Les employés de la mort : l’Ankou

Alors que les humains se focalisent sur le fait de mourrir (pas top) ou plutôt de vivre le plus longuement possible (assez top) dans les meilleurs conditions possibles (top du top), la Mort doit se taper tout le boulot et peu de gens s’en soucient. Heureusement la Mort est à la tête d’une organisation bien rodée faisant appel à des métiers spécialisés.

CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=32797

Grâce à Retronews, le site de la BnF, j’ai pu découvrir l’un d’eux, l’Ankou, qui officie en terres bretonnes. Dans un billet récent j’évoquais la mise par écrit des légendes cévenoles au début du XX° siècle, c’est à la toute fait du XX° siècle (1893) qu’Anatole le Bras publie un recueil en deux volumes des légendes armoricaines, sobrement intitulé La légende de la mort. Un article du Parisien du 03 décembre 1912 reprend et détaille cette légende, légende de la Mort mais aussi légende de terres provinciales qui fleurent bon l’exotisme et l’ancien temps aux yeux des lecteurs. « Cet amour des choses de la mort explique la Bretagne lointaine, celle où la vie moderne pénètre difficilement, et nous fait comprendre sa haute et sereine gravité, et ce qu’il y a d’un peu mélancolique dans ses plus grandes joies. » car « Voyager en Bretagne (…) c’est fouler le sol classique des ossuaires et des charniers ». 

Voyons un peu plus en détails la fiche de poste de cet émissaire de la Mort. Les citations viennent de l’article du Parisien hors mentions contraires.

Intitulé du poste :  « messager, ouvrier de la mort« .  Travail de nuit « les ténèbres [vous] appartiennent. » Le temps doit être réparti entre les tâches liées à la mort et les relations entre morts et vivants. En effet « les morts doivent demeurer près des vivants, il ne faut pas qu’ils soient chassés du voisinage de leurs parents, qu’ils aiment toujours, auprès desquels ils veillent, et qu’ils assistent à leur façon« . Il appartiendra donc à l’Ankou d’intervenir si les localités envisagent de déplacer leur cimetière en périphérie. Il devra également gérer la population de résidents des dits cimetières notamment lors des évènements importants comme lors de la traversée du cimetière des jeunes enfants avant leur baptême. S’il reste du temps, il sera fortement apprécié que l’Ankou consacre quelques heures à prévenir les paysans de leur mort prochaine afin qu’ils mettent leurs affaires en ordre.

Durée : selon la localisation le poste est à pourvoir en CDI ou en CDD de 12 mois, dans ce second cas le poste est attribué en priorité au dernier mort de l’année précédente au 31 décembre au au premier mort de l’année en cours en date du 1er janvier.

Localisation : Armorique « terre des trépassés » « où les défunts détiennent la plus large place parmi les vivants » « sol antique » « véritable patrie des morts« .

Notre entreprise : nous jouissons d’une réputation excellente en Bretagne où « En face de la maison de Dieu, on voulait « la maison des morts » » « souvent l’ossuaire était plus beau, plus orné, plus monumental que l’église » « inutile de dire que l’Anjou n’est pas oublié dans les décorations de ces ossuaires »

Déplacements à prévoir : l’Ankou « règne sur toute l’Armorique« .

Compétences attendues : vitesse « il passe ainsi qu’un météore« ,   thérianthropie « sous la forme d’une fouine, d’un chat, d’un hibou, d’un cheval égaré« , vision à 360 ° « la tête vire sans cesse au haut de la colonne vertébrale , ainsi qu’un girouette autour de sa tige de fer afin qu’il puisse embrasse d’un seul coup d’œil toute la région qu’il a mission de parcourir« .

Tenue de rigueur exigée : la mission repose en grande partie sur une capacité à créer une forte première (et dernière) impression. Les candidatures masculines de personnes grandes et très minces de préférence avec « des cheveux longs et blancs »  sont particulièrement encouragés, ainsi que celles des squelettes en tout genre. L’employeur s’engage à fournir le chapeau feutre,  le linceul et la faux allant avec la fonction.

Avantages du poste :  véhicule de fonction « un char trainé par deux chevaux« , « l’un maigre, l’autre gras » et deux  assistants « le premier guidant les chevaux et le second ouvrant les barrières des champs et les portes des maisons. »

Rémunération : suppliques et offrandes.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.