Avant d’entrer

« Au XIXe siècle, les maisons sont des lieux privilégiés de hantise et de rencontre avec les fantômes et autres âmes errantes, là où autrefois ceux-ci hantaient peut-être surtout les bois, les montagnes, les marais. » 

Gallard, Sauget, 2017, 26

Nous avons cheminé depuis la forêt, en évitant les montagnes mais pas les marais, la maison, que nous apercevions au loin, se dresse maintenant devant nous. Nous commencerons par en passer le petit portillon pour nous balader dans le jardin où nous attendent des extra-terrestres… mais ça c’est pour la prochaine fois. Aujourd’hui nous voulions vous livrer quelques considérations avant d’entrer. 

« Aucun être vivant ne peut subsister sainement ancré dans un réalisme absolu. Même les alouettes et les sauterelles essaient de rêver.  Hill House, loin du raisonnable, se tenait à l’écart sur les collines et abritait les ténèbres. Elle existait depuis un siècle avant que ma famille ne s’y installe et  tiendrait encore 100 ans. » 

The Haunting of Hill House ( Mike Flanagan, S1 Ep1, 2018)

Alors que le narrateur tient ses propos qui introduisent le premier épisode de la série The Haunting of Hill House (Mike Flanagan, 2018), on voit se succéder à l’écran les images d’une façade en pierres que l’on peine à distinguer à cause de la nuit et du brouillard. Progressivement, les contours se font plus précis. La camera se rapproche. On distingue un manoir de style gothique à étages aux murs de pierre et fenêtres en ogives, avec sur le côté une aile à l’allure de tour moyenâgeuse.  

La découverte de l’extérieur de la maison est un passage obligé des oeuvres portant sur la hantise domestique. 

Des façades marquant l’imaginaire

S. Sauget (2012) souligne que la mode des maisons hantées aux Etats-Unis ne s’éteint pas à la fin du XIX° siècle.

« Les chasseurs de fantôme les plus célèbres du XXe siècle sont sans doute Ed et Lorraine Warren qui ont fondé en 1952 la New England Society for Psychic Research. Ed Warren était démonologue et sa femme, médium extralucide. Ils firent partie des premiers à investiguer le 112 Ocean A venue à Amityville3 en 1977, après le Docteur Hans Holzer et son médium spirite Ethel Meyers. » 

Sauget, 2012, 45

James Wan, réalisateur de Saw (2004) et d’Insiduous (2010)  est à l’initiative d’un ensemble de films lancé par Conjuring : les dossiers Warren (2013) qui actualise des tropes structurants des films d’horreur (maison hantée, poupée et religieuse possédées…).  Les cas Harrisville (Conjuring I, 2013) et Enfield (Conjuring II, 2016) mettent en scène des enquêtes des époux Warren, qui étaient également à la manoeuvre pour un autre cas très célèbre, celui d’Amityville (Amytiville, La maison du diable,1980, Amytiville, le possédé, 1982).  Les façades jouent un rôle fort sur la plupart des affiches (phénomène que l’on retrouve également pour The Haunting of Hille House, 2018)

1980
1982
2013
2018

En regardant ces affiches, on ne voit pas qu’une maison, l’ambiance annonce l’action. On sait ce qui suivra :  des récits de morts violentes, sachant que « Le récit de la mort violente, c’est aussi celui des derniers moments de la victime, de sa mise à mort. » (Villain-Gandossi, 2005). Dans ces récits, la maison se transformera de havre de paix en tueur, sa personnification est incarnée dans 3 des 4 affiches par l’utilisation des fenêtres comme des yeux. Ce motif apparaissait déjà dans Insidious (2010). Très vite Renai, qui habite depuis peu dans une grande maison avec son mari et ses trois enfants acquiert la certitude que la maison est hantée.

