Sous la surface, le monstre

« Nous ne sommes pas venus affronter des monstres, nous sommes venus chercher des fossiles »  L’étrange créature du lac noir, Jack Arnold, 1954. 

La forêt n’est pas le seul territoire présenté dans la culture populaire comme antérieur au genre humain (Harrison, 1992). Dans l’imaginaire du promeneur de l’époque romantique, la montagne et le lac font aussi partie de ce décor ancestral. Plus généralement, « la forêt et la mer entraînent ainsi dans leur sillage toute une géographie fantastique » (Gonzalez, 2014, 35). 

Les années 1950 voient débarquer un nouveau monstre dans les studio de cinéma : la créature marine.  Nous allons dans ce billet nous intéresser au Gillman ou homme-branchie du film L’étrange créature du lac noir (Jack Arnold, 1954). 

Un espace sauvage et archaïque

L’étrange créature du lac noir  a considérablement marqué d’une part son époque, par son approche du monstre et son utilisation de la 3D et d’autre part, l’histoire du cinéma, par le double point de vue sur le monstre (la créature monstrueuse qui capture la belle jeune femme, l’humain monstrueux qui veut asservir le monstre). 

Dés le début du film, une voix off nous relate la création du monde, tout au long du film la notion d’évolution jouera un rôle majeur.

« Au commencement Dieu créa le ciel et la terre, or la terre était sans forme et vide. Voici la planète terre en train de naître. Sa température tombe de plus 3000 degrés à quelques centaines en moins de 5 milliards d’années. La chaleur s’élève dans l’atmosphère, des nuages se forment. Pendant des siècles la pluie tombe sur des sols en train de se solidifier. Les mers agitées trouvent leurs limites naturelles. Dans leurs fonds tièdes le miracle de la vie se produit. Des variétés infinies d’êtres vivants se transforment et investissent la terre laissant des traces de leur arrivée, de leur lutte pour la survie et de leur disparition. L’histoire de la vie s’inscrit dans le sol où 15 millions d’années plus tard, au fin fond de l’Amazonie, on cherche toujours à la déchiffrer ». 

L’étrange créature du lac noir, Jack Arnold, 1954.

La mer, présentée comme le berceau de la création, est aussi l’espace que doivent abandonner les créatures pour évoluer et se développer sur la terre ferme… A moins que certaines créatures antérieur au règle de l’homme soient restées dans les profondeurs des eaux dans des régions inexplorées comme l’Amazonie. Et en effet, le premier contact avec la créature se fait par l’intermédiaire d’une main palmée géante fossilisée trouvée par une équipe de recherche. La main sort du sol comme la main du mort-vivant jaillit de la tombe dans laquelle il était enseveli. Pendant les vingt premières minutes du film, on ne verra pas la créature en entier, juste cette main, cette fois non plus fossilisée mais rattachée à un monstre bien vivant. Elle ne jaillit plus du sol mais de l’eau cherchant à agripper les mollets des êtres humains du campement. 

Le caractère archaïque du monstre est rappelé à de nombreuses reprises dans le film que ce soit par sa taille (grandes empreintes de pieds dans le sol) ou par son comportement. Ainsi lorsqu’il monte dans le bateau, il est effrayé et mis en fuite par la vision d’une lanterne. 

Si dans ces brèves séquences le monstre apparait comme le chasseur (il tu deux indigènes dans le campement), cela n’est que de courte durée, c’est très vite l’équipe de scientifiques qui part en chasse. Ce fossile incarne pour eux un chainon manquant de l’évolution remplissant deux fonctions importantes pour la connaissance scientifique. Concernant le passé, ce fossile permet d’expliquer l’apparition des mammifères. Concernant l’avenir, le fossile doit permettre aux scientifiques de trouver comment faire survivre l’homme sur d’autres planètes en perçant les secrets de l’évolution et de l’adaptation des espèces. 

