Home, sweet Home

Une série de billets proposée par Elvire Bornand et Emeline Brulé

L’expression “Home, sweet Home” renvoyant à la douceur du foyer qui nait dans les pays anglophones au XIX° siècle, le siècle où la maison s’impose dans l’imaginaire bourgeois. La notion d’intérieur (Lerichomme, 2014), qui marque une séparation nette entre espace public et espace privé suit l’essor de la société industrielle et est marquée par la notion de confort, à laquelle renvoie en partie le “Home, sweet Home”.

Cet univers douillet est approprié au XIX° siècle par les vivants comme par les morts. Si c’est en France que se forgent à la fois le mot et la doctrine spirites, c’est aux Etats-Unis que le motif de la maison hantée va se développer et prospérer. 

“(…) a minor motif in a literary subgenre has become, in contemporary popular American culture, a staple of children’s literature, a feature of Halloween, a classic attraction of many theme parks, an established form of tourism, and a central figure in Hollywood thrillers and horror films alike.” (Michlin, 2012, 1).

Allan Kardec, fondateur du spiritisme en France se montrera assez dédaigneux de ces histoires d’esprits squatteurs qu’il n’intègrera que marginalement aux récits de la Revue spirite.  A la différence des Etats-Unis où la maison hantée devient, à partir des années 1850,  “l’un des lieux d’expression des esprits frappeurs et un révélateur des dons de médiums d’une partie de la population.“(Sauget, 2012, 2). Selon S. Sauget, Le New York Times publia entre sa fondation en 1851 et 1901, des récits de 11 maisons hantées avec des différences géographiques, les récits de l’Ouest mettant plus souvent en scène des esprits indiens et ceux du Sud faisant apparaitre un “syncrétisme entre le spiritualisme et le vaudou, les revenants pouvant devenir des zombis.” (Sauget, 2012, 42). Dans ces deux cas, on observe ce que Brogan (1998) a appelé un “cultural haunting”, le fait que des minorités invisibles indiennes ou afro-américaines viennent hanter les propriétés blanches. Des récits de fiction ont précédé ces témoignages d’habitants affirmant que leur lieu de vie est hantée. Selon Monica Michlin (2012) et Françoise Buisson (2012), les principales fictions matricielles sont Dolph Heyliger (Washington Irving, 1822), The Fall of the House of Usher (Edgar Allan Poe, 1839) et The House of Seven Cables (Nathaniel Hawthorne) . La maison  joue dans ces oeuvres  “un rôle de déclin et de désintégration” (Buisson, 2012, 16) que nous allons explorer au fil de ce calendrier de l’avent en commençant aujourd’hui par un aperçu des éléments structurants des témoignages d’habitants de maisons hantées.  

Des bruits dans la nuit révèlent la présence d’habitants inattendus

Par maisons « hantées », il faut entendre des maisons qui perturbent la vie de leurs occupants et qui semblent habitées par d’autres « habitants » que ceux de la maisonnée – des habitants venant de l’au-delà qu’on appelle des Esprits.

Sauget, 2012, 4

Pour comprendre la figure de la maison hantée, il faut partir de la notion d’habiter, c’est-à-dire penser ensemble l’existence d’un lieu physique et les pratiques de ceux qui en revendiquent la propriété juridique et symbolique. L’imaginaire de l’horreur joue pleinement sur cette relation de propriété, pouvant aller jusqu’à en inverser les codes (Michlin, 2012) comme dans le film Les autres (Alejandro Amenábar, 2001) dans lequel les habitants légitimes de la maison ne sont pas ceux que l’on croit. 

 Les soeurs Fox wikipedia.org

Pour Stéphanie Sauget, la matrice de la maison hantée étasunienne est un cottage en rondins de bois situé dans le petit hameau de Hydesville au bord du lac Ontario, premier cas documenté et médiatisé de hantise domestique. La famille Fox compte quatre membres, les deux parents et leurs deux filles âgées de 11 et 14 ans, les soeurs Fox qui deviendront les fondatrices du spiritisme américain. Conan Doyle consacrera à cette maison un chapitre entier de son Histoire du spiritisme parue en 1926. 

