Paysages : une poétique du barrage

Isabelle-Rachel Casta, professeure en littérature comparée à l’Université d’Artois publie un article consacrée à la série Les Revenants dans le numéro spécial d’Entrelacs consacré aux paysages.

On retrouve d’entrer ces opposition du dedans / dehors, familier / étrange, également notée par Olivier Ammour-Mayeur dans son analyse d’autres séries télévisées mettant en scène des morts-vivants, zombiesques cette fois.

Rendre crédible l’arrivée des morts dans notre modernité suburbaine est délicat : lumière froide et bleutée, cadrage bizarroïde, limpidité trompeuse d’un lac de retenue… tout est présent pour nous égarer, en juxtaposant au « connu » d’une région française assez banale « l’inconnu » d’un parcours de cauchemar : de l’autre côté des eaux répandues du barrage, vivent les ressuscités… dans une perpétuelle aube livide, qui baigne les « maisons-témoins » adossées à de la végétation sans charme ni couleur. La circulation silencieuse se fait en radeau, où les êtres debout ont l’air en effet de glisser magiquement sur le miroir des eaux… (…). Le caractère labyrinthique des allées de ces zones pavillonnaires frappées de déshérences est durement éprouvé par Claire Séguret, la « vivante » qui a accompagné sa fille Camille et qui maintenant se croit en butte aux menaces des autres morts.

Isabelle Rachel Casta, « Barrages dans la montagne… : le paysage des Morts dans Les Revenants », Entrelacs [En ligne], Hors-série n° 4 | 2016, mis en ligne le 06 février 2018, consulté le 08 octobre 2021. DOI : https://doi.org/10.4000/entrelacs.2160

L’autrice se concentre sur les notions d’abîme et d’intime pour analyser le traitement des paysages dans la série. L’atmosphère est très importante dans la série, elle tient à la photographie, à la mise en scène comme à l’intrigue : les morts surgissent et ils sont connus, reconnus par les vivants qui ne les attendaient pas/plus. Cette idée de surgissement est au coeur de la série.

L’insolite et le monstrueux se glissent peu à peu dans une quotidienneté de plus en plus chancelante, et l’on pense à Twin Peaks, ou à Fringe23, les « grands modèles » américains.

Isabelle Rachel Casta, « Barrages dans la montagne… : le paysage des Morts dans Les Revenants », Entrelacs [En ligne], Hors-série n° 4 | 2016, mis en ligne le 06 février 2018, consulté le 08 octobre 2021. DOI : https://doi.org/10.4000/entrelacs.2160

Peu à peu les mort.es dominent l’intrigue et s’approprient un territoire qui tout comme iels semble abandonné. De multiples frontières s’inscrivent dans le paysage (barrage, forêt, lotissement) et l’activité humaine (armée).

Chacun des seize épisodes – par le jeu des prénoms, isolés ou duels– est un memento mori, un tombeau au sens littéraire du terme : mais le dernier de la première saison s’appelle « la Horde » et renoue avec l’imagier des morts-vivants, avançant en meute dans la brume, d’autant plus inquiétants qu’on n’en voit que les traces et les silhouettes ; la petite ville de montagne où se déroulent ces événements ressemble par ailleurs aux « gated communities » américaines : un lotissement, un barrage, des barrières, une étrange police. Une fois l’engloutissement avéré, quelques survivants, quasi-ermites, restent dans les demeures dévastées, comme après chaque grande catastrophe : la Nouvelle-Orléans, Fukushima… L’armée contrôle les lieux, apportant encore une barrière supplémentaire, celle de l’autorité, des interdits sanitaires, de la suspicion généralisée à l’encontre de ces demi-fous qui prétendent rencontrer des morts. Les sous-bois spongieux et détrempés qu’arpentent, désorientés, les « nouveaux morts », ou encore les forêts inhospitalières où l’on retrouve les corps des gendarmes disparus durant la première saison configurent une nature hostile, très éloignée de la « sylve » originelle des légendes et des robinsonnades, traversée cependant par des routes, des voitures… donc par la technologie humaine.

Isabelle Rachel Casta, « Barrages dans la montagne… : le paysage des Morts dans Les Revenants », Entrelacs [En ligne], Hors-série n° 4 | 2016, mis en ligne le 06 février 2018, consulté le 08 octobre 2021. DOI : https://doi.org/10.4000/entrelacs.2160

L’étrange conquiert peut à peu le territoire occupé par le familier, il en va ainsi des lieux comme des corps qui ne masquent pas longtemps leur qualité de mort.

En effet la parousie ne dure pas : escarres, plaies et ecchymoses « signalent » que la corporéité des défunts est fragile, menacée et, bien entendu, provisoire. Le visage de Camille commence à se défaire, malgré les efforts de sa mère et de sa soeur pour maquiller les traces de décomposition. Victor porte au bras une plaie qui s’étend. Serge demeure dans son souterrain, de plus en plus couvert d’escarres, comme pour expier enfin ses crimes. (…) Ces innombrables moments où les corps altérés ou modifiés forment un nouveau baroque, où l’horrifique et l’émouvant s’épousent sans contrainte, écrivent une esthétique du « comble », qui s’actualise ici dans le choix du jeune fantôme Victor/Louis Levanski, comme « icône » ; c’est son regard noir, ses traits figés indéfinissablement inquiétants et sa pâleur déconcertante qui « marquent » le best-seller inspiré par la série. Son visage et son corps deviennent à leur tour décor, à force d’être scrutés et surinvestis d’affects et de présage, illustrant le vers du poète gallois : « After the first death, there is no other. » (Dylan Thomas)

Isabelle Rachel Casta, « Barrages dans la montagne… : le paysage des Morts dans Les Revenants », Entrelacs [En ligne], Hors-série n° 4 | 2016, mis en ligne le 06 février 2018, consulté le 08 octobre 2021. DOI : https://doi.org/10.4000/entrelacs.2160

Les corps, les lieux et même les relations se décomposent analyse Isabelle-Rachel Casta. Avec les morts, c’est le passé qui refait surface. Le temps pert son caractère linéaire.

Au fond, tout se passe un peu comme si au « ou » du choix déchirant et de la privation insupportable mais inéluctable, les revenants avaient voulu substituer, un bref moment, le « et » de la coexistence des contraires, de la fin et du recommencement, de l’exil et du royaume où vivent et meurent les Hommes…

Isabelle Rachel Casta, « Barrages dans la montagne… : le paysage des Morts dans Les Revenants », Entrelacs [En ligne], Hors-série n° 4 | 2016, mis en ligne le 06 février 2018, consulté le 08 octobre 2021. DOI : https://doi.org/10.4000/entrelacs.2160

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search