Veille 14/52 GoT is coming vraiment partout

Source : HBO.

En tête des articles lus sur le site de France Inter (en date du 14/04/2019), un “quiz (sévère mais juste) pour réviser avant la saison 8 [de Game pf Throne]”. Ce week end, de très nombreux articles et billets de blogs sont parus pour annoncer et analyser la diffusion de l’ultime saison de GoT, diffusée à partir de dimanche sur la chaine OCS en France. La série parait incontournable au sens d’une référence commune qui permettrait de dire, un peu tout, sous couvert de parler de la série, qu’il s’agisse par exemple de promouvoir un produit commercial ….

Publicité Uber Eats sur Twitter

… ou de faire passer un message politique, comme dans “Game of Thrones décrit une société bouleversée par le changement climatique” publié par Reporterre, pour qui “La série peut être lue comme une métaphore du changement climatique et de la difficulté des humains à s’entendre pour y faire front.”.

Une veille rapide permet de distinguer trois types de contenus :

  • Les contenus qui reposent sur l’arrivée imminente de la série
  • Les contenus qui partent de la série pour analyser plus largement les productions sérielles télévisées
  • Les contenus qui utilisent la série comme métaphore pour traiter d’autres sujets.

La série comme impatience des fans

Je crois que mon souvenir le plus ancien d’un évènement télévisuel organisé pour faire plaisir aux fans est un marathon Friends. Puis étonnamment, au sens où il me semble qu’entre les deux il y a un grand vide temporel, je me souviens d’un marathon 24. Dans les deux cas, il s’agissait d’éprouver de la joie et du contentement à se livrer à un visionnage intensif d’une série. A l’ère du Binge Watching et du visionnage à la demande, diffuser de nombreux épisodes à la suite n’a plus rien d’un évènement. Avoir accès légalement à un contenu au moment de sa diffusion dans le pays d’origine, cela s’est aussi banalisé.

Ainsi pour attendre, cette nuit la diffusion sur OCS en France de la série diffusée sur HBO aux Etats-Unis, on peut non seulement revoir sur OCS l’ensemble des épisodes de la série, mais également accéder à de multiples contenus qui parlent de la série. C’est ce que propose France Inter avec La nuit “Game of Thrones”, un contenu de presque 3 heures faisant intervenir de très nombreux acteurs, dont il est important de noter qu’ils sont, pour beaucoup, présentés comme fan. le téléspectateur passionné est désormais reconnu pour son expertise d’usage, pour une connaissance acquise sur le tas, même si dans la liste qui suit, elle vient souvent renforcer d’autres activités médiatiques (comique, comédien).

Sur le plateau pour parler de ce phénomène mondial : Ava Cahen, auteure de Game of Thrones décodé (éditions du Rocher, mars 2019),Lubiie, blogueuse série (Lubie en série),Nacil Djemai, étudiant en cinéma et fan de la série,Sasha Fausset, étudiante en cinéma et fan de la série,Asma El Mardi, critique séries (Brain Damaged),Constance Jamet, critique séries (Le Figaro),Anne Demoulin, fan de la série et journaliste pour 20 Minutes,Benoît Lagane, critique séries et auteur-comédien du spectacle Le Conteur Cathodique,Romane Beaufort, démographe, auteure de l’enquête DemoGOT,Lucas Melissent, démographe, auteur de l’enquête DemoGOT,Bun Hay Mean, fan de la série et humoriste (Chinois Marrant),Océane Zerbini, fondatrice du podcast The Lemon Adaption Club),Pierre Langlais, critique série (Télérama),Thomas Hercouët, fan et fondateur de Version Originale (La Nuit Originale, Au Nom Du Pire…),Thibaut de Saint-Maurice, philosophe, auteur de Philosophie en sérieset de Philosophie en séries saison 2 (éditions Ellipses, 2009 – 2010),Sven Ortoli, directeur du hors-série de Philosophie Magazine sur Game of Thrones (mars 2019),Sonia Feertchack, auteure dans le hors-série de Philosophie Magazinesur Game of Thrones (mars 2019),Virginie Girod, historienne, auteure dans le hors-série du magazine Historia sur Game of Thrones, dont France Inter est partenaire (avril 2019),Dedo, fan de la série, auteur et comédien (Princesses Leya).

