Souffrir pour être belle

Dans l’article, “Dressed to kill: 6 ways horror folklore is fashioned in the movies” paru dans The Conversation, Julia Petrov et Gudrun D Whitehead de l’Université d’Alberta, Canada, reviennent sur 6 figures horrifiques dans lesquelles l’apparence, et plus encore la mode, jouent un rôle important. Ces figures sont : le fantôme, la mariée, la mère, la vampire, la sorcière et le monstre. Certaines de ces figures sont poursuivies par des antagonistes, d’autres incarnent le mal.

La femme fantomatique vêtue de blanc et apparaissant la nuit est un personnage récurrent de l’horreur et du gothique mais dont les racines sont beaucoup plus anciennes dans le folklore européen. Pour les auteurs, la franchise The Ring offre avec le personnage de Sadako Yamamur une actualisation de cette figure féminine fantomatique. La femme n’attend plus assise au bord d’une falaise, elle sort du puit et accessoirement de votre écran de télévision. Les auteurs mentionnent la collection Automne 2008 des couturières Kate and Laura Mulleav (Rodarte) dont l’inspiration se revendiquait des films d’horreur japonais.

La figure de la mariée joue avec les thèmes de la virginité (pureté) et du foyer (havre de paix) et plus largement à la socialisation féminine, ce qui permet aux auteurs de faire un lieu avec les poupées qui de jouet participant à la socialisation de petites filles sont devenus des objets possédés par des esprits démoniaques dans les films d’horreur. La mère, concrétisation de cette socialisation, est une figure ambiguë dans les films d’horreur, à la fois protectrice et dévastatrice. Les auteurs citent le film Ma comme exemple de retournement d’un stéréotype, le personnage de la femme noire très souvent associé à la domesticité devient ici un antagoniste horrifiant.

Universal Pictures France

Ma représente une transgression des normes, tout comme l’une des autres figures féminines abordées dans l’article, la femme vampire, une représentation de la femme hyper sexualisée mais aussi extrêmement attachée à son apparence extérieure. Le magazine Vogue consacrera un article aux looks inspirés par l’actrice Tilda Switon dans le film Only Lovers Left Alive. La figure de la sorcière est construite comme un renversement des normes de genre imposées par le système patriarcal. Du point de vue vestimentaire, ce renversement se traduit par l’utilisation de certaines couleurs comme le noir et d’un registre vestimentaire orienté vers le punk ou le gothique. L’apparence séduisante des femmes peut cacher une nature monstrueuse, c’est ce qu’incarne la dernière figure traitée, celle du monstre.

L’article laissera sur sa faim toutes les personnes qui connaissent le sujet, c’est moins la faute des auteurs que du format court et du plan choisi, des idéaux-types. Pour entrer plus avant dans le sujet, on peut lire leur livre Fashioning Horror. Dressing to Kill on Screen and in Literature paru en 2017.

Lire l’article paru dans The Conversation.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search