Souffler la bougir

Il y a deux semaines, Happy Birthdead 2 You sortait en salle.

Universal Pictures France, décembre 2018

Le scénario est identique au premier opus, l’héroïne, Tree, revivant sans cesse la journée de son anniversaire. Je n’ai pas encore vu le 2, mais je viens de me procurer le 1, Happy Birthdead (Christopher Landon, 2017) , et de trouver une bonne excuse pour le regarder dans la foulée.

Que feriez-vous si vous reviviez sans cesse la même journée et qu’elle se terminait toujours par votre mort ? [les vidéos qui suivent révèlent des séquences ces du film].

MovieClips, juin 2018

The challenge was how do we keep repeating a scene over and over making it compelling to watch.” (Jason Blum, producteur, Bonus DVD). C’est l’empathie pour l’héroïne qui rend la répétition intéressante pour le spectateur. La jeune et belle étudiante blonde à qui rien ne résiste, membre d’une célèbre fraternité, qui croyait que la principale chose qui menaçait sa vie était les glucides se métamorphose progressivement en jeune femme bienveillante et drôle. Le réalisateur, Christopher Landon, décrit le film comme un “feel good horreur movie” (bonus DVD) et c’est vraiment ça. C’est une comédie horrifique, sentant bon les années 80 et 90 qui raconte la naissance d’une héroïne, qui passe de scream queen à tueuse bad ass, tout en faisant le deuil de la mort de sa mère survenue 3 ans auparavant.

Ce n’est pas un film effrayant, on ne voit jamais l’héroïne mourir. On comprend qu’elle est morte car elle se réveille pour revivre une nouvelle fois sa journée d’anniversaire, sa seule manière d’en finir avec la mort étant de neutraliser le tueur masqué qui la poursuit. Un tueur masqué armé d’un couteau sévissant sur un campus ?


hellosidneycom,  aout 2010

Le film assume pleinement son absence d’originalité. Son scénario est celui de Un jour sans fin (Harold Ramis, 1993), comme le jeune geek dans la chambre duquel l’héroïne se réveille chaque matin le lui fait remarquer.


EDGAR RENTON, avril 2018

Un Geek, amateur de cinéma et de comics, dont la chambre que l’on voit à de multiples reprises dans le film est décorée d’affiches de vieux films d’horreur, dont They Live de John Carpenter. Le film réussit par la nostalgie à toucher plus large que la cible des spectateurs adolescents, en enchainant les clins d’oeil destinés aux trentenaires fans de slashers.

Le film est produit par Blumhouse Productions, fondée en 2000 par Jason Blum, celui que le New York Times (2017) appelait le roi du film à petit budget, spécialiste du “fast and cheap”, à l’occasion de la sortie de Happy Death Day, dont Happy Birthdead est la traduction française évidente. C’est peu dire en effet. Sa société compte de nombreux succès commerciaux, de Paranormal Activity (Oren Peli, 2007) à Get Out ( Jordan Peel, 2017) en passant par American Nightmare (James DeMonaco, 2013).

Paranormal Activity est un film à 15 000 dollars ayant rapporté plus de 193 millions . Petit budget, gros succès, c’est la recette de Blumhouse, dont 90 % des productions coutent moins de 5 millions de dollars et qui domine le marché de l’horreur des dix dernières années avec des films devenus des références pour les jeunes amateurs du genre comme Insidious (James Wan, 2010) ou Sinister (Scott Derrickson, 2012).

In the Time of Trump, a Horror Movie Maker Rules Hollywword” titrait le New York Times en octobre 2017. Une citation explique le titre. “I think the biggest threats to humanity come from this house right here and the people inside,” he says, as we [le journaliste et James Blum] stand outside the White House on a balmy October night that fortuitously happened to be Friday the 13th.” Si les films qu’il produit ne sont pas directement politiques, American Nightmare comme Get Out peuvent être vus comme décrivant une Amérique blanche violente et dominante, reflet de l’angoisse dans laquelle se trouve plongée la société américaine.

FilmsActu, juin 2013

The current administration’s been terrific for the scary-movie business. It’s been our best year ever. I think ‘Get Out’ did four times the business it would have done if Hillary had been president.” (Jason Blum). Le réalisateur, Christoper Landon, toujours dans le NYT, va dans la même sens jugeant que Trump ““has stirred up all these dark places and dark corners and old shadows of our culture, and horror is so well suited to address these things.”

Il n’y a pas de référence politique explicite dans Happy Birthdead, même si signe d’une évolution du genre c’est la jeune belle blonde tuée au début du film, la scream girl, qui tient le premier rôle. Elle n’en finit pas de mourir, mais cette fois elle se défend, dans une intrigue où les personnages masculins ne sont que des seconds rôles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.