France Inter, La nuit “Game of Thrones”, 15 avril 2019

La série comme transformation des productions sérielles

Qu’annonce la fin de GoT ? Pour Libération, l’heure est grave, “Ont-ils tué le “game”?” et par grave entendez que cette dernière saison pourrait être “le dernier orgasme collectif et simultané du genre. Un phénomène rendu obsolète par l’explosion de l’offre des plateformes comme Netflix.“. L’argument principal est que durant les 8 ans de diffusion de la série, le visionnage d’un épisode par semaine s’est “ringardisé” sous l’influence des modes de visionnage proposés par les plateformes en ligne. L’analyse est celle d’une transformation abêtissante engendrée par l’immédiatement et la profusion des séries, qui paradoxalement ferait du visionnage d’une série une expérience solitaire, l’article sous-entendant que la diffusion d’un bloc d’une série diminue les échanges et analyses entre fans.

Une grande dévoration qui a échappé au cadre du salon pour s’installer sur de nouvelles surfaces – l’ordinateur, le téléphone, la tablette. Au point qu’il n’y a plus rien de surprenant à voir quelqu’un s’abîmer les yeux devant une série dans une rame de métro bondée. L’arrivée de ces nouveaux acteurs a surtout précipité la série dans une ère de surabondance, désignée sous le terme de «peak TV». En quatre ans, le nombre de séries (nouvelles saisons ou nouveautés) diffusées aux Etats-Unis a doublé, frôlant la barre des 500 l’an dernier. Si les vieux networksproduisent encore beaucoup et restent très populaires, cette explosion de l’offre est surtout l’œuvre de plateformes de streaming aux budgets inflationnistes. Netflix, en premier lieu, dont le patron expliquait au Hollywood Reporter en mars que l’entreprise investissait 1,4 milliard de dollars par mois en contenus. Moins populaires en France, Amazon et Hulu participent aussi à ce phénomène, tandis que de nouveaux acteurs se profilent : Facebook et YouTube, qui ont déjà mis un pied dans la création originale, tandis qu’Apple, Disney et WarnerMedia (qui comprend HBO) doivent entrer dans la danse d’ici à la fin de l’année en lançant leur propre service.

Libération, Ont-ils tué le “game”?, 12 avril 2019

La série comme métaphore

Migration, changement climatique, déni des élites, permaculture, coopération, armes de destruction massives, patriarcat, les thèmes retenus pour présenter la série permettent de traiter in fine de la situation actuelle des sociétés occidentales. Cela est d’autant plus marqué que les spécialistes interrogés dans l’article ne sont en rien spécialistes des séries télévisées, même si certains s’en déclarent fan et connaisseur dans leur intervention. La parole est principalement donnée aux colapsologues.

Cet extrait montre bien comment l’oeuvre est réifiée pour être adossée à un discours qui peut être tenu sans elle mais qui est supposé avec plus d’impact pédagogique avec elle.

Couard et bedonnant, son camarade Samwell Tarlly a subi bon nombre de moqueries en intégrant la Garde de nuit, une organisation militaire chargée de la défense de la frontière Nord du Royaume. Tarlly ne paie pas de mine, mais il joue un rôle fondamental dans la guerre contre les Marcheurs blancs. « Intellectuel et chercheur, c’est lui qui identifie le Verredragon comme étant le minéral avec lequel il est possible de fabriquer les seules armes capables de tuer les Marcheurs blancs, se remémore sans mal Jean-Michel Valantin, téléspectateur assidu de GoT. La crise climato-stratégique l’amène à militariser les connaissances qui émergent de ses recherches. » Néanmoins, pour que la découverte de Tarlly permette aux humains de se défaire de l’énorme armée des Marcheurs blancs, « il va falloir que l’extraction et le transport du minerai puissent répondre aux besoins des manufactures d’armes, que celles-ci parviennent à embaucher le nombre de travailleurs et artisans spécialisés suffisant et que la distribution et le partage des armes ne déclenchent pas de conflits au sein de la coalition qui affronte les Marcheurs blancs. »

Reporterre, Game of Thrones décrit une société bouleversée par le changement climatique, 13 avril 2019.

On trouve de nombreuses tentatives similaires dont l’article “Game of Thrones as Theory” publié sur Foreign Affairs, qui remonte à la diffusion de la première saison de la série en 2012.

Conclure à l’avenir de la Fantasy à la télévision ?

C’est ce que propose un article paru sur le site de Libération, “Sur les écrans, un avenir plein de Fantasy“. Il mentionne la suite attendue de GoT, qui sera en fait un préquel et plus largement l’arrivée sur les plateformes et les networks de productions de Fantasy. Netflix va sortir The Witcher, alors qu’Amazon prépare un préquel du Seigneur des anneaux et HBO, Lovecraft Country.

Dans la journée qui a suivi la diffusion du premier épisode de l’ultime saison, des posts sont apparus de personnes se revendiquant d’une minorité ignorée, ceux qui ne regardent pas la série. Il s’agit d’un indice du repère que constitue la série dans la culture populaire tant il semble important sur le plan conversationnel de donner un avis y compris si l’on est pas concerné.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.