4 mois après son installation dans le modeste cottage, la famille Fox commence à entendre des bruits la nuit alors que tout le monde dans la maison est censée être endormi. Au fil des nuits, l’intensité des bruits augmente.  Les deux filles baptisent l’être invisible Split Foot. Il s’agit d’un esprit frappeur ou poltergeist, un être invisible dont la présence est révélée par des bruits, qui provoque des coups pour communiquer. Ainsi, les récits de l’évènement mettent l’accent sur la recherche d’une méthode de communication par les soeurs Fox et non sur la peur liée aux intentions de l’être invisible (Sauget, 2012). Les soeurs élaborent un ensemble de consignes qui permettent à l’esprit frappeur de communiquer avec le monde visible en répondant aux questions qui lui sont posées en donnant des coups. Un trait caractéristique qui allait s’imposer dans l’imaginaire de la maison hantée. 

Emission de TF1 non datée

Les soeurs Fox ne tardent pas à organiser leurs premières réunions de spiritisme et les cas de maison hantée se multiplient dans la région, les témoignages sont relayés par la presse et les témoins directs publient souvent des livres pour raconter leur expérience. 

“(…) il n’existe pas de vraie comptabilité des maisons hantées. En revanche, il est tentant d’y voir l’utilisation des maisons hantées comme des vitrines du spiritisme. La maison hantée a en effet deux vertus ou avantages : elle est une manifestation de la vie des esprits et une possible preuve de l’existence de l’au-delà dans une société qui veut croire qu’un rachat est possible et elle permet de révéler les pouvoirs et les dons des médiums, comme le cottage de Hydesville a permis de faire connaitre les sœurs Fox.”

Sauget, 2012, 16

Vers l’infini et l’au-delà 

La maison hantée s’installe comme un trope important du XIX° siècle au point qu’à l’exposition universelle de 1900 sont soumis deux projets mettant en scène un habitat tourmenté. L’un des projets, d’un candidat russe porte sur ‘un “manoir à l’envers”, ” tout y est inversé : les meubles sont au plafond et de nombreux miroirs présentent aux visiteurs leur reflet inversé et parfois déformé.” (Gallard, Sauget, 2017, 27). Il sera repris avec modification par le second porteur de projet, le français Maurice Magnier qui dépose un projet de maison hantée (Gallard, Sauget, 2017) qui doit célébrer la naissance du XX° siècle, personnifié par un enfant auquel fait face un personnage de vieillard qui incarne le XIX° siècle mourant. Le XIX° siècle est la hantise à laquelle seraient confrontés les visiteurs en pénétrant dans le salon du manoir, alors que retentit la musique et que la porte d’entrée claque derrière eux, rendant la fuite impossible. Magnier a fait fortune dans le théâtre de Grand-Guignol à Montmartre et ça se sent ! Une fois que les visiteurs ont traversés le manoir – et le XIX° siècle- ils se retrouvent dans une tour où un ascenseur dérobé les fait chuter “dans les cavités de la muraille « le laboratoire de l’alchimiste dangereusement habité », « la toilette du Sabbat » et la « tentation des démoniaques », censés renvoyer vers d’anciens temps obscurs.”(Gallard, Sauget, 2017, 9, les guillemets internes à la citation reprennent le document de candidature de Magnier), la chute se termine “par le spectacle des « oubliettes où les horreurs s’accumulent ».” (ibid). 

L’attraction de Magnier, peu soucieuse de chronologie,  fusionne dans un imaginaire macabre peur du temps qui passe, maison hantée, démonologie et sorcellerie, ce que reproduiront ensuite à loisir la littérature comme le cinéma et les séries. Dans le manoir comme dans la tour, la vie après la mort s’installe dans l’espace domestique. Les morts viennent hanter les vivants. Le mot hantise signifie une présence assidue, sous l’influence anglaise cela finira au XIX° siècle par signifier fréquentation des fantômes et autres esprits. 

