(we are) NOT (Venom)

Je ne suis pas habituée à employer le mot “fan” dans des écrits scientifiques. Je ne parle pas de l’avoir lu dans des ouvrages, notamment d’Henry Jenkins mais de le pratiquer, de commencer à désigner une réalité théorique (je suis sûre que je viens de faire une figure de style) par l’usage de ce mot. 

Vendredi 05 octobre,  avec Frédérique Letourneux, nous mettions le point final à un article consacré aux trajectoires punk. Dans notre dernière relecture, nous nous sommes attardées sur la manière dont nous présentions les enquêté.e.s dans les citations. Sur la trentaine d’entretiens de notre corpus, deux ont été faits auprès de personnes qui n’ont pas de pratiques musicales amateurs ou professionnelles. Comment les qualifier ? “Amateur de musique punk” fut avancé, mais le mot amateur était déjà utilisé pour renvoyer à une pratique musicale non professionnelle. “Fan” ? Aussitôt prononcé le mot nous a mis mal à l’aise sans qu’aucune de nous deux ne soit capable d’expliquer pourquoi de prime abord. Puis en s’appuyant sur les travaux de Dick Hebdige, nous avons chois la notion de “style” qui nous semblait mieux désigner le fait que les personnes interrogées s’étaient engagées dans le punk bien au-delà d’une affection pour la musique en adoptant des représentations et des pratiques structurant l’ensemble de leur vie quotidienne (coiffure, vêtements, tatouage, vie nomade collective, consommation de stupéfiants…). 

Le mardi suivant me voici au cinéma.

La journée a été dure, j’ai attrapé mon train à 4h30 pour aller à Caen et j’ai animé la première de mes trois journées de formation sur le dispositif RSA. J’ai juste eu le temps d’arriver à l’hôtel avant d’enchainer avec une réunion téléphonique pour caler le planning de l’année sur un cours du soir. Pourtant, je me dépêche de clore la conversation à 19H00. Je cours me chercher à manger et je me mets en route pour le cinéma car à 20 minutes de là m’attend Venom. Enfin… C’est moi qui l’attends. Depuis longtemps. J’ai vu et revu la bande annonce. J’ai pris ma place pour l’avant-première il y a 3 semaines. Genre, je me suis aperçue que je ne serais pas à Nantes, j’ai pas dit “tant pis”, j’ai dit “je vais aller le voir à Caen” alors que c’est juste une avant-première précédant d’un jour la sortie et qu’une fois sorti le film restera à l’affiche au minimum 15 jours me laissant de nombreuses occasions de le voir tranquillement.

Mais non. 

Me voilà donc arrivant au cinéma, m’installant dans mon siège, regardant le film, me levant de mon siège, sortant du cinéma, saisissant mon téléphone pour déconseiller à tous les gens que je connais et aux autres de voir ce film.

Affiche officielle du film, Sony studios.

Me voilà donc arrivant au cinéma, m’installant dans mon siège, regardant le film, me levant de mon siège, sortant du cinéma, saisissant mon téléphone pour déconseiller à tous les gens que je connais et aux autres de voir ce film.

L’intensité à la fois des efforts déployés par rapport à la large disponibilité du blockbuster et de mon dépit en sortant font-ils de moi une fan de Venom? 

Eh oui ! Tout ça pour en arriver là !  Je viens de réaliser qu’il existe une notion que je n’arrive pas à employer dans un langage scientifique pour décrire le monde social car je me sens inconfortable quand je l’emploie dans le langage quotidien pour me définir ou qualifier autrui. Ce n’est pas facile d’expliquer pourquoi.  Je ne pense absolument pas que ce soit parce que je perçois les fans comme “comme illettrés, intolérants et faibles“, un défaut des fan studies psychologisantes pointé par Henry Jenkins (2015, en ligne). Le mot “fan” ne renvoie pas pour moi à la stigmatisation de personnes ou de pratiques, cependant j’ai des difficultés à saisir les identités et les pratiques que désigne ce mot. En lisant ce texte de Jenkins, j’ai réalisé qu’il y avait une continuité avec l’analyse développée par Hebdige. 

“L’École de Birmingham a produit des recherches sur les pratiques symboliques de sous-cultures – en particulier les punks, les teddy boys. Par exemple, Dick Hebdidge (1979) a décrit ces sous-cultures comme des « cultures de consommation », nous encourageant à faire attention aux moyens avec lesquels ils créaient du sens en détournant les signes et en leur attribuant des nouveaux sens pour sauver leurs propres besoins expressifs. L’approche de Hebdidge a rassemblé des notions de résistance et d’appropriation, préfigurant la façon dont ces termes étaient utilisés dans les premières communautés fans.”

Mais plus j’en apprends, plus je me dis que le mot “fan” tel que je le comprends renvoie plus à un champ qu’à un concept voire presque à un paradigme (j’ai toujours peur que la foudre me tombe dessus quand je me risque à employer ce terme), pointant la nécessité de saisir le social par “l’importance de la communauté en tant qu’espace alternatif pour la création identitaire et l’expression collective.” (Jenkins, 2015). De ce prisme découle les notions de résistance et de participation pour qualifier les pratiques paradoxales (refuser /adhérer) des fans, entendus comme les personnes aimant (éprouvant une émotion positive forte)  envers un être ou une chose. 

