Griffes terrorisantes

PEUR : “État affectif plus ou moins durable, pouvant débuter par un choc émotif, fait d’appréhension (pouvant aller jusqu’à l’angoisse) et de trouble (pouvant se manifester physiquement par la pâleur, le tremblement, la paralysie, une activité désordonnée notamment), qui accompagne la prise de conscience ou la représentation d’une menace ou d’un danger réel ou imaginaire.” (CNRLT). 

Quand j’étais à l’école primaire, j’ai vu Freddy. Les griffes de la nuit, (Wes Craven, 1984) dans un car alors qu’on revenait de Paris avec ma classe. Je sais même plus ce que j’ai vu à Paris. Mais je n’ai pas oublié, les jours qui se sont transformés en semaines puis en mois durant lesquels je ne suis pas arrivée à trouver le sommeil ou qui m’ont vu me réveiller en sueur, le coeur battant à tout rompre au milieu de la nuit. 

Et ça va au-delà. Il y a encore dix ans, je n’aurais même pas pu revoir la bande annonce du film sans avoir peur, rien qu’à l’idée de la regarder. 

Et je vous l’aurais pas dit. Honteuse, d’être adulte et terrifiée, comme j’étais honteuse d’être une enfant terrifiée à qui mes parents et camarades expliquaient que ce n’était qu’un film. 

Mais j’étais pas terrifiée par le film. J’étais terrifiée par Freddy, un être qui vous tue quand vous vous assoupissez. Cela veut dire que je n’aurais pas été plus capable d’avoir un DVD chez moi montrant une image de Freddy. La seule chose qui m’a permis de dominer ma peur, c’est de commencer à éprouver de la curiosité scientifique pour elle. La première chose à contenir une image de de Freddy que j’ai acquise c’était un livre sur les monstres, il faisait la couverture. 

J’avais fini par me convaincre, à force d’entendre les autres moquer ma peur, que j’étais la seule truffe à avoir peur de ce monstre. Pour Stéphane de Mesnildot (2016), Freddy est le “dernier monstre mythique du cinéma d’horreur“. Le personnage dépasse le film pour devenir un monstre de la culture populaire au même titre que Dracula. 

Quand j’ai envie de me vider la tête après une journée de travail, j’entre, au choix, chez un libraire, un disquaire ou un magasin de DVD. Aujourd’hui, je suis allée au rayon occasion horreur d’OCD. Il y avait l’intégrale de Freddy. C’est pas la première fois que je l’y vois. La première fois j’étais pas arriver à l’acheter. 

C’est chose faite.

This image has an empty alt attribute; its file name is IMG_5681-1-375x500.jpg

C’est vraiment un acte de rationalisation. Les jaquettes me mettent toujours mal à l’aise. Mais je voulais voir si j’étais capable de regarder les films et pour m’en rendre capable je me suis appuyée sur ma curiosité récente pour les films faisant naitre la peur du domicile. C’est à partir du personne de Krug de La dernière maison sur la gauche (Wes Craven, 1972) que W. Craven crée le personnage de Freddy. Plusieurs de ces films sont centrés sur ce qui s passe à l’intérieur de la maison américaine de la classe moyenne.

Freddy prend place dans l’Amérique triomphante des années 1980, les années Reagan. Pour  S. de Mesnildot, Les griffes de la nuit est un miroir de la période réganienne. Elm street est un nom de rue qu’on trouve dans toutes les villes américaines et aussi le nom de la rue dans laquelle a été tué le président Kennedy. derrières les portes closes se passent des choses terrifiantes, les habitants ont mis à mort Freddy après l’avoir accusé de violenter des enfants. Une fois mort il revient tuer des enfants. Il ne s’en prend pas aux adultes. “Ce personnage de cauchemar ne relève plus directement d’une tradition littéraire, mais dérive à la fois du tueur psychopathe de Psycho et du motif du mort-vivant indestructible.” (Menegaldo, 2001, p.68).

J’ai été terrifiée par Freddy à une époque où j’étais terrorisée par l’idée de mourir. Je ne comprenais pas comment tout le monde arrivait à vaquer à ses occupations quotidiennes tout en sachant que chacun d’entre nous allaient tôt ou tard arrêter d’exister. J’ai fait la paix avec l’idée d’avoir peur de la mort quand je me suis mise à faire de l’éthique clinique. Un jour lors d’un staff réunissant des médecins et des infirmiers à propos du devenir d’un patient très gravement malade. L’objet central de la réunion était de discuter de la manière dont se passait la fin de vie de ce patient. Cela a duré presque 2 heures. Personne n’a prononcé le mot “mort”. Des gens habitués à la côtoyer ne pouvaient pas la nommer. Je suis toujours contre l’idée de disparaître mais  je suis désormais fascinée par le fait que tant de gens fassent semblant de pas se poser la question. 

Enfin, tout ça ne nous dit pas si je vais avoir le courage de regarder ce foutu film. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.