Veille 18/52 : poupées d’été

Il fait si chaud qu’on apprécie l’ombre de nos logements, on s’y sent si bien entouré.e d’objets familiers. C’est donc l’occasion rêvée pour se faire peur avec des poupées. 

 

 

 

 

 

Chez mes grands-parents j’avais une poupée aux longs cheveux, immense dans mon souvenir, qui marchait toute seule. Pour y jouer, il fallait aller la chercher au grenier. Bref, je ne l’ai pas vraiment usée. Je me suis convaincue depuis qu’elle ressemblait beaucoup à Annabelle dont on va parler aujourd’hui. Ceci dit, adolescente, c’est avec Chucky que je me suis fait peur et ça tombe bien puisque qu’un reboot vient de sortir. 

Commençons par les présentations

Chlild’s Play est un film américain réalisé par Lars Klevberg et produit par Orion Pictures. Le scénario est écrit par Tyler Burton Smith. Il s’agit pour le réalisateur comme pour le scénariste de leur premier film d’importance ( 10 millions de dollars de budget). Le film a bénéficié d’une promotion assez importante due à la présence au casting de Mark Hamill (sabres lasers et robes de bure) qui fait la voix de la poupée Chucky en V.O. 

Chucky a été créé par Don Mancini. Il est le scénariste des autres films de la franchise et a également travaillé pour la télévision sur les Contes de la crypteHannibal et Chanel Zero (entre parenthèse Mad Movie de mai 2019 consacre un dossier aux Creepy Pasta). 

Chucky est le nom donné par un jeune garçon à la poupée, modèle  Buddi, que sa mère lui offre. Très vite, il va s’apercevoir que sa poupée n’est pas un jouet. 

Annabelle comes Home est un film réalisé par Gary Dauberman scénariste entre autres de Annabelle et It et créateur de la série Swamp Thing. Il s’agit de sa première réalisation. Annabelle est une franchise qui s’inscrit dans un univers cinématographique nommé The Conjuring Universe, du nom du  film, The conjuring, réalisé par James Wan en 2013. Annabelle est un film coproduit par Atomic Monster et New Line Cinema. 

Annabelle est une poupée possédée par une entité démoniaque dont on sait peut de choses, si ce n’est qu’elle a des cornes et peu de convivialité. Le Conjuring Universe est un hommage appuyé aux films de hantise des années 1970-1980, les personnages clefs des films sont les époux Warren, un couple qui a véritablement enquêté sur des phénomènes de hantise et de possession, notamment dans la charmante bourgade d’Amityville.  Cet univers cinématographique joue beaucoup sur l’idée, également très eighties, que les scénarios sont fondés sur des histoires vraies. 

Parlons poupées

Les sorties estivales de ces deux franchises m’ont fait réalisé qu’une des histoires concernait une poupée garçon pour garçon et l’autre une poupée fille pour fille. Dans la franchise Chucky la dimensions genrée est particulièrement mise en avant, un des opus s’appelle Bride of Chucky (Ronny Yu 1998), référence à Frankenstein à la sauce rendez-nous les années 1980 avec une pincée de sexisme et le suivant est centré sur la descendance non binaire de Chucky, Glen et Glenda  Seed of Chucky,  , une référence cette fois à Ed Wood. 

Dans la franchise Annabelle, la dimension genrée s’inscrit principalement dans un rapport filial, Annabelle est une poupée fabriquée par un père qui ne se remet pas du décès de sa fille avec qui il cherche désespérément à rentrer en contact. On retrouve également cette dimension dans le jeu, la dinette. Le caractère domestique de la scène renforçant la peur de ce qui va suivre dans l’esprit du spectateur. 

La différence de genre s’affirme plus encore par le fait que Chucky est habité par l’esprit d’un homme adulte alors que Annabelle est habité par un démon non genre attaché à l’univers domestique, le dernier film s’appelant Annabelle comes home

La sortie quasi simultanée des deux films a donné lieu à quelques vidéo “versus” pour déterminer quelle est la meilleure poupée horrifique, ainsi qu’à des revues croisées des deux films, dans le podcast Corpse Club par exemple. 

Au-delà de l’apparente similitude liée à la forme, la poupée, les deux personnages s’inscrivent dans des univers cinématographiques différents, le slasher pour Chucky et la hantise pour Annabelle. 

Pour le New York Times, le choix de transformer l’histoire des origines de Chucky dans le remake affaiblit l’histoire (on notera que la critique de Annabelle n’est pas meilleure). La poupée n’est plus mue par l’esprit possédé d’un meurtrier mort mais par une Intelligence Artificielle. “(…) while we may need to fear the creeping presence of Alexa, Siri and self-driving cars, rogue artificial intelligence is easily explained — unlike, say, a possessed doll that frames a small boy for murder. Paradoxically, plausibility makes “Child’s Play” less scary.“.  Ce choix scénaristique et au-delà l’idée même d’un reboot plutôt que d’une suite a entrainé une réaction très négative du scénariste de l’ensemble des autres films de la franchise, Don Manchini. On notera que le choix d’un remake s’explique principalement par le fait que MGM/ Orion ne possèdent les droits que du film original, les suites appartiennent à un autre studio. 

Pour conclure, on mentionnera une des images de la campagne promotionnelle de Child’s Play qui est sorti en France une semaine avant Toy Story 4 (Josh Cooley, 2019), une concurrence vite éliminée par le meurtre de Monsieur patate (le nom du film en bas à gauche imite le graphisme de Toy Story). 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.