Veille 7/52 He’ll be back

Alors que j’étais plongée dans des articles sur la franchise Resident Evil, j’ai vu passer une news sur la revanche du reboot de Terminator. Le titre du prochain et sixième film de de la franchise vient d’être révélé : Terminator: Dark Fate, titre annoncé par James Cameron, himself, actuellement au front pour défendre Alita: Battle Angel, sorti ce mercredi. Le prochain film Terminator réalisé par Tim Miller (Deadpool, 2016) se place juste après Terminator 2 : Judgement Day (James Cameron, 1991), effaçant les errements de 3 de ses prédécesseurs. On y verra Linda Hamilton (Sarah Connor) et Arnold Schwarzenegger (T-800), un choix d’acteurs / personnages imposé par Cameron.

Mais revenons aux bases, Terminator (James Cameron, 1984), un film dont le studio Orion ne perçoit pas la portée de prime abord, y voyant un énième film d’action vraiment pas destiné à passer à la postérité.

émission de Storytellers, mai 2016

Puis avec le succès et la reconnaissance critique du premier opus viendront s’ajouter plusieurs films, plus ou moins réussis reposant sur la même intrigue. Dans un futur joué d’avance (prédestination ++++), un héros assure son propre engendrement en envoyant son père dans le passé pour y rencontrer sa mère et le concevoir. Ce héros, John Connor, est destiné à mener la résistance dans la lutte contre les machines commandées par l’Intelligence Artificielle Skynet qui vont/ont (selon le film regardé) détruit le monde par une apocalypse nucléaire. Il est poursuivi et aidé par des machines dans cette entreprise.

New Rockstars, Juillet 2015 (au moment de la sortie de Terminator Genisys)

Terminator 1 : naissance d’un monstre

Un acteur hors normes

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=309.html

Une réplique culte tenant en deux mots :

Gatiger, 7 juillet 2015

Un monstre, squelette de metal unstoppable :

https://fr.ubergizmo.com/2015/07/03/video-guide-complet-terminator.html

Arnold Schwarzenegger incarne une unité cybernétique, le T-800, envoyé dans le passé pour empêcher la conception du chef de la résistance humaine contre les machines, en tuant la mère du futur élu, Sarah Connor. Le Terminator est une arme d’infiltration à l’aspect extérieur humain, tuant impeccablement les humains menaçant l’Intelligence Artificielle Skynet.


FilmComicsExplained , juillet 2018

Ce rôle, Schwarzenegger va se l’approprier bien au-delà du cinéma. C’est par les mots “Arnold Schwarzenegger, the Terminator” que Bush le présente lors d’un meeting politique. Depuis l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, la même figure a été utilisée pour décrire l’opposition entre les deux hommes. Le Washington Post a réalisé en 2017 une vidéo intitulée “”The Donald” vs. the “Terminator”, a timeline”.

The Washington Post, juin 2017

Si vous n’êtes pas familier de la franchise, c’est dans la dernière séquence que figure la référence à Terminatorone man can’t go back in time. Only I can do that“.

Terminator 2 : naissance d’un mythe

Je vais partager une impression que je n’ai pas fait l’effort d’objectiver (encore), T2 me semble le film le plus acclamé de la franchise, tant par la critique que les fans. Cela me fait penser à une célèbre séquence de Scream 2 (Wes Craven, 1997) sur la qualité des sequels :

Movie CLIP, Octobre 2011

Le personnage de Sarah Connor est au centre de ce film comme du précédent. Elle est devenue la mère du futur sauveur de l’humanité. “The Terminator is not targeted on her anymore. The child now himself is the target” (James Cameron, The making of Terminator 2). Au-delà des prouesses techniques jamais vues à l’écran, le film est centré sur un thème fort ancien, la famille. Le Terminator, T-800, a été reprogrammé par John Connor dans le futur, pour lui servir de protecteur dans le passé. Il prend la place du père, dans la vision particulière qu’a Sarah Connor de ce rôle.