Tout au long du film, on peut voir un parallèle entre le marais et l’espace, surtout pour les séquences aquatiques qui montrent une immersion dans un monde inconnu, exploré à la recherche d’une créature qu’on pourrait dire extra-terrestre tant elle a de mal à se déplacer sur la terre ferme. L’exploration est particulièrement théâtralisée. L’homme qui sait où se perd la créature avertit les scientifiques. « Mes hommes l’appellent le lagon noir, personne n’en est jamais revenu« , ce qui n’empêche par l’un des scientifiques de répondre « Eh bien nous y allons« .  La végétation se fait de plus en plus  dense, tombant dans l’eau dans une atmosphère proche des bayons du Mississippi à mesure que s’effectue l’exploration, mais c’est finalement dans l’eau que tout va se jouer. La métaphore de l’autre planète et de l’exploration sont faciles à suivre, pour découvrir les secrets enfouis dans l’eau il faut passer sous la surface et atteindre les profondeurs ou se dévoile un monde marin fait d’algues, de roches et de poissons.  On y voit pas bien, comme dans l’espace. 

Le monstre frappe depuis les profondeurs 

En matière d’eau, là où la mer renvoie à une immensité insaisissable d’un seul regard (Harrison, 1992), fleuves, lacs et marais évoquent plutôt un imaginaire de la frontière et de la profondeur. Sous la surface tranquille, s’ébattent non seulement des fées, comme la dame du Lac, mais également des créatures monstrueuses qui n’attendent qu’une occasion pour agripper les humains et les entrainer vers le fonds, avec une très nette préférence pour les jeunes femmes. Plusieurs séquences dans le film permettent au spectateur de se rendre compte de l’agilité du monstre sous l’eau et de son caractère pataud sur terre, sa démarche par certains aspects rappelle celle des zombies.

Creature from the black Lagoon, Jack Arnold, 1954

Dans l’eau la créature est très agile, beaucoup plus que l’homme. Elle se déplace dans les profondeurs, observant tous les déplacements des hommes dans l’eau, eux ne voient pas plus loin que la surface. Une des séquences les plus célèbres du film montre le Gillman nageant sous une jeune femme en maillot de bain blanc, suivant ses moindres mouvements et s’apprêtant à la saisir pour la capture. C’est la première scène dans laquelle on voit vraiment la créature en entier. La femme court un grand danger sans le savoir, pourtant ses compagnons de route, tous des hommes, avaient été prévenus avant que le bateau quitte la rive : « Partir en territoire vierge avec une femme n’est pas prudent« . 

On notera que la personne ayant uploadé la vidéo l’a nommé « underwater Stalking » source : Movieclips, 2011. 

Steven Spielberg, grand admirateur du film, a repris des plans pour la scène d’ouverture de Jaws (1975). 

Jaws, Steven Spielberg 1ç75, Movieclips, 2011

Plus globalement, les plans montrant une main appartenant à un monstre saisissant une cheville, le plus souvent féminine, pour conserver l’être humain dans l’eau (et donc le noyer) sont légions. Y compris dans le film que nous avons abordé dans notre précédent billet consacré à la cabane. 

Cabin in the wood, 2012, Drew Goddard

Si dans ces scènes, c’est le monstre qui parait le plus dangereux, les choses ne sont pas si claires si on considère l’ensemble du film duquel nous avons fait partir nos réflexions. 

Prendre possession du monstre 

Les deux hommes à la tête de l’équipe incarnent deux points de vue différents, l’un veut capturer le monstre mort ou vif pour tirer profil et célébrité de la découverte qu’il représente alors que l’autre hésite à courir le risque de le blesser, du moins jusqu’à ce que le monstre enlève la jeune femme dont il est amoureux. Dans plusieurs séquences du film, les deux hommes s’affrontent pour choisir ce qui peut être fait du monstre, corps objet de connaissance ou corps sujet des marais. L’un des deux hommes chasse la créature avec un fusil, l’autre avec un appareil photo. 

