Appel à contribution : Angoisse / revue Tracés

La revue Tracés, éditée par ENS Editions, est une publication bisannuelle de sciences humaines et sociales. Chaque numéro est construit autour d’un thème.

Le présent appel à contribution porte sur l’angoisse. Si justement il s’agit en partie de caractériser les spécificités de l’angoisse et de la distinguer de la peur (appel à com ici), il n’en reste pas moins qu’il y a quelque chose dans l’air autour des interrogations sur l’effondrement. Et c’est bien chouette.

Disney, Silly Symphonies The Skeleton Dance

Ce futur numéro coordonné par Annabelle Allouch, Nicolas Rabain, Christelle Rabier et Clémentine Vidal-Naquet s’interroge sur le fait que l’angoisse puisse être un objet d’étude pour les SHS. “En ouvrant le dossier « Angoisse », il s’agit non seulement de s’inscrire dans une démarche de compréhension des causalités sociales et institutionnelles de l’angoisse, mais aussi de prendre au sérieux les modalités individuelles et collectives de son expression et de sa représentation dans la littérature, le cinéma et les arts. “

Les propositions de contribution sont attendues pour le 15 avril 2019 et les articles seront à rendre pour le 20 mai 2019.

Voici les différents axes de l’appel à contribution :

Axe 1. Objectiver l’angoisse            

L’angoisse se saisissant par ses symptômes, vécus par la personne souffrante ou identifiés par un tiers, le numéro invite à s’interroger sur les discours profanes et savants sur l’angoisse. Dans cette perspective, on s’intéressera aussi bien aux catégories scientifiques relevant de la philosophie, de la psychologie, de la physiologie et de la médecine – qui adjoignent au diagnostic une perspective thérapeutique, analytique ou médicamenteuse – que les catégories artistiques – littéraires, musicales, picturales et cinématographiques. Les contributions relevant de cet axe sont invitées à réfléchir à la constitution des catégories caractérisant l’angoisse, leurs différences, leurs influences réciproques et leurs conflits.

Axe 2. L’expérience de l’angoisse

Le deuxième axe de cet appel explore l’expérience des angoissés-e-s. Il s’agit ainsi de réhabiliter les manifestations de cette angoisse (volontaires ou involontaires), y compris dans sa dimension corporelle, ainsi que le sens et l’explication que lui donnent les individus. Qu’est-ce qu’une angoisse et comment se fait-t-elle « voix » ? Comment faire part à autrui d’une sensation souvent définie comme propre au conflit psychique ? Qui manifeste son angoisse et à qui ? Plus généralement, on cherchera à étudier la manière dont les variables de genre, de race, de classe, ainsi que les contextes sociaux et historiques, influencent les manifestations de l’angoisse. 

Axe 3. Politiques de l’angoisse

Notre troisième axe se concentre sur l’étude des logiques de production institutionnelle de l’angoisse comme « discipline » individuelle (au sens foucaldien, par exemple par le biais de classements), ou comme catégorie d’action publique, au travers de cas variés (l’école, la prison, l’hôpital, etc.). Ce troisième axe invite aussi les contributeurs et contributrices à s’interroger sur le poids de l’angoisse dans les processus de politisation et/ou de dépolitisation du monde social. 

L’appel à communication complet peut être consulté ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.