Not In My BackYard : les extra-terrestres attaquent par le jardin.

« We’re not who we are. We’re not who we are. It goes no further than this. It stops right here. Right now » X-Files, Chris Carter, 1993- Ep08 saison 1 

Dans l’épisode Ice de la série X-Files (Chris Carter, 1993-), les agents du FBI Murder et Scully se retrouvent en Alaska pour enquêter sur des morts survenus parmi une équipe de recherche dans une base scientifique isolée. L’épisode est un hommage au scénario de The Thing (John Carpenter, 1982) mettant en scène une invasion extra-terrestre (une thématique forte de la série) ayant pour spécificité de prendre possession des humains, de l’intérieur, d’où la citation figurant en exergue. 

Ce thème de l’ennemi intérieur se retrouvent dans de nombreux films, principalement à l’époque de la guerre froide. Il rejoint nos préoccupations sur les phénomènes de hantise, au sens où il met en scène la prise de possession de l’identité (corps et souvenirs) d’un humain par une entité extérieure venue s’approprier son territoire. Certains des films que nous allons évoquer mettent en scène directement l’espace domestique, d’autres un espace collectif, lieu de vie et de travail, la base scientifique. Le titre du billet renvoie à la fois à une expression bien connue, signifiant le repli sur l’espace privé et personnel face à l’altérité (pas chez moi) et faisant le lien avec des films dans lesquels les jardins ont un rôle à jouer. Dans les deux cas c’est la transformation d’un espace approprié et pacifié en espace sauvage qui nous intéresse.

L’ennemi est déjà parmi nous 

En apparence tout est calme « mais ce n’était pas le cas. Quelque chose de diabolique avait pris possession de la ville » (Invasion of the Body Snatchers, Don Siegel 1956). 

Invasion of the Body Snatchers, The Thing,  Invaders from Mars proposent des variations sur le thème de l’ennemi de l’intérieur, les humains ne se rendant compte que trop tard que les extra-terrestres ont pris le pouvoir. Ce thème est souvent associé au contexte de guerre froide et à la peur américaine d’une prise de pouvoir communiste, H. Bruce Franklin (1980) voit ainsi dans ce motif narratif une propagande politique incitant les citoyens américains à la vigilance. Le motif a survécu au communisme et a a nourri depuis une vague des films sur les infestations et les épidémies (Clémot, 2011). On peut donc envisager ces films de manière plus large comme une hantise paranoïaque, une peur de voir submerger son espace personnel par une masse d’Autres dont on ne veut pas chez soi. 

Invasion of the body snatchers, Don Siegel, 1956

The Thing  offre un très bel exemple de ce que recouvre la notion d’ennemi de l’intérieur dans les films d’horreur. Le spectateur ne voit jamais la créature extraterrestre dans le film. Il ne voit que les corps que s’est appropriée la créature et qu’elle essaie maladroitement de copier. Le monstre change sans cesse de formes. Les membres de l’équipe d’exploration polaire de The Thing se retrouvent ainsi bloqués dans leur base, sachant que le monstre est forcément parmi eux, que l’un d’entre eux est une copie. Mais qui ? L’intrigue montre tout autant l’invasion de l’extérieur que la manière dont les membres du groupe réagissent et se retournent (ou non) les uns contre les autres. 

La scène du test sanguin, seul moyen de démasquer le monstre intérieur, The Thing, John Carpenter, 1982

L’ennemi de l’intérieur est la clé de voute d’une pensée complotiste qui dans le cas de Invaders from Mars  ne s’arrête pas aux extraterrestres, l’armée ayant caché à la population les preuves de l’existence d’une civilisation extraterrestre découverte grâce aux sondes Viking. Il est question de bases enterrées et de dessins sur le sol sur Mars, une idée que l’on retrouve tant au cinéma que sur les sites web affirmant l’existence d’un complot nous cachant l’existence des civilisations extraterrestres. D’ailleurs si les extraterrestres ont envahi la terre c’est un peu de la faute des scientifiques et des militaires qui étaient en train d’organiser le lancement d’une fusée vers Mars au moment où les extra-terrestres ont frappé. Pour le général c’est clair « They don’t want us up there« .  On observe une distinction implicite de l’appropriation de territoires. Lorsque les terriens vont sur Mars, c’est de l’exploration. Lorsque les martiens atterrissent dans nos jardins, c’est une invasion. Dans ces films, la distinction est clairement établie entre l’agresseur et l’agressé, entre ceux qui ont le droit de s’approprier l’espace et ceux qui doivent être combattu lorsqu’ils tentent de le faire. 