La genèse de la hantise domestique est liée à des morts. Dans le cas du cottage des soeurs Fox, un colporteur aurait disparu aux abords de la maison. S. Sauget (2012) rapporte un autre cas, celui de la maison du révérend Eliakim Phelps (un récit complet est disponible ici – site non académique ), dont les deux maîtres de maison précédents seraient morts tour à tour, le premier par noyade, le second de cause toute aussi subite qu’inconnue. Comme dans le cas précédent, la maison est occupée par une famille, un couple et leur quatre enfants, ainsi qu’une domestique, illustrant le fait que l’histoire se déroule cette fois dans une classe sociale plus aisée. La maison comporte plusieurs étages. Un jour en rentrant du shabbat, la famille trouve tous ces meubles sans dessus dessous ainsi qu’une étrange poupée “représentant un cadavre, faite à partir des vêtements de Mme Phelps.“. (Sauget, 2012, 16).  La poupée est un trop important des phénomènes de hantise, elle offre un corps à des esprits vengeurs (Annabelle, Chucky). 

Bande-Annonce du film Annabelle 2, David F Sandberg 2017 

L’esprit frappeur est dans l’histoire du révérend Eliakim Phelps beaucoup plus pro-actif que dans le récit des soeurs Fox, il est cette fois question de meubles projetés d’un bout à l’autre de la pièce, de vitres qui se brisent et de navets (oui, oui) gravés de hiéroglyphes poussant dans le salon (pour ceux qui savent que les fruits et légumes, c’est le mal, voici une petite histoire de melons“). 

Dans ces récits, la maison, l’intérieur domestique, est le lien et le point de passage entre monde des vivants et monde des morts. Le spiritisme se réapproprie et réinterpréte des figures religieuses tout en créant un vaste bestiaire démoniaque qui fera la joie du cinéma et de la littérature. 

“Aux États-Unis, les spiritualistes transforment radicalement la conception des demeures hantées traditionnellement par des revenants de la tradition païenne ou des démons ou âmes déchues de la religion chrétienne et inventent un nouveau type de « hantise », une fréquentation plus naturelle et décomplexée des morts avec les vivants.” 

Sauget, 2012, 23

La maison hantée se développe dans un siècle marqué par la mélancolie et le déracinement, ainsi que par une présence forte de la religion notamment à travers la multiplication des apparitions ( Sauget). L’incertitude radicale se ressent dans les récits puisque progressivement, s’éloignant de l’imaginaire gothique, il apparait que la hantise peut s’abattre sur n’importe quelle propriété privée. 

Tout le monde peut y passer et c’est les femmes et les enfants d’abord

Le roman gothique avait installé le trope du château hanté dans l’imaginaire. Ces histoires de château hanté font frissonner le lecteur, mais si, glacé d’effroi, il ferme le livre et le pose sur sa table de chevet, il peut se rassurer en regardant autour de lui. Ce n’est pas chez lui que cela arriverait, il ne possède ni château ni manoir et n’est pas un domestique.

Il n’est certes pas rare de recueillir des récits de hantise émanant de la haute bourgeoisie. Au XX° siècle, Madame Devaux raconte ainsi à la radio française (émission « Les marmitons du diable : magie et sorcellerie » 4 avril 1950) les difficultés qu’il y a a conserver sa domesticité lorsqu’on est hanté. 

Il n’est certes pas rare de recueillir des récits de hantise émanant de la haute bourgeoisie. Au XX° siècle, Madame Devaux raconte dans l’émission « Les marmitons du diable : magie et sorcellerie », sur la Chaine Parisienne le 4 avril 1950 les difficultés qu’il y a a conserver sa domesticité lorsqu’on est hanté. 

