Veille 5/52 2019 Histoire des genres

Cette semaine, on parcourt les genres en parlant histoire des films d’horreur et du steampunk.

Horror 101

Colin Paradine poursuit son enseignement sur l’histoire du genre horrifique avec cette fois un billet sur les années 1910-1919.

Un Frankenstein ( J. Searle Dawley) librement interprété de l’oeuvre de Mary Shelley est produit en 1910 par les studio Edison. Mike Mashon de la Library of Congress a raconté dans un billet de blog les péripéties par lesquelles est passé le projet de restauration du film. La seule copie nitrate survivante du film est arrivée dans les collections de la bibliothèque en 2015. Le choix de restauration tient à l’histoire de cette copie, le visionnage du film lui-même étant très accessible.

Frankenstein (1910) mis en ligne par The Video Cellar

As an acquisitions officer, I work a lot with collectors and have a great deal of respect for them. If it weren’t for collectors, huge chunks of film history would have vanished forever; in many ways, our Silent Film Project is a testament to them. But, sometimes, I have to explain to eager sellers that there’s a difference between rarity and value; just because there’s only one print of a particular film doesn’t mean the print has much monetary value if there’s no market for it.

Mike Mashon, 2018

Ceci dit ici, la copie nitrate a de la valeur. En 1980, L’American Film Institute a inscrit Frankenstein (2010) sur la liste des 10 films perdus les plus recherchés. Le collectionneur possédant cette copie Alois F. “Al” Dettlaff a fait procéder à une copie DVD du film qui est celle que l’on voit sur YouTube. Le collectionneur est mort en 2005 et la Library of Congress a acquis son fond en 2014.

While it came in a fairly nondescript can, it didn’t take us long to get the reel into our film preservation lab for a 2K scan in advance of photochemical preservation. From that 2K scan, we worked on a digital restoration. The film’s head credits and the first intertitle were missing, but fortunately the Edison Historic Site in East Orange, New Jersey, had a copy of the head credit we could drop into place; the intertitle was recreated using the style of the other titles. We asked Donald Sosin, a highly regarded silent film composer and accompanist, to provide a score.

Mike Mashon, 2018

Frankenstein (1910) Library of Congress

Partant de Frankenstein, Colin Paradine retrace l’histoire d’une décennie d’horreur incluant L’inferno (Francesco Bertolini, Giuseppe De Liguoro et Adolfo Padovan, 1911), Le chevalier des neiges (Méliès, 1912), Der Student von Prag (Stellan Rye et Paul Wegener, 1913), Der Golem (Paul Wegener,1915) qui prendra finalement le forme d’une trilogie dont le dernier opus sort en 1920. En 1915-16, Louis Feuillade réalise un film sérié en 10 parties, Les vampires. En 1919 sort l’anthologie d’horreur Unheimliche Geschichten (Richard Oswald).

On le voit, l’horreur au début du siècle est écrite principalement par des productions européennes, dominée par le cinéma allemand.

Vous avez dit Steampunk ?

A l’occasion d’une partie du jeu The Order : 1886, Hauntya présente sur son blog un billet consacré au Steampunk.

Tout va bien se passer
Bigorneaux & Coquillages

Le steampunk correspond à l’image du passé, d’un Londres victorien où certaines découvertes scientifiques arrivent plus tôt, où la vapeur remplace l’électricité après la Révolution industrielle.” (hauntya, 13 janvier 2019). L’auteur rappelle que le mot steampunk est employé pour la première fois en 1987 par Jeter dans la revue Locus, même si on peut voir les prémices du genre dans les oeuvres de Jules Verne. Les frontières du Steampunk sont floues, c’est un genre difficile à caractériser mais le billet propose néanmoins des pistes autour de trois dimensions : l’uchronie, la dimension intertextuelle et le rétro-futurisme. Aujourd’hui le steampunk se lit mais aussi s’entend (musique), se voit ( cinéma), se vit (communauté de fans) et se joue (jeux-vidéos). La seconde partie du billet est consacrée au jeu The Order : 1886 avant de traiter plus largement du jeu-vidéo Steampunk.

Dans une émission en deux parties, Post Modern propose une histoire du genre à commencer par le nom “streampunk” faisant référence au progrès technique du XIX° siècle (steam) et à une déviance politique (punk). L’idée est d’imaginer le futur depuis un évènement du passé en piochant dans différents univers comme le fantastique ou l’occultisme. D’origine littéraire, le genre a aujourd’hui des formes multiples. Ces deux video permettent d’enrichir la lecture du billet proposé par Hauntya.

Emission de la chaîne
PostModem

Une petite vidéo pour finir

Pourquoi regarder des films d’horreur ? s’interroge Azz L’epouvantail . Terreur enfantine du noir ? Attrait pour un genre décrié ? Ce serait pas un peu bizarre d’aimer les films horribles ? D’admirer des personnages horribles ? Dans cette émission se succèdent différents Youtubers donnant chacun leur vision du genre.


Une réflexion sur « Veille 5/52 2019 Histoire des genres »

  1. Merci pour l’honneur de la mention de mon article dans votre Histoire des genres ! J’ai été très contente de découvrir les deux vidéos de Postmodem sur le steampunk, très intéressantes aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.