Louer une cabane au fond des bois : une fausse bonne idée

Les choses se sont succédées dans l’ordre suivant : d’abord les forêts, puis les cabanes, les villages, les cités et enfin les académies savantes” (Vico, cité par Harrison, 1992, p.31)

Dominique Bachelard (2012) propose la définition suivante des cabanes.

Les cabanes sont des formes d’habitat humbles, d’abri pour vivre temporairement. Elles empruntent aux expériences archaïques de l’espèce humaine pour se protéger de l’extérieur, des prédateurs, de la pluie, du vent, de la chaleur.” 

Bachelard, 2012, p.37

La notion d’archaïsme nous renvoie à l’imaginaire de la forêt, abordé dans le billet précédent. Tout comme la forêt est représentée comme un espace premier, la cabane est représentée comme un habitat premier (voir citation en exergue). 

La cabane est perçue comme un habitat ancien, également comme un habitat précaire, conçu avec les ressources de la forêt, ainsi que comme un habitat provisoire, les êtres humains ne font qu’y passer, ou y trépasser comme nous allons le voir dans ce billet. 

Comme nous l’avons vu, au XIX° siècle, les américains se passionnent pour le spiritisme en s’intéressant aux lieux dans lesquels ils pourraient entrer en communication avec les esprits.  Au début des années 1850, dans l’Ohio (Sauvet, 2012), monsieur Koons, heureux mari et père de 7 enfants, décide de construire une chambre aux esprits (spirit room) pour entrainer ses enfants à communiquer avec l’au-delà. Si monsieur Koons a toujours de bonnes idées, il sait également être mesuré dans ses initiatives. C’est pourquoi, il ne construit pas la pièce aux esprits dans sa ferme, mais dans une cabane à l’écart dotée d’une seule issue et de trois fenêtres maintenues fermées.

C’est une belle réussite. Les séances parviennent à faire venir 165 esprits, des esprits très anciens, qui “prétendaient avoir vécu avant Adam, le premier homme. L’esprit qui présidait et répondait le plus souvent aux questions se faisait appeler John King et était un Indien. D’autres étaient des anges. L’un d’eux signait « Oress ».” (Sauvet, 2012, 24). 165 esprits plus les participants, cela crée de l’animation dans la campagne. Les habitants du coin décidèrent qu’il fallait revenir au calme, ils attaquèrent la famille et brulèrent la ferme et la cabane. Cela mit fin aux tentations spirites des Koons. 

Les Koons ne s’en tirent pas si mal, la cabane brule mais pas eux. Nous allons prendre appui pour parler de l’imaginaire de la cabane sur une histoire beaucoup plus sanglante. Les développements qui suivent reposent sur l’analyse du film  La Cabane dans les bois (Drew Goddard, 2012). Ce film a été choisi pour deux particularités. D’une part, il est pensé comme un  hommage au genre horrifique, il joue donc fortement sur des tropes. D’autre part, nous disposons pour ce film  d’une version commentée par le réalisateur Drew Goddard et son producteur et co-scénariste Joss Whedon, ce qui permet de mettre en lumière les effets recherchés à travers l’utilisation de l’espace de la cabane et de la forêt environnante comme cadre de l’action.

Dedans/ dehors : des frontières floues

La cabane “ne s’institue pas à partir d’un seuil. La cabane brouille le rapport intérieur/ extérieur, elle est dans la nature et elle en étend indéfiniment l’espace.” (Thiberghien, cité par Bachelard, 2012, p. 37). Les murs de la maison marque une frontière forte entre le monde domestique et l’espace extérieur, potentiellement sauvage. La cabane, faite de matériaux de la forêt, fonctionne plutôt comme une pièce à l’intérieur de la forêt. Il est très facile d’y entrer comme dans sortir, l’espace n’a pas véritablement de propriétaire qui pourrait en privatiser l’accès.

Dans La Cabane dans les bois, il est vaguement question d’un cousin qui aurait prêté le lieu mais personne ne l’a vu. L’espace cabane s’inscrit dans une série d’espaces plus vastes qui entretiennent des rapports fonctionnels les uns avec les autres. La cabane (espace 1) est le lieu dans lequel sont maintenues captives les victimes, à la merci des monstres qui hantent la forêt (espace 2) qui eux-même sont maintenus dans une zone contrôlée (espace 3) par une organisation mystérieuse dont le laboratoire souterrain (espace 4) assure la satisfaction de géants archaïques emprisonnés dans les profondeurs de la terre (espace 5). La principale frontière n’est pas spatiale mais narrative, entre deux mondes, non pas celui des hommes et celui des esprits, mais entre celui des victimes sacrificielles et celui des organisateurs du drame. C’est d’ailleurs un point dont se disent particulièrement fiers le réalisateur et son co-scénariste dans le commentaire du film. Ce film qui reprend tous les tropes du genre ne commence pas du tout comme le spectateur s’y attend donnant au spectateur l’impression “qu’il s’est trompé de film“. La séquence d’ouverture se passe dans la base secrète. Le piège qui attend les étudiants est révélé dés les premières images, le spectateur est un voyeur tout autant que le personnel du laboratoire qui procède au sacrifice. Tout au long du film, ce jeu autour de l’intrusion du regard du spectateur est maintenu. Deux des chambres dans la cabane sont séparées par un miroir sans tain. Dana, l’héroïne le recouvre d’un tableau pour ne pas voir l’occupant de l’autre chambre se déshabiller. Puis, elle s’aperçoit que le tableau dépeint la décapitation d’un animal, elle le recouvre alors d’une couverture. Alors que la caméra s’éloigne le spectateur assiste à la fin de la scène depuis l’écran du poste de contrôle qui permet de surveiller la cabane. 

