Corp(u)s |Day of the Dead, Bloodline

Day of the Dead. Bloodline (2018) de Hèctor Hernández Vicens, Nu Boyana Film Studios pour Netflix.

Remake de Day of the Dead (1985) de George A. Romero. Selon Wikipedia, les droits ont été achetés par Christa Campbell and Lati Grobman, producteurs de  Texas Chainsaw 3D (2013).

Les formes du zombie

Le film déploie trois types de zombie : le patient zero, le zombie de masse et l’hybride.

Le patient zero est un homme entre deux âges chauve et corpulent qui nous est présenté sur une table d’autopsie à la morgue du Whittendale University Medical Center. L’héroïne, Zoé, entourée d’autres étudiants en médecine cherche à trouver l’origine de la mort sous l’oeil vigilant d’une de ses enseignantes. La grippe est évoquée. Plus tard dans la soirée, Zoé retourne à la morgue récupérée un fut de bière laissé au frais dans l’un des tiroirs de la chambre froide. C’est là que le patient zero se relève et fait un mouvement de bras caractéristique des monstres qui veulent impressionner et des maitres qui souhaitent apprendre à leur chiot à ne pas sauter.

Le zombie de masse se reconnaît principalement par le fait qu’il n’est jamais seul. Filmés de tous quarts ou en pieds ces zombies blafards sont la plupart du temps défigurés ou meurtris dans leur chair. Leur présence a l’écran n’est justifié que par un affrontement avec le groupe des survivants. Ils tuent ou/ et sont tués. Ils sont plus rapides dans leurs déplacements que le zombie romérien ce qui dans la typologie zombie en ferait plutôt des infectés, une idée renforcée par le fait que l’héroïne a une formation médicale et cherche une cure ou un vaccin. Les survivants les appellent les charognes, les renvoyant ainsi dans le champ de la mort et de la décomposition. Il n’est pas facile de trouver des images les montrant lorsque l’on fait des recherches sur le fonds iconographique du film. Ceci s’explique par le fait qu’ils jouent un rôle mineur dans l’histoire.

L’hybride, comme le nom l’indique est un personnage n’appartenant plus vraiment au monde des vivants sans s’être pour autant transformer en zombie. Si le zombie est à la fois mort et vivant, lui n’est vraiment aucun des deux. Contrairement aux autres zombies du film, il a un nom, Max et incarne la némésis contre laquelle devra se battre l’héroïne. Cette dernière, Zoé, le rencontre alors qu’il est encore humain et participe en tant que sujet test à un programme de recherche médicale. Un détail corporel qui sera repris tout au long du film est utilisé pour montrer son caractère anormal, il s’est scarifié le bras en y écrivant le prénom de l’héroïne. C’est en essayant de la violer alors qu’elle se trouve à la morgue qu’il se fera mordre par le patient zero. Lorsque plus tard dans l’intrigue les survivants le retrouve, plusieurs signes montrent qu’il ne se comporte pas comme un zombie habituel : il échafaude et exécute un plan pour s’infiltrer dans le camp militarisé des survivants et s’en prendre à Zoé. Il est capturée mais elle s’oppose à son exécution.

Zoe : Il est vivant. J’ai besoin de lui pour mes recherches

Chef militaire Il a pourtant une tête de charogne.

Zoe : Oui. Mais les charognes mordent toujoursIl aurait pu me mordre mais il ne l’a pas fait. Son cerveau marche encore.

Day of the Dead. Bloodline de Hèctor Hernández Vicens, 2018

Plus tard dans l’intrigue, Max commence à parler, d’abord juste en articulant le nom de l’héroïne lentement puis en faisant des phrases, l’affrontement final avec l’héroïne tient plus de la scène de slasher que du film de zombie, le tout avec un monstre qui a une tête de Joker.

Les territoires de l’action

L’enfermement au vert

L’intrigue commence en zone urbaine mais à partir du moment où le monde bascule dans le chaos, les survivants se réfugient dans des camps en zone rurale. C’est le cas de Zoé que l’on retrouve 5 ans après le début de l’épidémie dans un bunker.

Je suis une des rares à avoir pu rejoindre un camp de réfugiés à temps, avant d’être affecté au bunker de High Rock, une base militaire d’information et de reconnaissance, au service du Cendre de Contrôle des Maladies (CDC). Sauf que le Q.G. n’a donné aucun signe de vie depuis un an et que nous n’avons vu aucun survivant depuis plus longtemps encore. C’est donc ici que nous vivons, sur cette base militaire qui fait office de camp de réfugiés. Nous nous débrouillons avec le peu que nous avons réussi à sauver et il vaut mieux, pace que nous risquons de rester ici un long moment.