L’écoute de l’épisode consacré à Venom du podcast The Kulturecast va dans ce sens. Le podcast est animé par des fans de cinéma qui prennent autant plaisir à aimer un film qu’à le détester. L’épisode sur Venom fait ainsi la part belle aux blagues sur à quel point le film est mauvais qu’il s’agisse de se moquer de la manière dont le mot “symbiote” est prononcé par les acteurs en V.O., du jeu de Tom Hardy, du design de Venom ou de faire une private joke en comparant à plusieurs reprises Venom à Justice League (film désastreux à de nombreux points de vue). On peut aussi écouter cet épisode en pensant  au savoir commun que partagent les fans et qui orientent la réception du film. En l’espèce, le film s’inscrit dans un lieu commun des films de super-héros, à savoir commencer par décrire l’origine du personnage (origin story), tout en oblitérant complètement la genèse originelle du personnage.

“lorsqu’une Origin Story sort sur les écrans, les attentes et les réactions du fan de comics sont bien souvent diamétralement opposées à celles du spectateur Lambda. En effet, le fan de comics connait par coeur les origines de ses héros. Il les a lues, relues, découvertes d’une autre manière à l’occasion des relaunchs, reboots ou réécritures de ces dernières. Bref ses niveaux d’exigence et de connaissance sont assez élevés. Lorsque notre fan se rend dans une salle obscure, il est forcément pris en tenaille entre l’enthousiasme de voir son héros prendre vie et l’espoir que les origines mises en images correspondent en tous points à celles décrites sur papier. Le visionnage d’un film devient alors bien souvent un jeu des 10 000 erreurs grandeur nature.” (Louyouk [fan de comics], 2016). 

L’introduction du personnage capital est un passage obligé aussi bien pour satisfaire les fans que pour éclairer les néophytes, jusqu’à faire d’une entrée ratée un client d’oeil aux fans, comme le fait de mettre en scène dans le film Deadpool II (2018) une concurrence méta entre la franchise Deadpool et la franchise Wolverine, le personnage de Deadpool ayant été introduit de bien piteuse et absurde manière dans Wolverine Origins (2009). 

Pourquoi rater délibérément cette entrée concernant Venom ? Parce que le scénario doit intégrer des contraintes de droits qui sont en fait le point le plus intéressant du film, pour moi (on se raccroche à ce qu’on peut). Le documentaire Marvel Renaissance (2015) permet de faire le point sur la stratégie cinématographique de la firme. Le 22 décembre 1996, Marvel est déclaré en faillite avant de bénéficier d’un sauvetage miraculeux. 

Nephy, 2013, http://lecrayondor.forumactif.com

Pour faire entrer de l’argent dans les caisses, Marvel se tourne vers Hollywood et vend les droits des super-héros les plus porteurs de son catalogue à la Twenty Century Fox (les X-men, Daredevil, Elektra, Les 4 fantastiques), à Columbia / Sony ( Ghost Rider, Spiderman), à  New Line Cinema (Blade) et à Lionsgate (The Punisher). Puis aux environs de 2006, Marvel qui va beaucoup mieux et surtout réalise les gains financiers potentiels qui lui échappent, décident de lancer son propre studio de cinéma à partir des héros moins populaires qui lui restent en catalogue. C’est ainsi que la saga qui en est aujourd’hui à Avengers : Infinity War (2018) commence il y a dix ans avec L’Incroyable Hulk (2008) et surtout Iron Man (2008). Les studio Marvel et derrière eux Disney qui rachète la firme en 2010 ne vont avoir de cesse de récupérer toutes les licences vendues. 

Ce tic tac qui égraine le temps restant pour sortir des films, Sony l’entend bien et c’est pour cela qu’ils lancent à la va vite un film Venom, dont ils ont les droits, dans lequel il ne peut pas être expliqué l’origine de la créature, liée à Spiderman car ils n’ont plus les droits de Spiderman. La mythologie du personnage est réinventée pour des questions de droits d’auteurs et des enjeux économiques. Alors que lorsque Sony avait produit Spiderman III en 2011 l’histoire de Venom avait pu être racontée approximativement fidèlement au comics car les droits des deux personnages étaient détenus par le même studio.

Le rapport du fan à l’oeuvre ne peut ainsi être séparée du système capitaliste dans lequel il prend place et qui a un effet direct sur le processus de création. En effet, mon désintérêt et ma déception ont été moins éveillé par des choix créatifs que par des choix économiques contraignant le processus de narratif (plus plein d’autres trucs qui vont pas dans ce film, on est bien d’accord). Le résultat final aberrant avait été anticipé bien en amont sur les sites spécialisés. 

Bref, pour finir et replonger dans un Venom plus arachnéen, voilà une petite écoute de podcast assez sympathique sur le parcours de Ryan Stegman, artiste de bande-dessinée travaillant chez Marvel sur Venom. 

Bibliographie

Hebdige Dick, 2008, Le sens du style, Paris, Zones. 

Louyouk, 2016,  “Les Origin Stories des super-héros au cinéma : le mal du siècle“, Pop Fixion, 8 novembre, [en ligne].

Jenkins  Henry, 2015, « Panorama historique des études de fans », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 7, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 14 octobre 2018. DOI : 10.4000/rfsic.1645


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.