L’extra-terrestre se cache en pleine lumière dans The Thing comme dans Invasion of the Body Snatchers  et Invaders from Mars (1986). Ils vivent la vie quotidienne des humains, mais avec de funestes projets que personne ne soupçonne avant qu’ils soient suffisamment nombreux pour prendre le pouvoir et faire la chasse aux survivants humains.

Quand les familiers deviennent des étrangers

Les extra-terrestres s’approprient l’identité des personnes dont ils copient le corps et s’approprient les souvenirs (Gomel, 2012). Ils jouent le rôle de la personne qu’ils ont copié tout en organisant la poursuite de l’invasion. La première appropriation est corporelle. C’est ensuite l’espace domestique qui est colonisé. C’est dans cet espace, dans Invasion of the Body Snatchers (Don Siegel 1956, Philipp Kaufman 1978)  que des personnages féminins commencent à réaliser que les hommes qui les entourent ne sont pas ce qu’ils paraissent être.  « Ce sont des différences qui sont tout sauf flagrantes. il a le physique, la voix, les attitudes et même les souvenirs d’oncle Ira. (…) Mais il est différent il n’est plus la même personne« .  (Invasion of the Body Snatchers, Don Siegel 1956). Ces femmes commencent à exprimer la peur de se retrouver dans un espace familier désormais hostile, sans pouvoir prouver en quoi les hommes qu’elles côtoient ont changé. Dans le film de 1978 mettant en scène un psychiatre, ces phénomènes sont assimilés à de l’hystérie. Dans la version de 1956 aussi il est question de cette hystérie, « une sorte de névrose » « une épidémie d’hystérie » surement à cause « de ce qui se passe dans le monde« .   « Ce thème de la perte d’identité apparaît fréquemment dans les années 1950 et il n’est pas limité à la science-fiction, mais s’aligne sur une dépendance grandissante typique de la guerre froide vis-à-vis de la psychiatrie et de la peur de l’apocalypse. » ( Joe Dante, novembre 2016

Invasion of the Body Snatchers, Philip Kaufman, 1978, 

Dans cette séquence, l’accent est mis sur le fait que la copie est en tout point pareil à l’original sur le plan corporel. Rien, hors du comportement banal dans l’espace familier, permet de suspecter que les proches ont été remplacés. Dans Invaders from Mars (Tobe Hooper, 1986), le fils acquiert dés le début du film un solide soupçon que son père n’est plus le même.  Tout commence par un scène idyllique. David et son père, allongés par terre dans le jardin, scrutent le ciel cherchant les étoiles filantes. Derrière eux la porte de la maison s’ouvre et, sur une douce musique, la mère arrive pour rappeler à son fils qu’il est l’heure d’aller dormir car il y a école le lendemain.  Durant la nuit, alors que retentit le tonnerre et que la foudre éclaire le ciel, le fils se réveille et va à la fenêtre regarder le jardin. Ce n’est pas la lumière de la foudre qu’il aperçoit mais un faisceau lumineux directionnel qui balaie le sol du jardin. Effrayé, il voit descendre du ciel un très grand objet brun baigné dans une lumière bleue qui se pose derrière le jardin, s’enfonçant dans le sol. Le temps qu’il réveille et alerte ses parents, l’objet a disparu. Le lendemain, le père a une attitude étrange, hébétée. Son fils remarque qu’il a un trou derrière la tête à la base de la colonne vertébrale. Progressivement, il va se rendre compte que la plupart des adultes et des enfants de son entourage, à la maison et à l’école, ne sont plus les mêmes. Mais quand il s’inquiète, ces copies lui répondent « Everything is fine, now »  ( Invaders from Mars Tobe Hopper 1986)