« I’m so scared (…) I’m scared for Dalton [fils ainé dans le coma. I’m scande of this house. there’s something wrong with this place. I’m not imaginons it. I can feel it. It’s like a sickness. Ever since we’ve moved in, everything’s just gone wrong. (…). Tinhings move around in hère by themselves. I walk into the kitchen at night to get a drink, I can feel eyes on me.« 

Renai, Insidious, James Wan, 2010

Si ce n’est que dans Insidious, la hantise n’est pas liée à une maison en particulier. La narration bouleverse le schéma habituel, les apparitions interviennent de jour comme de nuit, le spectateur ne peut relâcher son attention, tout peut arriver à chaque instant.

https://www.youtube.com/watch?v=c4rM4QRvNEM
Insidious, James Wan, 2010

A l’intérieur, les normes ne s’appliquent plus

Dans le générique de The Haunting of Hill House (2018), la maison est présentée comme un labyrinthe.

https://www.youtube.com/watch?v=ygqHaCT7erA

C’est pour Michlin (2012) une récurrence des histoires de maison hantée. « most of these works at least allude to the myth of the Minotaur » (Michlin, 2012, 1). Les membres de la famille Crain se perdent en effet dans la maison, certaines pièces étant plus que ce qu’elles paraissent, comme la pièce à la porte rouge. Les épisodes entremêlent histoire du passé et du présent et plus globalement l’ensemble de l’intrigue repose sur une altération du temps qu’incarne la dame au cou tordu. Cette rupture de la linéarité du temps et la sauvagerie régnant à l’intérieur de la maison sont aussi incarnées par la place des végétaux. Dans les scènes du temps présent, le grand hall de la maison est envahi de lianes et de racines, qui grimpent le long de l’escalier central, colonne vertébrale de la maison. 

The Haunting of Hill House, 2018, source : IMDB

Pour Harrison (1992), il s’agit d’une métaphore d’une décadence et d’une désintégration de la civilisation. Pour l’auteur, dont nous avons abordé les travaux dans un précédent billet,  la forêt incarne l’anarchie, la vie désorganisée, alors que la cité se construit par les institutions. L’envahissement d’un bâtiment par les végétaux incarne un basculement. « Tandis que la cité se désintègre de l’intérieur, la forêt l’envahit de l’extérieur » (Harrison, 1992, p.33).  C’est d’envahissement de végétaux dont il sera question dans le prochain billet puisque nous serons au jardin. 

« Les lieux hantés sont devenus un marché porteur. Tous les États en possèdent plusieurs comme semble le dire le site  hauntedhouses.com » (Sauget, 2012, 46).  Il existe également de nombreuses émissions centrées sur la hantise. Elles associent un lieu, un esprit et des persécutions des vivants pourtant aller jusqu’à la mort violente. 

Pour le programme du jour, nous vous proposons deux documentaires (en anglais). Vous remarquerez que dans les deux cas, la façade du lieu hanté est utilisée pour planter le décor et lancer la narration. En outre, dans la première émission, Haunted Lives : True Ghost Stories (épisode 2, 1992), la porte qui s’ouvre est le motif utilisé pour le propos introductif de l’émission. Nous aurons l’occasion prochainement de parler de ces portes qui ne s’ouvrent pas ou qui auraient mieux faits de rester fermées. 

Bibliographie

Gallard Caroline, Sauget Stéphanie, 2017, « ‪La hantise comme « œuvre du siècle » : un projet de maison hantée pour l’Exposition universelle de 1900‪ », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2017/1 (n° 54), p. 163-178, consulté le 25 novembre 2018. 

Harrison Robert, 1992, Forêt. Essai sur l’imaginaire occidental, Flammarion, Paris, 1992.

Michlin Monica , 2012, « The Haunted House in Contemporary Filmic and Literary Gothic Narratives of Trauma », Transatlantica [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 03 mai 2013, consulté le 25 novembre 2018.

Sauget Stéphanie, 2012,  « Des maisons hantées en Amérique au XIXe siècle», Transatlantica [En ligne], 1, consulté le 25 novembre 2018. 

Vilain-Gandossi Christiane, 2005, « Les multiples narrations d’une mort violente : corps suppliciés, scènes de crime, échos de la société médiatique. Réalité et fiction » In : Les narrations de la mort [en ligne], Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, consulté le 30 novembre 2018. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search