Zoé, en voix off pendant son jogging autour du bunker

La notion d’isolement est renforcée à la fois par des plans larges qui montrent la campagne, par le grillage qui entoure le bunker (que l’on aperçoit sur la photo un peu plus haut) et apr l’absence de contacts avec d’autres survivants ou un représentant de l’autorité politique, militaire ou médicale. Les médias présents dans les premiers plans du film au début de l’apocalypse ont disparu.

Le grillage maintient les zombies à l’écart comme du bétail mais à l’extérieur de l’enclos dans une inversion du dedans-dehors qui fait partie des canons du genre.

Le camp est présenté à la fois comme un lieu très organisé dans sa partie militaire (salle de commande et de communication, laboratoire, mess, hôpital de fortune) et anarchique dans sa partie civile où se côtoient tentes, caravanes et autres abris de fortune.

L’exploration

C’est la recherche de biens rares, en l’espèce des médicaments, qui poussent le groupe de survivants à reprendre le chemin de la ville. Alors qu’au bunker les zombis sont montrés comme maitrisés – ils rodent autour des clotures mais sont abattus s’ils s’approchent- dés que les survivants se retrouvent sur les routes, l’atmosphère change. Le premier moment de peur post-apocalypse éprouvé par les survivants intervient lorsqu’une panne de voiture les immobilise dans la forêt à la nuit tombée. Il n’y a aucun signe apparent de désordre, la peur tient au lieu – la forêt la nuit. Cela change lorsque les survivants arrivent en ville. Les rues sont jonchées de détritus et encombrées par des voitures abandonnées.

Le film met en scène une double exploration, celle du groupe de survivants allant en ville pour ramener des médicaments puis celle de max, l’hybride, qui s’introduit dans le camp après avoir fait le trajet caché sous l’une des voitures.

A partir du moment où Max est fait prisonnier le camp cesse d’être un endroit sûr. Les zombies qui jusqu’ici avaient cessés de faire peur aux survivants réussissent à s’engouffrer dans le camp et à attaquer les humains.

Les interactions

Les interactions affectives sont au premier plan. Plus la menace zombie se précise, plus les survivants font des choix qui éprouvent leurs liens amoureux et familiaux. Baca, le petit ami de Zoé est aussi le frère du chef du camp qu’il choisit d’affronter pour sauver son amoureuse. Les liens familiaux sont également mis à mal dans une scène qui voit une mère présente au chevet de son enfant depuis le début du film se retourner contre elle et tenter de la dévorer après avoir été elle-même contaminée par une morsure de zombie.

Baca qui a été mordu, tout comme son frère, décide de se suicider d’une balle dans la tête mais Zoe l’en empêche.

La fin

A partir du moment où Max est fait prisonnier, le film emprunte fortement les codes du film de monstre tout droit sorti des studios Hammer. Max est maintenu enchaîné par les bras et le cou dans une partie du laboratoire de Zoé dont les murs sont fait – pourquoi comment allez savoir- de cailloux, ambiance château de Frankenstein.

L’affrontement final entre Max et Zoé nous éloignent des années 1970 pour nous amener dans le slasher du début des années 1990. L’héroïne, cachée dans une serre, jaillit de terre pour étriper puis décapiter Max qui l’a vraiment pas vu venir.

Une fois le méchant vaincu, la menace zombie devrait subsister puisque c’est après tout le propre des films de zombie de ne pouvoir assurer la survie du groupe en tuant un seul personnage en particulier. Pour autant, les zombies cessent d’être une menace car Zoé parvient à trouver un vaccin grâce au sang qu’elle avait prélevé sur Max. Elle sauve son petit ami avec la première dose puis lance un appel radio aux survivants éventuels pour qu’ils viennent se faire vacciner, et comme il ne s’agit pas de la Covid, les gens viennent.

L’intrigue se conclut sur l’image d’une unité familiale recomposée : Zoé, son compagnon et une fillette qu’elle a sauvé des dents de Max, malheureusement après que celui-ci est contaminé la mère de l’enfant.

Désormais, chaque jour qui commence, sachez que le monde n’est plus aussi dangereux. Les choses changent. nous ne pouvons pas refaire le monde. , mais il peut encore être beau. Nous pouvons encore espérer être en sécurité et baisser la garde sans nous inquiéter. Etre heureux et aimer.

Zoé, en voix off dans et à l’extérieur du bunker

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search