Watching John with the machine, it was suddenly so clear. The terminator, would never stop. It would never leave him, and it would never hurt him, never shout at him, or get drunk and hit him, or say it was too busy to spend time with him. It would always be there. And it would die, to protect him. Of all the would-be fathers who came and went over the years, this thing, this machine, was the only one who measured up. In an insane world, it was the sanest choice.

Sarah Connor, Terminator 2 (James Cameron, 1991)

Alors que dans T1, Sarah Connor, jeune étudiante et serveuse à temps partiel, subissait la chasse à laquelle se livrait la machine, dans T2, c’est une guerrière froide et accomplie, experte dans le maniement des armes et des explosifs. “She sets herself in a concentrated path of duty“( James Cameron, The making of Terminator 2) l’isolant de toute relation sociale. “She doesn’t have anything that makes it worth” (Linda Hamilton, The making of Terminator 2). Elle est hantée par la nécessité de permettre à son fils de survivre à la fin de l’humanité. Les dix ans de narration interrompue entre les deux films ont transformé Sarah Connor, d’une jeune serveuse à qui son rendez-vous du vendredi soir vient de poser un lapin, à guerillera échappée d’un hôpital psychiatrique, prête à tout pour sauver son fils et le monde, dans cet ordre.

Ces deux films pris comme un tout amènent finalement une question. Qui est le héros du film ? C’est John Connor que l’intrigue présente comme l’élu pour lequel tout le monde doit se sacrifier, mais celle qui sauve le monde, c’est Sarah.

Okay, so Sarah doesn’t come equipped with a lightsaber, but like Anakin and Luke Skywalker, Sarah is equipped with an important destiny: she’s the chosen one who will help destroy an evil empire. And like her Jedi brethren, hers is a coming-of-age story: she comes from humble origins, acquires the skills necessary to succeed, and ultimately overcomes the evil forces out to destroy the world.


Shmoop

Jedi or not, l’histoire nous raconte bien deux destinées, comme Reese en informe Sarah dans T1, elle est considérée comme une légende par la résistance du futur car c’est elle qui a tout appris à John Connor. T2 donne corps à cette légende, mais en faisant perdre au personnage son humanité.

Après s’être imposée comme le personnage central de l’histoire, Sarah Connor disparaît. Sa mort, d’un cancer, est racontée au début de T3.

Terminator les suites : pas de quoi fouetter un circuit imprimé

Si l’existence de Skynet est évoquée dés le premier épisode, cet élément n’acquiert vraiment de l’importance qu’à partir du moment où Sarah Connor (Terminator 2) puis John Connor (Terminator 3) décident d’empêcher l’évènement connu sous le nom de Jour du Jugement Dernier, marquant la guerre nucléaire éclair déclenchée par Skynet contre l’humanité.


Michael Sweeney, janvier 2016

By the time Skynet became self-aware it had spread into millions of computer servers across the planet. Ordinary computers in office buildings, dorm rooms; everywhere. It was software; in cyberspace. There was no system core; it could not be shutdown. The attack began at 6:18 PM, just as he said it would. Judgment Day, the day the human race was almost destroyed by the weapons they’d built to protect themselves. I should have realized it was never our destiny to stop Judgment Day, it was merely to survive it, together. The Terminator knew; he tried to tell us, but I didn’t want to hear it. Maybe the future has been written. I don’t know; all I know is what the Terminator taught me; never stop fighting. And I never will. The battle has just begun.

John Connor, Terminator 3, Rise of the Machines (Jonathan Mostow, 2003)

Dans Terminator 4 Salvation (McG, 2009), Terminator : The Sarah Connor Chronicles (Josh Friedman, 2008-2009) et dans les comicsle méchant qui s’impose est Skynet, dont les multiples visages sont ceux du bestiaire que l’IA envoie tuer les résistants.


FilmComicsExplained, 24 juin 2018

Qui peut battre Skynet ?

La réponse qui s’impose dés T2 est : une machine.

