti-spécisme

Sur le site de Deuxième page, l’oeuvre est abordée dans sa dimension écologique même si là encore les références à la portée émancipatrice de l’acquisition de connaissances est au coeur de l’analyse. Le sous-texte est jugé porteur d’arguments anti-spécistes « Ces créatures supposées supérieures, adeptes de la méditation transcendantale et ayant accès à une sorte de conscience absolue sont dépossédées d’une chose essentielle : l’empathie.«  (A. Gasquez, Deuxième page). Alors que l’argument techniciste pousserait à voir dans la conclusion du film une métaphore de l’équilibre de la terreur en période de guerre froide, l’argument anti-spéciste voit dans cette conclusion une métaphore de l’harmonie entre espèces.

 

 

Que l’on choisisse, ou pas, l’une ou l’autre de ces explications, on retiendra que le film est construit du point de vue des oms.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *