Veille 15/52 de l’imagination à la simulation

New York totalement détruite par un astéroïde durant une simulation” titrait hier le Huffington Post, les titres raccourcis affichant les news dans les applications ne faisant apparaitre que la première partie du titre. La fin est omniprésente, des Avengers des frères Russo au site Les Jours qui publique chaque jour sa chronique La fin du monde.

Alors que les figures des combats environnementaux cherchent à faire admettre au monde politique, économique et civil l’irréversibilité du processus de destruction dans lequel l’activité humaine est engagée …

“You don’t listen to the science because you are only interested in solutions that will enable you to carry on like before,” she said. “Like now. And those answers don’t exist anymore. Because you did not act in time.”

Greta Thunberg, citée par le New Yorker

… A New York on se prépare à un impact d’astéroïde.

Deep Impact, 1998, Mimi Leder

Tous les deux ans, une ville est choisie “pour un grand exercice international de simulation d’impact d’astéroïde” (Huffington Post). Le scénario se déroule sur 8 années simulées, avec des étapes qui pourraient porter la mention vue au cinéma.

1/ Y’a que 1% de chance que l’astéroïde s’écrase sur terre… Oups, au temps pour moi les gars la Nasa s’est trompée, c’est 100%

2/ Bon en même temps ça va, il va tomber sur une région peu dense, le Colorado… Oups, au temps pour moi les gars la Nasa s’est trompée, c’est New York.

3/ Réunissons fièrement tous les plus grands génies de notre planète et construisons des p******* de sondes spatiales. On va aller le n****** cet astéroïde. Oups, au temps pour moi les gars, l’alliance de défense planétaire s’est trompée. On a juste réduit l’astéroïde en morceaux, ils continuent leur course vers la terre.

4/ Bon, je joue la carte frappe nucléaire. Ah, non c’est pas possible, y’a la carte désaccord international sur le plateau, tu peux pas la poser.

5/ Bon ben on va évacuer New York. Oups, les gars, désolé mais les gens sont trop nuls, ça marchera jamais.

Qui paiera? Qui accueillera les réfugiés? Comment protéger les installations nucléaires et chimiques, les œuvres d’art? Et comment se comporteront les citoyens face à une situation de fin du monde? “Si vous savez que votre maison sera détruite dans six mois, continuez-vous à rembourser votre emprunt?”, demande Victoria Andrews, du bureau de défense planétaire de la Nasa.

Huffington Post.

Si vous êtes cyniques, cet exercice vous réjouira car il finit par la mobilisation des avocats en droit spatial pour savoir quel pays doit indemniser les victimes.

Mais bon tout n’est pas si grave, après tout la terre n’est peut être pas le seul espoir. “La Chine saisie par la folie martienne” titre Le Monde. La Chine, qui s’est fait une place aux forceps dans l’exploration spatiale a installé une base de simulation dans le désert de Gobi. Il s’agit moins de se préparer à fuir la planète que s’en assurer la domination politique par la conquête de territoires extra-terrestres.

Pour Yao Haijun, le rédacteur en chef adjoint du magazine Science Fiction World, qui a notamment publié la célèbre saga de Liu Cixin, Le Problème à trois corps, l’intérêt des Chinois pour l’espace s’explique aussi par des changements sociaux : « Avant, les Chinois ne prêtaient pas spécialement attention au monde, au-delà de leur vie quotidienne. Mais grâce au développement de l’économie, ils ont le loisir de réfléchir à l’avenir, et ils s’intéressent de plus en plus à l’inconnu et au futur. C’est même une nécessité ! Je cite souvent cette phrase du futurologue américain Alvin Toffler, dans son essai La Troisième Vague : “Quand vous conduisez lentement, il suffit de regarder juste devant, mais si vous accélérez, il faut regarder plus loin. Dans une société qui change vite, les gens doivent s’intéresser à l’avenir”. »

Le Monde, “La Chine saisie par la folie martienne

On retiendra de cette veille qu’en matière de fin du monde, on est passé de l’imagination à la simulation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.