Veille 10/52 la semaine des M, de Marvel à Momo

Mar Vell, mars 2019

Avec la sortie de Captain Goose (avouez que ça aurait été top), il convient de commencer la veille par Marvel.

Le futur du Marvel Cinematic Universe

Captain Marvel remet les années 1990 à la mode. Et dans les années 1990, on avait ça :

Scène d’ouverture de Blade (1998)

Si vous n’avez jamais vu Blade, il faut corriger ça. Bon vous pourriez être tenté de le lire aussi, mais alors il y aura pas Wesley Snipes et ça… c’est dommage. Marvel envisagerait un reboot de Blade AVEC Wesley Snipes. Screen Geek s’en fait l’écho en précisant que la première condition à l’éventuelle retour de Blade est que Disney, maintenant propriétaire de Marvel et la Fox, accepte se d’aventurer dans les franchises pour adultes (R-rated interdit aux mineurs). Jusqu’ici le seul film R-Rated de Marvel (avec la Fox) est Deadpool. Signe de féminisation des univers Marvel, le film montrerait Eric Brooks passerait le relai à sa fille. L’idée viendrait d’un projet de comics abandonné en 2015, mettant en scène Fallon Grey, jeune résidente de l’Oregon âgée de 16 ans qui apprendrait coup sur coup qu’elle est la fille de Blade et qui va falloir qu’elle se mette à son tour à la chasse aux vampires.

A l’occasion de la sortie de Captain Marvel ( Anna Boden, Ryan Fleck, 2019), le New York Times consacre un article à tous les personnages qui ont endossé le costume, la première apparition du super-héros.ine datant de 1939. L’article est riche en couverture de comics. On y apprend que le premier Captain Marvel nait chez DC et se transforme grâce au mot Shazam, c’est d’ailleurs le nom qu’il prend dans le prochain film de DC qui sortira le mois prochain.

trailer Shazam 2019

C’est ensuite au tour de Mar-Vell d’apparaitre en 1966. Le héros poursuit ses aventures jusqu’en 1982, il meurt du cancer et ne sera jamais ressuscité contrairement à la plupart des héros de comics. Son fils, Genis-Vell finit par prendre le nom de Captain Marvel jusqu’en 2006 Carol Danvers fait son apparition dans les comics mettant en scène Mar-Vell avant de devenir en 1976 Ms Marvel. Elle endosse ensuite plusieurs identités héroïques avant de devenir Captain Marvel. Cette identité avait auparavant été assumée par Monica Rambeau avant qu’elle cède le costume à Genis-Vell e devient Photon. On compte un dernier personnage à avoir endosser l’identité de Captain Marvel durant les années 2000, il s’agit de Nor-Varr, un extra-terrestre. Noirs et blancs, hommes et femmes, humains et extra-terrestres, hétéro ou non, la variété des personnages étant devenus Captain Marvel en fait certainement un des héros les plus à la plasticité la plus forte de l’univers Marvel.

Pour ceux qui ont vu Captain Marvel, le paragraphe qui précède contient de nombreux noms qui sont repris dans le film.

Corentin de Comicblog est revenu récemment sur la stratégie mise en place par Marvel en termes de prise en compte de la diversité. Kevin Freige, directeur des studios Marvel, a indiqué que Black Panthers n’était pas une initiative isolée mais une véritable nouvelle direction pour les studio. La question de la diversité dans les productions Marvel implique autant l’écriture des personnages, que le choix des acteurs et le recrutement des professionnels derrière l’écran. Comme le rappelle Comicblog, la prochaine opportunité de prise en compte de la diversité devant et derrière l’écran devrait venir de la récupération des droits de la franchise X-Men, à moins que Ms Marvel ne les devance.

The Momo challenge

Revenons encore aux années 1990. En 1998, Ringu sortait sur les écrans japonais. On connaît ce film, ses suites et adaptations américains sous le nom de The Ring. Comme le souligne J. Hermann dans le New York Times, plus que l’histoire c’est le procédé, une vengeance démoniaque par VHS interposée, qui a marqué les esprits.

Ringu 1998 ending scene

Si des films américains continuent d’être produits jusqu’en 2017, la franchise perd en popularité jusqu’à ce qu’en 2018 apparaisse Momo. Si de prime abord, comme le souligne Hermann, il n’y a pas de lien directe entre le yokai Samara des films Ring et Momo, il n’en demeure pas moins que cette dernière prend possession des âmes via un écran. Elle intervient principalement en ordonnant aux enfants de s’infliger des blessures ou d’ne infliger à autrui. La rumeur a enflé de manière suffisamment importante pour inquiéter les parents de cette progéniture menacée.

The Momo Challenge is a moral panic spreading through new and powerful channels. It’s also true that she is able to entrance people almost instantly by appearing, jarringly, in the middle of their media (as above, sorry), and that such appearances result in disembodied voices commanding victims up a ladder of misery. And while Momo really is coming for someone in more or less the manners described, it’s not the children. It’s their parents.

Hermann, 2 mars 2019, NYT

Momo reflète, comme le souligne Hermann la peur que ressentent les parents face “à ce que leurs enfants font sur Internet et ce que Internet fait à leurs enfants”. L’inquiétude ne porte plus sur “où” sont les enfants. Ils sont dans leur lit à la maison… avec grâce à Internet un accès incontrôlé au monde.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.