Veille 4/52 2019 Japonaiseries

En ce moment, je prépare des billets sur le cinéma d’horreur japonais et ses remake américains. Voici donc une veille consacrée au Japon, qui me semble revenir au premier plan des tendances. Non pas qu’il ait été parti très loin, je vous l’accorde.

Blue Lavasix Darkologies

Les Yokai de Ju-On

Ju-On (2000) c’est le titre d’un film d’horreur japonais de Takashi Shimizu qui en réalisera deux année plus tard le remake hollywoodien au nom beaucoup plus connu, The Grudge (2002). Ces films ont particulièrement marqué le public par leur mise en scène des Yokai. Les expressions, bruits et les déplacements de ces fantômes sont très habilement mis en scène dans Ju-On.

Pour certains, le traitement des apparitions fantomatiques dans la série The Haunting of Hill House (Flanagan, 2018- ) s’inspire du traitement visuel des esprits dans Ju-On.

J’ai découvert récemment le court-métrage In the corner que Takashi Shimizu a réalisé pour la télévision quelques années avant Ju-On. On y voit déjà le traitement particulier des fantômes, que ce soit dans le déplacement du corps qui fait penser au personnage de Kayako (Ju-On) ou dans le traitement du visage de la jeune fille morte dont la coupe et le maquillage rappellent beaucoup le personnage de Toshio (Ju-On). Trigger Warning, y’a rien de gore mais y’a de la mort de lapinou et d’écolière.

In the corner

Pour comparer, je vous mets un extrait d’un des films Ju-On. Toujours rien de gore, tout est dans les mouvements du corps, les bruits et le maquillage.

Ju-On

Ju-On est souvent cité avec un autre film japonais d’horreur, Ringu (Hideo Nakata, 1998), ayant lui aussi quasiment immédiatement fait l’objet d’un remake hollywoodien, The Ring (Gore Verbinski, 2002). Pour ces 20 ans, Ringu se voit offrir cette année, au Royaume-Uni, un traitement 4K et une édition en coffret ça-coute-des-sous-mais-ca-vaut-le-coup. Le film y ressort également au cinéma.

Trailer des 20 ans de The Ring

Cette musique <3

De l’horreur asiatique chez HBO

Entertainment Weekly a été le premier a annoncé la diffusion mondiale, à partir du 1er février, par HBO de la série d’anthologie d’horreur Folklore, créée par Eric Khoo. La série compte 6 épisodes de 60 minutes. A chaque fois, l’épisode est centré sur un élément du folklore d’un pays d’Asie particulier et réalisé par un réalisateur du dit pays.

Folklore Trailer 2018

La série ayant déjà été diffusée sur HBO Asia au moment d’halloween, on connait le contenu des épisodes. Le premier épisode réalisé par Joko Anwar se situe en Indonésie et traite de “la légende indonésienne Wewe Gombel.  Une mère célibataire et son fils découvrent un groupe d’enfants sous-alimentés dans le grenier d’un manoir. En les ramenant à leurs familles, elle va sans le savoir arracher les bambins à leur mère adoptive, Wewe Gombel, et devra faire face à sa colère” (Le Journal du Geek, 24 janvier 2019). Le contenu d’autres épisodes a été dévoilé par Ars Technica pour ceux qui aiment savoir avant de voir.

Ce n’est pas la première incursion d’HBO dans l’anthologie d’horreur, le network étant à l’origine du cultissime Tales from the crypt (Steven Dodd, 1989-1996).

Tales from the crypt

De l’adaptation de comics chez SyFy

SYFY lance une nouvelle série adaptée d’un comics de chez Image Comics, Deadly class. Parue pour la première fois en 2014, la série en est au numéro 38, le trente-neuvième paraitra en mars.

Ce comics, situé à la fin des années 1980, raconte les aventures de Marcus, un adolescent de 14 ans vivant dans la rue, décrit dans l’introduction du premier numéro du comics comme “the perfect, absolute bottom-of-the-totem-pole character” : il est orphelin, il refuse de se conformer aux normes scolaires. Il est isolé économiquement et socialement.

“Like many at the bottom of the shit pile, though, Marcus has two things going for him : an instinct for survival and a big dream. For Marcus that big dream is revenge. Not just any revenge though, Marcus wants to kill Ronald Reagan _ our puppet-headed President during the 1980’s”.

David Lapham, Deadly Class n°1, 2014

Marcus est présenté comme suicidaire et éprouvé par les voix qu’il entend et qui lui enjoignent de commettre des actes violents. Lors d’une course-poursuite avec la police, le jour des morts, il est sauvé par un groupe d’adolescents qui le conduisent auprès de maitre Lin (Alerte Chine). Ce dernier lui offre d’intégrer son école afin de perfectionner ses talents et de devenir un assassin de classe internationale. C’est Saya (alerte Japon) qui le convainc d’accepter cette proposition et d’intégrer la King’s Dominion School Of The Deadly Arts dont l’objectif est de donner aux plus dominés le pouvoir de riposter.

C’est sans doute pour l’ ancrage fort dans la dureté politique des années 1980 que l’on retrouve dans les seconds rôles de la série TV, Henry Rollins. ancien chanteur de Black Flag (punk Harcore), apparu depuis dans de nombreux films et séries, notamment chez les zombies de Z Nation (Craig Engler, Karl Schaefer, 2014- ) et dans une nuée de documentaires sur le punk dont le beau American Hardcore (Paul Rachman, 2006). Voici d’ailleurs la bande annonce du documentaire, histoire de revenir à nos moutons, en l’espèce Ronald Reagan.

La série Deadly Class, créée par Miles Orion Feldsott et Rick Remender est produite pour SYFY par les frères Russo, vous savez les deux gars du petit film Marvel en deux parties. Deux épisodes de la série ont déjà été diffusés. En France, SYFY n’est disponible que sur SFR.

Trailer diffusé dans le cadre du Comic Con

Une vidéo et de la lecture pour finir

Une vidéo très intéressante de la chaîne One Hundred Years of Cinema qui retrace les origines et l’évolution du cinéma d’horreur japonais.

A la fin de la vidéo vous trouverez des conseils de lecture de livres très chers et très intéressants sur l’histoire du cinéma asiatique. En moins cher et en français, vous pouvez également lire le nouveau hors-série de Rockyrama consacré à Akira, à l’occasion de la réédition de l’oeuvre de Katsuhiro Otomo chez Glénat.

Autre lecture, beaucoup plus transversale, le numéro 5 de la revue Fantasy Art and Studies, consacrée à la fantasy japonaise mêlant fictions (dont un écrit sur les Yôkai) et études (dont une article sur la réactualisation de la fantasy chevaleresque japonaise dans le jeu vidéo).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.