“Nous avons commencé par voir dépérir tous nos valets cuisiniers les uns après les autres. Ça en a fait sept en trois mois qui étaient bons à carrément jeter aux ordures, absolument comme de vieilles loques. L’un qui avait été blessé il y a vingt ans, se portait parfaitement bien depuis vingt ans. Dés qu’il a été chez nous sa blessure s’est rouverte. Le second a été écrasé par un autobus rue de Rennes. Le troisième est devenu jaune comme un citron et s’est penché un peu plus tous les jours vers la terre. Le quatrième avait plus de 40 degrés de fièvre et quand il nous servait à table, les fourchettes et les cuillères jouaient des castagnettes dans les assiettes tellement il tremblait de fièvre”. 

Document sonore diffusé sur France Inter dans l’émission La Marche de l’histoire du 12 aout 2011.

Pour ceux que cela a mis en appétit, l’émission entière de 1950 se trouve ici (au menu zombies, magie, “le petit noir qui fait pleuvoir”,  morsures par esprit féminin “car la mâchoire était petite”,  featuring  madame Devaux et Catherine de Médicis à partir de la 20eme minutes). 

Nous disions donc, garder des domestiques dans une maison hantée,  c’est pas facile, facile. 

Les Autres, Alejandro Amenábar, 2001

Mais ça c’était avant. Avant qu’arrivent ces chantres de l’égalité que sont les esprits frappeurs. Avec eux, point de distinction bourdieusienne, les êtres humains en tout genre, toute classe sociale et tout âge sont bons à hanter.  Cela peut se produire dans n’importe quelle famille.  “On se rend compte que les histoires de maisons hantées au XIX° siècle concerne tous les espaces, les grandes villes, les villes moyennes, les petits villages, mais aussi toutes les catégories socioprofessionnelles“. (Sauget dans La Fabrique de l’Histoire 8 aout 2011). 

Les esprits frappeurs entretiennent des relations privilégiées aux enfants et à la maîtresse de maison. C’est le cas de la famille Fox, les filles s’enthousiasmes pour l’esprit avec lequel elle communique alors que leur mère profondément croyante est terrifiée. L’extraordinaire se produit dans un habitat tout à fait ordinaire. 

“Son aspect l’éloigne définitivement de la grande demeure aristocratique orgueilleuse et décadente des romans de Nathaniel Hawthorne. Aucune bizarrerie architecturale ne le caractérise : pas de coins et recoins gothiques, pas de proportions intimidantes ni de profondeurs cachées (à l’exception d’une cave), aucune fissure tragique dans les fondations comme dans La Chute de la Maison Usher d’Edgar Allan Poe. C’est justement d’ailleurs ce qui provoque l’effroi de ceux qui entendent les bruits et les coups qui secouent la petite maison.” (Sauget, 2012, 43). 

Tout le monde, donc, peut y passer… il faut quand même avoir un toit à soi, ce sont donc les blancs qui se font hanter au XIX° siècle, dans les témoignages comme sous la plume des écrivains. Cela fait dire à Momica Michlin (2012) que l’on peut faire une lecture post-coloniale de ces récits centrées sur des voix invisibles, réprimées, ayant subi un traumatisme avant et / ou durant leur mort et qui peinent à se faire attendre de ceux qui aujourd’hui occupent la / leur terre. Un exemple fameux est Candyman (Bernard Rose, 1992), un esprit vengeur, fils d’esclave tué pour avoir couché avec une vierge blanche et l’avoir mise enceinte, qui tue des femmes et des enfants blancs qui prononcent son nom devant leur miroir, dans leur salle de bain. 