C’est toute l’ambiguïté de l’histoire qui nous est racontée.

Le fil conducteur est le récit célébrant la capacité humaine à provoquer, survivre et empêcher l’apocalypse (oui, dans cet ordre puisque le récit part du futur). La bataille finale de T1 met en scène l’affrontement entre la programmation de la machine (tuer) et la volonté humaine (survivre ou se sacrifier pour qu’un autre survive). Le robot ne renonce pas. La dernière bataille montre la mise en pièce progressive de la machine. Au début de la séquence, elle se relève suite à l’exposition d’un camion citerne censé la détruire, elle perd dans les flammes sa peau humaine. Puis dans l’usine qui sert, très à propos, de décor à l’affrontement final, elle perd ses pièces peu à peu, ne s’arrêtant que lorsque sa tête est écrasée. “You’re terminated” lance Sarah Connor à la machine. Spoiler alert, la séquence qui suit montre la fin du premier Terminator (James Cameron, 1984).

Terminator Universe, nov 2017

In this scene, Sarah Connor has taken the first steps to accepting her role as the mother of humanity’s future. Not only will she train her son to defeat the machines, but she has also become the first person in history, technically, to defeat a Terminator. And that, we’ve got to say, is pretty awesome for someone who started the film as a subpar waitress.

Shmoop

Ambiguïté disais-je, plus haut. L’histoire de la franchise Terminator célèbre l’humanité, définitivement placée en haut de la hiérarchie sociale de la planète. Dans T2, l’humanisation du T-800 passe par la découverte du libre arbitre (Skynet a installé une protection empêchant la prise de décision des machines) qui conduit la machine à se sacrifier pour empêcher son propre avènement, laissant ainsi le monde aux humains. Dans T4, un cyborg prouve que l’humain l’emporte en lui sur la machine en donnant sa vie, littéralement son coeur, à John Connor, qui a besoin d’une greffe cardiaque pour survivre. Dans T5, “papy”, le T-800, élève Sarah Connor, une machine devenant l’origine du mouvement de résistance, alors que dans T1 c’était un humain, Kyle Reese qui apprenait à Sarah Connor, sa destinée.

Le pire ennemi de Skynet, c’est John Connor ou la machine ? Le maintien de la domination humaine sur la planète mérite-t-elle tous ces sacrifices ? Sur ces questions, je trouve bien à propos la mal-aimée série Terminator : The Sarah Connor Chronicles (Josh Friedman, 2008-2009). Au fil des deux saisons, John Connor s’efface progressivement devant les autres personnages et lorsqu’il se décide enfin à prendre sa destinée en main en allant dans le futur… Il se retrouve plongé dans un monde qui n’a jamais entendu parler de lui (forcément il n’était pas là pour le jour où l’apocalypse s’est pointée). Et cela n’a pas empêché la naissance de la résistance. La prédestination, c’est surfait. S’il a fait ce saut dans le futur, c’était pour récupérer la puce contenant l’identité de la Terminator qui le protégeait dans le temps présent. Il a choisi de sauver une machine qui elle-même s’était sacrifiée pour une autre machine, donnant sa puce à une machine commandée par une autre machine, dont le but est de lutter à la fois contre la domination humaine et celle de Skynet. Vous avez décroché ? Retenez juste le nombre de fois où j’ai du utiliser le mot machine pour construire ma phrase.

Le futur c’est avant tout l’affaire des machines semble de plus en plus nous raconter les narrations de la franchise Terminator.

Un conseil de lecture pour finir

Pour conclure, je vous recommande un comics de Franck Miller que je n’ai pas encore lu.

Nous disions que l’avenir appartenait peut-être aux machines. Il existe un comics en 4 fascicules mettant en scène l’affrontement entre les deux organismes cybernétiques qui ont dominé les années 1980, Robocop vs. The Terminator. On y apprend notamment que Robocop ne serait pas étranger au soulèvement des machines.

FilmComicsExplained, juin 2017


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.