Veille 13/52 Promenade en forêt

Des recherches récentes sur la hantise m’ont conduite à m’interroger sur l’imaginaire attaché à la forêt. J’en ai fait un premier billet puis je n’ai plus su par quel bout prendre cet objet de recherche. C’est finalement en commençant une veille sur les légendes urbaines que j’ai entr’aperçu comment prendre le machin pour que ça finisse par faire un truc. En plus le dit truc m’a emmené en forêt japonaise alors même que sur ma to-do-list spéciale hantise il fallait également que je m’intéresse aux Yokai.

La forêt des suicidés

Charles et Mathias consacrent l’épisode du 18 mai 2017 du podcast Inspiré de faites réels, à la forêt d’Aokigahara. Ils partent, comme souvent dans leur émission, d’une histoire qu’ils ont inventé en s’inspirant de diverses lectures, une jeune blogueuse étrangère attirée par l’étrange part campée dans la forêt d’Aokigahara. On retrouvera son corps pendu à un arbre et non loin de là son journal, dont la lecture révèle qu’elle a assisté à d’étranges apparitions dans les derniers jours de sa vie.

Selon Wikipedia, la forêt Aokigaharaest connue pour le nombre important de personnes mortes retrouvées dans cette forêt depuis les années 1950, et dont la cause est, dans la plupart des cas, due à un suicide.” Une section de l’article s’intitule “suicide et mythe” et évoque les auteurs qui y ont planté le décor de leurs oeuvres, qu’il s’agisse de roman, de manuel de suicide, de bande dessinée, de film ou de vlog. J’ai trouvé rapidement trois oeuvres accessibles. Un roman écrit par un romancier français, Forêts noires de Romain Verger, le film The Forest de Jason Zada et le film Nos souvenirs de Gus Van Sant dont je parlerai de manière plus détaillée dans un autre billet.

Il est très facile de trouver sur internet des billets de blog et des vidéos sur cette forêt, à chaque fois en référence au grand nombre de suicides qui s’y produisent mais aussi “des particularités uniques. Elle est silencieuse, il n’y a pas d’animaux, la végétation y est magnifique, et il est très facile de s’y perdre.” (Jordy Meow, 1/03/18). Ce billet de blog propose une ballade au plus profond de la forêt accompagnée de photographies d’arbres et de racines, de panneaux d’avertissements, de vélo rouillé et de papiers d’emballage abandonnés. Le ton est volontairement inquiétant. ” Et ces rubans, rappelant les cailloux du Petit Poucet, utilisés pour éviter de se perdre (et à Aokigahara, pour faire machine arrière, au cas où) laissent présager le pire. “; “Il est facile de tomber dans les trous cachés“; “Ceux qui sont prêt à en finir avec la vie ne reculent ostensiblement pas devant ces obstacles“; “Des objets apparaîssent sur le sol, parfois d’un autre temps. Beaucoup campent à Aokigahara, à la demande de l’auteur du guide au suicide.”. Le récit se poursuit pour en arriver à ce qui semble en fait fasciner dans l’histoire de cette forêt, moins l’acte du suicide que le fait de voir le corps d’un suicidé. Megan Negrych évoque ainsi sur son site internet les questions culturelles et éthiques que pose l’attrait macabre de ce type de lieu.

Le retour est difficile, la lumière tombe petit à petit. Mon amie tente de se rassurer avec le fait de ne pas être tombé sur quelqu’un, ce qui aurait été probablement extrêmement traumatisant. Mais c’est justement à ce moment là que nous aperçevons quelque-chose.

Jordy Meow, 1/03/18

Sur les photos qui suivent, aucun corps mais des traces verticales, une cravate pendant d’un arbre, la ceinture d’une femme d’un autre, faisant la boucle avec le roman évoqué au début du récit, le roman d’un amour impossible, The Tower of Wave de Seichō Matsumotoa. Paru au début des années 1960, le livre serait à l’origine des suicides dans cette forêt. ” its power to inspire suicide is mutely confirmed by copies of “Nami no Tō” lying beside many dead. The work glorifies and romanticizes death as a means to a peaceful end of earthly problems.” (Marisa Martin, 17/04/2013). Dans de nombreux billets, ce roman et un manuel de suicide sont mentionnés, comme inspirations des suicidés, ceux-ci choisissant de les déposer à côté d’eux lors de leur suicide.

On trouve de nombreuses autres ressources photographiques en ligne montrant des traces des morts et des vivants parmi les arbres comme Japon, la forêt Jukai ou Aokighara Forest. Ainsi que de nombreuses vidéos qu’il s’agisse de documentaires ou de vlogs. forêt

La forêt des démons

Le site Aokighara Forest présente les lieux comme hantés par des démons en insistant sur le fait que la densité des arbres rend la forêt obscure même de jour, au risque que les promeneurs s’y perdent. Le surnom de la forêt est la mer d’arbres, indiquant cette profusion végétale qui fait perdre ses repères au promeneur.

Legend says that those who are engaged in this sea forest never return. But there is some truth in that, as even in these days, many hikers lose their way.

Actually the problem of getting lost in the forest is so big, that hikers carry plastic tapes to mark their paths and to be able to return/ Because the landscape is so similar, the brain is distorted and it is difficult to keep direction at any time.

Aokighara Forest

Les personnes mourant dans la forêt deviendraient des âmes perdues, des yurei dont les désirs sombres affecteraient les arbres eux-mêmes.

Unlike western horror movies, where the ghost wants something specific in order to be able to rest in peace, the yurei wants nothing in particular; they just want to have their curse removed or conflicts resolved.

Aokighara Forest

Le site mentionne également que lorsqu’un corps est retrouvé, il est placé dans une salle spéciale, sur un lit auprès duquel dort un garde pour rassurer le mort et éviter qu’il ne se relève et erre en hurlant d’effroi. Comme la très grande majorité des billets que l’on trouve sur cette forêt aucune source n’est citée pour attester de cette pratique.

The bodies are brought down to the station, where a spare room is kept especially for such occasions. In this room are two beds: one for the corpse and one for someone to sleep next to it. Yup, you read that correctly. It is thought that if the corpse is left alone, the lonely and unsettled yurei will scream the whole night through, and the body will move itself into the regular sleeping quarters. In inimitable style, the workers jan-ken to see who gets to sleep with the body. And you thought your job was rough.

The Suicide Woods of Mt. Fuji, 26 septembre 2006

Pour finir, on mentionnera une lecture inhabituelle, un billet cherchant à rendre à la forêt son intérêt touristique pour sa beauté naturelle et non les mythes qui l’entourent.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.