Candyman, Bernard Rose, 1992
Candyman, Bernard Rose, 1992

Dans cet imaginaire de la hantise, dont le lieu privilégié est la maison, rien ne fait rempart à la mort. Des esprits, appartenant souvent de leur vivant aux minorités et aux classes populaires, tuent des familles, en commençant par les enfants. Dans la plupart des récits, la menace de mort ne vient pas d’une transgression ( comme dire 5 fois Candyman devant un miroir) mais du fait de s’abandonner au sommeil dans un sentiment de sécurité. 

Paranormal Activites 2, Tod Williams, 2010

La mécanique se répète de film en film:

Most haunted house narratives, whether literary or filmic, are based on the same basic principle of intrusion of some outside, usually unidentified force which sows the seeds of chaos and destruction within the boundaries of a home. What is particularly fascinating is precisely the way in which the group, and most often the family, reacts to this external force.” (Paquet-Deyris, 2012, 1)

Dans les billets qui vont suivre nous ferons une large place à la famille et à ses réactions face au “it” qui vient les menacer là où elles se sentent le plus en sécurité, parfois avec l’aide d’un membre de la famille, entretenant la peur de l’ennemi intérieur. 

Si le cinéma entretiendra plutôt la crainte des esprits, au XIX° siècle les exemples sont nombreux de personnes qui vont volontairement à leur contact, allant jusqu’à bâtir des pièces (spirit room) ou des maisons qui leur sont dédiées, des maisons à hanter selon l’expression de Stéphanie Sauget (2012). Parmi ces cas, on trouve l’histoire d’une veuve de la célèbre famille Winchester qui inventa la carabine du même nom et domina le commerce des armes aux Etats-Unis à la fin du XIX° et au au début du XX° siècle. Sarah Winchester, qui avait perdu son fils, son mari et son beau-père, fit bâtir Llanada Villa, pour héberger les esprits des morts tués par une Winchester, par lesquels elle se pensait poursuivie. C’est en tout cas ce que lui avait certifié le médium qu’elle avait consulté. 

“Avant le tremblement de terre de 1906, sa maison s’élevait sur six étages et s’étalait sur près de 162 acres, soit 650 000 m². La maison regorgeait de portes ouvrant sur des murs, d’escaliers ne menant nulle part, de fenêtres sans débouché extérieur. Quelques motifs revenaient de manière obsessionnelle : le chiffre 13 ou bien la toile d’araignée.” 

 Sauget, 2012, 32

Pour en savoir plus, il vous faudra une soirée télé : 

En bonus un documentaire de 1963, Mrs Winchester House

Bibliographie

Buisson Françoise, 2012,  « La maison hantée ou le miroir du territoire à conquérir dans « Dolph Heyliger » de Washington Irving », Transatlantica [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 22 avril 2013, consulté le 25 novembre 2018.

Brogan Kathleen, 1998, Cultural Haunting: Ghosts and Ethnicity in Recent American Literature, Charlottesville, Virginia UP. 

Gallard Caroline, Sauget Stéphanie, 2017, « ‪La hantise comme « œuvre du siècle » : un projet de maison hantée pour l’Exposition universelle de 1900‪ », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2017/1 (n° 54), p. 163-178, consulté le 25 novembre 2018. 

Lerichomme Lise, 2014,  Intérieur domestique et mise en scène : la réappropriation du XIXe siècle par la création contemporaine. Art et histoire de l’art. Université Rennes 2, 2014. Français. <NNT: 2014REN20054>. <tel-01131292>

McCabe Joseph, 1920, Spiritualism, a popular history from 1847, London, T. Fisher Unwin LDT, disponible sur archieve.org, consulté le 25 novembre 2018. 

Michlin Monica , 2012, « The Haunted House in Contemporary Filmic and Literary Gothic Narratives of Trauma », Transatlantica [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 03 mai 2013, consulté le 25 novembre 2018.  

Sauget Stéphanie, 2012, « Des maisons hantées en Amérique au XIXe siècle », Transatlantica [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 03 mai 2013, consulté le 25 novembre 2018.

Les plans du manoir imaginé par Magnier pour l’exposition universelle sont visibles ici


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.