La cabane est donc loin d’être un lieu de protection, c’est un abri précaire qui peut se transformer en piège pour ses occupants. 

Cabin in the woods, Drew Goddard, 2012

On remarque aussi dans cette scène la facilité avec laquelle on passe du dedans au dehors, le monstre frappe à travers la vitre et entraine sa victime au dehors (une scène récurrente du genre). 

La cabane est un lieu qui peut se transformer. Dans les contes racontant des récits initiatiques mettant en scène de jeunes héroïnes, il n’est pas rare de voir la cabane se transformer en château une fois que l’héroïne parvient à voir au-delà des apparences matérielles, comme dans le conte sur les trois filles du bucheron, La Maison dans la forêt (Harrison, 1992, Verdier, 1995). Cette transformation peut s’incarner dans les films d’horreur par la découverte de la fonction cachée du lieu. Les cabanes ont pour particularité, à l’inverse des maisons, de ne pas avoir de fondations (Bachelard, 2012). Elles peuvent pourtant révéler leur vraie nature en sous-sol, comme dans La cabane dans les bois. Une trappe s’actionne dans le salon et permet aux étudiants de découvrir un sous-sol qui scellera leur destin en révélant un monstre parmi tant d’autres. 

Cabin in the woods, Drew Goddard, 2012

L’écologie de l’action : ce bon vieux sacrifice rituel 

La cabane comme la forêt sont des motifs qui permettent de développer un discours sur le rapport de l’homme à l’espace et de remettre en cause le mécanisme d’appropriation et de privatisation de l’espace (Harrison, 1992). Discuter de la cabane en tant qu’abri ou refuge provisoire plutôt qu’intérieur domestique (Bachelard, 2012), c’est donner au questionnement une dimension écologique interrogeant la place et le rôle de l’homme dans son environnement. Avec beaucoup plus de cris et d’hémoglobine c’est ce que fait aussi La cabane dans les bois en mettant le sacrifice rituel au coeur de l’intrigue et ce dés le générique qui montre d’anciens dessins de sacrifice en couleur rouge sur fond noir. 

Les 5 jeunes étudiants sont attirés dans la cabane pour être offert en sacrifice à des géants pour apaiser leur colère et éviter qu’ils ne clament la possession de la Terre. On voit après chaque mort, des images d’un rituel : le sang tombe dans une coupe qui se répand ensuite dans des lignes creusées dans la roche pour représenter la figure de référence de la victime (le sportif, la vierge….). Yvonne Verdier (1995) rappelle que la cabane,” telle la cabane de l’ogre du Petit Poucet, ou celle de la grand-mère du Petit Chaperon Rouge” (p.210) est le lieu où se déroulent les rituels, d’initiation dans son ouvrage, de sacrifice en ce qui nous concerne. 

Qui menace les victimes ? Dans les contes, la figure première est celle du bucheron, “qui frappe en premier celui qui est égaré” (Verdier, 1995, p.211). Il y a généralement une gradation dans la rencontre avec l’adversité, les opposants se multipliant au fur et à mesure que le héros s’enfonce plus profondément dans la forêt. 

Les séquences les plus appréciées du film, si l’on se fie à l’observation rapide des vidéos proposées sur You Tube, ont trait à galerie de monstres auxquels rend hommage le film. S’ils ne rencontrent que les zombies red neck dans la forêt, les survivants en s’enfonçant sous terre dans le laboratoire vont, à la manière d’un labyrinthe, découvrir progressivement une impressionnante collection de créatures terrifiantes.

Cabin in the woods, Drew Goddard, 2012

L’ensemble de ces créatures se trouvent relâchées et les couloirs du laboratoire se transforment en territoire sauvage et inhospitalier, offrant peu d’échappatoires.

Cabin in the woods, Drew Goddard, 2012

Le sacrifice final n’ayant pas eu lieu, la terre se met à trembler et la dernière image du film montre une main de géant sortir de terre, à la manière dont la main du mort vivant sort de sa tombe. Le film a proposé une traversée des bois et de la mémoire du cinéphile, une traversée passant par des lieux, la cabane de Evil Dead (Sam Raimi, 1981) et des figures typiques du côté des victimes comme des monstres, une manière de résumer, de rendre hommage et de finir par aplatir d’une main de géants ces films qui nous racontent avec plaisir toujours la même histoire. Car au fond c’est un film de fans pour des fans, une sorte de gros jouets, comme le disent  Drew Goddard et Joss Whedon dans les commentaires du film. 

GOODBADFLICKS

Pour la recommandation conclusive du genre, on va un peu tricher. Ce n’est pas à proprement parler une cabane, mais on y observe ce même jeu sur les frontières entre les espaces, sur l’abri qui se transforme en prison encerclée de monstres pour ses habitants, monstres qui finiront par pénétrer à l’intérieur…. à moins qu’ils ne s’y trouvent déjà. 

Night Of The Living Dead, George A. Romero, 1968

Bibliographie

Bachelard Dominique, 2012, « S’encabaner », art constructeur
et fonctions de la cabane selon les âges”, Education Relative à l’Environnement, vol.10, p. 35-61. 

Harrison Robert, 1992, Forêt. Essai sur l’imaginaire occidental, Flammarion, Paris, 1992.

Verdier Yvonne, 1995, Coutume et destin, Paris, Gallimard. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.