Dans Invaders from Mars (1986) comme dans Invasion of the Body Snatchers (1978), les spectateur comme les héros se mettent à soupçonner des proches humains au comportement étrange. Cette étrangeté tient à trois choses : un grand calme, des actions mécaniques et comme nous venons de le voir la répétion d’une phrase assurant que tout va bien. La plupart des personnes présentant ce comportement ont aussi pour particularité d’occuper une fonction qui leur permet d’exercer un contrôle sur la société (élus, forces de l’ordre, scientifiques, corps enseignant). Les extra-terrestres contrôlant les postes clefs et s’étant appropriés les espaces domestiques et professionnels, il ne reste plus d’espaces vers lesquels fuir ou de personnes vers lesquelles se tourner pour les rares humains qui ont réalisé qu’une invasion était en cours. Ces résistants sont poursuivis par les extra-terrestres qui ont échoué à les remplacer au sein de l’espace domestique. »Tout aurait été tellement plus simple si vous aviez été vous coucher hier soir »  (Invasion of the Body Snatchers 1956). 

L’irruption de la sauvagerie dans le chez-soi

Comme le fait remarquer Françoise Buisson (2012), la narration de la hantise part d’une opposition entre un territoire extérieur sauvage où tout pourrait arriver et un territoire intérieur pacifié où les habitants sont en sécurité. Or c’est dans cet espace qu’ils vont être pris pour cible. Le mécanisme est le même dans les films dont nous parlons aujourd’hui. La sauvagerie et la monstruosité surviennent dans des espaces domestiques pacifiés. Il suffit de s’endormir dans un transat dans le jardin pour que le pire se produise… ou de boire un verre dans la véranda. 

L’horreur vient du processus de transformation, du cocon végétal qui produit une copie de l’être humain original, ainsi que de l’intention, « c’est une forme d’une grande puissance qui dépasse l’entendement, une force maléfique« . Les extra-terrestres sont à l’origine des graines, « des graines inconnues, parcourant l’univers depuis des années« ( Invasion from the body snatchers, 1956). La découverte des cosses amène aussi des questions sur ce qu’il advient des humains suite à la copie. « Que font-ils de nous s’ils prennent notre place?  » et amène l’émergence de formes de résistances. « Je n’ai pas envie d’assister à ma propre destruction » et donc à l’affrontement avec les extra-terrestres  « Si ce sont des cosses c’est que ça doit bien pousser sur une plante quelque part » . 

Il n’est pas question de laisser triompher les monstres. « C’est le jour ou nous devons nous battre pour rester humains que nous mesurons à quel point tout ceci est précieux« . ( Invasion from the body snatchers, 1956). Le jeune héros de Invaders from Mars va alerter la NASA et participe à l’assaut final avec les forces armées et l’infirmière de son école. Ils parviennent à repousser les extra-terrestres. Les choses se passent beaucoup moins bien pour les protagonistes de Invasion from the body snatchers pour qui la fuite est vaine. Dans les deux films, un couple parvient à fuir mais dans les deux cas la femme finit par être remplacé au grand désespoir de son partenaire.  « Je n’avais jamais mesurer le sens du mot peur (…) la femme que j’aimais était devenue une ennemie prête à me détruire« . ( Invasion from the body snatchers, 1956). Tout s’ouvre et se conclut sur cette idée d’ennemi de l’intérieur. 

Bibliographie

Buisson Françoise, 2012,  « La maison hantée ou le miroir du territoire à conquérir dans « Dolph Heyliger » de Washington Irving », Transatlantica [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 22 avril 2013, consulté le 25 novembre 2018.

Clémot Hugo, 2011,  « Une lecture des films d’horreur épidémique », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 21 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 26 novembre 2018. 

Franklin Bruce H, 1980, America as Science Fiction, Oxford University Press, Oxford. 

Gomel Elena, 2012,  « Posthuman Voices: Alien Infestation and the Poetics of Subjectivity », Science Fiction Studies, vol. 39, n° 2, July.



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search