Veille 8/52 V pour Victory (part1)

V est une franchise transmédiatique de science-fiction racontant l’affrontement entre des extraterrestres envahisseurs et des humains résistants. C’est à l’origine une production télévisuelle.

V, la mini-série en deux parties créée par Kenneth Johnson est tournée en 1982 et diffusée pour la première fois par le network NBC en 1983. Il s’agit alors de la plus chère mini-série de science-fiction jamais produite. Suite à des divergences avec le network, Kenneth Johnson quitte le projet, ne participant pas à la seconde mini-série en trois parties diffusée en 1984, V : The Final Battle. Sur l’année 1984-85 est ensuite diffusée une série télévisée, V. La première production est rétrospectivement nommée V : The Original Miniseries (1983) pour la distinguer de V : The Series  (1984-85) dont la production est arrêtée après 19 épisodes faute d’une audience suffisante. En à peine deux ans, trois productions ont vu le jour surfant sur la surprise et l’engouement du public, avant que l’intérêt ne se tarisse, la série télévisée est très éloignée du scénario de la première mini-série. L’histoire est à l’origine résolument politique, le genre de la science-fiction n’était qu’un prétexte à un propos centré sur la sensibilisation des jeunes générations au totalitarisme et à l’holocauste de la seconde guerre mondiale. La dimension politique s’efface dans la serie au profit d’une forme de “case of the week” résolu à grands coups de pistolets lasers et d’explosions.

Les contenus transmédia sont développés dés 1984 avec une novélisation des deux premières mini-séries en un seul livre par A.C. Crispin alors au début de sa carrière. Pinnacle, l’éditeur, a commandé deux livres à A.C. Crispin, la publication des deux mini-series en un seul tome, V (1984) permet à A.C. Crispin en collaboration avec Howard Weinstein d’écrire East Coast Crisis qui raconte les évènements des deux mini-séries du point de vue d’un groupe de résistants new-yorkais. L’originalité de l’ouvrage est d’apporter un éclairage sur la conduite des élites politiques américaines, le final met en scène un président des Etats-Unis qui n’est pas s’en rappeler (pardon pour l’anachronisme) celui d’Independance Day (Roland Emmerich, 1996). Suivent ensuite une série de livres publiés à une fréquence soutenue (14 livres en 4 ans) qui se centrent une une zone géographique ou un arc narratif particuliers.

Kennet Johnson a renoncé à sa participation à la seconde mini-série, mais il reste fortement investi dans le projet original, qu’il cherche actuellement à porter à l’écran. Il défend sa vision de ce que raconte V dans les commentaires du DVD de la mini-série originale, édité en 2002 par Warner Bros Home Video. En Février 2008, il sort un livre, V : The Seconde Generation, dont l’intrigue prend la suite directe de la première mini-série, situant l’action vingt ans plus tard (donc avec une présence longue des visiteurs sur terre). Le succès du livre enclenche la sortie en novembre 2008, d’un livre co-écrit par A.C. Crispin et Kenneth Johnson, V : The Original Miniseries qui fait le lien entre les éléments racontés dans la mini-serie et ceux du livre. En quelques pages à la fin du livre, l’accouchement de Robin Maxwell est totalement ré-écrit ce qui donne des indices sur les origines du différent artistique entre K. Johnson et NBC lors de la production de la seconde mini-série, Elisabeth, la fille de l’humaine Robin Maxwell et du visiteur Brian, prend progressivement dans les productions télévisuelles le rôle d’une élue hybride dotée de super pouvoirs. On est loin d’une réflexion sur les dangers du culte du leader et de la montée du totalitarisme.

Cet effacement de la critique sociale et politique portée par la première mini-série et définitivement abandonnée par la série télévisée est aussi marqué dans le comics, V, édité par DC Comics qui accompagne cette dernière à partir de février 1985 et lui survit jusqu’en juillet 1986. Le comics fait la part belle à l’action et à la sexualisation des personnages féminins, dans une dynamique très proche de la série télévisée.

En 1986, un jeu video type arcade produit par Ocean Software, V The visitors, sort sur Amstrad CPC, Commodore 64 and ZX Spectrum. Mike Donovan doit saboter un vaisseau-mère en y installant des bombes toute en échappant aux robots de surveillance.


Amstrad Maniaque, avril 2016

En 2009, ABC lance un reboot de la série, V : the 2009 TV Series. De nombreuses modifications sont apportées à l’histoire, qui contient quelques brèves références aux attaques terroristes du 11 septembre 2001 et aucune allusion à la seconde guerre mondiale. Le thème de l’ennemi intérieur est privilégié à celui de l’effondrement du système politique démocratique. Plus rien ne distingue extérieurement les humains des visiteurs, qui n’ont plus pour caractéristiques une voix à la tonalité particulière et des yeux ne supportant pas la luminosité terrestre. Le reboot se rapproche plus de la série télévisée de 1984-85 que des deux mini-séries qui l’avaient précédées.

Je n’ai traité ici que des productions que j’ai pu consulter par moi-même, cet article de wikipedia propose une approche plus exhaustive.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.