On peut penser le lac à la manière dont nous avons réfléchi sur la forêt, en termes de propriété et de concurrence d’usages. Le film a pour principale référence King Kong (Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack, 1933). Il provoque l’empathie du spectateur pour une créature dont la vie sauvage est incompatible avec les aspirations du système industriel capitaliste. L’eau comme le monstre sont traitées comme des ressources. 

« (…) au-delà de sa centralité comme base de reproduction de la vie matérielle, l’eau est l’une des ressources les plus imbriquées dans les rapports sociaux et culturels. La relation homme/environnement, les modes d’organisation du territoire, les rapports de production, les agencements institutionnels, les relations de pouvoir, les systèmes de valeurs et les identités, sont autant de clefs de lecture que l’analyse de la gestion sociale de l’eau, dans ses diverses modalités, est à même de dévoiler » . 

Casciarri, Van Aken, 2013.

Pour la forêt comme pour l’eau est opérée « une construction sociale de la rareté » (Casciarri et Van Aken, 2015, 4) qui se traduit dans l’imaginaire par l’affrontement humain / monstre pour des ressources territorialisées dans une perspective positiviste où l’archaïsme du monstre le condamne avant même que ne commence l’affrontement. On retrouve cette idée d’une marchandisation des eaux et des créatures marines archaïques dans de nombreux films postérieur jusqu’au très récent Mégalodon (James Thomas, 2018) mettant en scène un très riche businessman rêvant de conquêtes sous-marines d’espaces et de créatures inconnus. 

Le caractère presque atavique de l’affrontement entre l’homme et le monstre est renforcé par le fait qu’alors que l’homme s’en prend à la terre du monstre, le monstre s’en prend à la femme de l’homme. Ce trait est particulièrement fort dans King Kongcomme dans L’étrange créature du lac noir.

La créature finit par mourir. L’homme qui refusait de la tuer se trouve « forcé » de le faire lorsque la créature finit par réussir à enlever la femme et l’emmener dans sa grotte. Le corps criblé de balles, la créature quitte la grotte, atteint la grève et s’enfonce dans l’eau une dernière fois. 

Dans notre prochain billet, nous parlerons cimetières.  La créature du cimetière ( Ralph S Singleton 1990), adapté d’un ouvrage de Stephen King,  est un bon moyen de se familiariser avec le thème tout en restant dans une tonalité aquatique. Les employés d’une usine de filature cherchant à exterminer les rats qui envahissent l’usine découvre un lac dans les sous-sols. Cela donne lieu à une scène classique des films d’horreur. Un des employés tombe, le bruit attire le monstre qui se jette à l’eau. Les autres employés tentent de sortir leur compagnon d’infortune de l’eau. Ce dernier s’écrit « Y’a quelque chose qui bouge dans l’eau« . Les autres tentent de le rassurer. « On va te titrer de là tiens bon« .  Puis des cris se font entendre dans l’eau comme sur la rive. Les personnes se trouvant sur la rive fuient alors que la créature mi-rat mi-chauve-souris entraine sa victime sous-l’eau. Mais bientôt, la fuite, pour les survivants, implique de s’enfoncer dans l’eau, une eau rougeoyante dans laquelle flottent des cercueils, tombés du sol du cimetière.

https://www.youtube.com/watch?v=gkI2f3gqqQ0
La créature du cimetière, Ralph S Singleton 1990

Post-scriptum culturel : Clint Eastwood obtiendra son premier rôle dans la suite de La créature du lac noir

Bibliographie

Casciarri Barbara,Van Aken Mauro, « Anthropologie et eau(x) affaires globales, eaux locales et flux de cultures », Journal des anthropologues [En ligne], 132-133 | 2013, mis en ligne le 08 juillet 2015, consulté le 20 novembre 2018.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search