La légende de la vieille morte

Hier, mercredi 26 octobre, le beau blog Les carnets de la phonothèque publiait un enregistrement de conte cévenole réalisé par l’ethnologue Pierre Laurence, fondateur de l’association Clair de terre (dont j’avais retenu que le nom était Chair de terre, comme quoi on se refait pas).  Un billet des Carnets de la phonothèque explique le travail de numérisation et de classification effectué sur le fonds sonore déposé à la MSH d’Aix-en-Provence par P. Laurence. L’accès à ce fonds d’archives nécessite un identifiant et un mot de passe, mais on en trouve un extrait d’une dizaine de minutes en fin de billet. La légende racontée est celle de la vieille morte, autant dire que dés le titre j’étais emballée.

« C’était une brave femme qui avait eu un enfant naturel et alors Dieu pour la punir lui avait commandé de faire un trajet, de porter une grande ardoise sur son dos et de faire un long trajet. Quand elle est arrivée  au Plan de Fonmort l’enfant est mort,  Fonmort c’est l’enfant mort. » Ce parcours légendaire permet d’expliquer la toponymie de nombreux lieux, comme celui où l’âne se noya et le sommet où elle-même mourut. « Ca a été raconté de nombreuses façons mais c’est toujours la même signification« .  La conversation se poursuit entre l’enquêtée et l’ethnologue, le nom de chaque lieu semble attaché à une histoire qui survit aux péripéties des intéressés.  On perçoit également dans la conversation le rôle de mémoire vivante des anciens, de plus âgés, qui sont ceux vers lesquels est orienté le chercheur pour entendre et comprendre les légendes. Tout le monde n’étant pas porteur de la même mémoire, ainsi la personne enquêtée dira dans l’entretien que chez elle on n’était pas superstitieux pour expliquer qu’elles ne connaissent pas d’histoires de fées.

L’enregistrement a été déposé sur l‘Internet Archieve.

En cherchant un peu, je me suis rendue compte que cette histoire de la Vieille morte figure en bonne place dans les légendes cévenoles et a suscité l’intérêt des chercheurs pour le croisement qu’elle permet  « Entre légendaire fantastique et légendaire toponymique » titre d’un article publié sur Rives méditerranéennes en 2002. « Ce récit légendaire ne manque pas de susciter des interrogations à plusieurs niveaux: l’identité du personnage principal tout d’abord qui, tout en présentant certaines caractéristiques d’un être fantastique, paraît avoir des ascendances multiples dans la littérature orale; la genèse du récit ensuite, en particulier dans sa dimension de légendaire toponymique; enfin la forte popularité, ancienne et surtout actuelle de ce récit, dont les raisons n’apparaissent pas d’emblée évidentes. » (Ibid).  La première version écrite du récit date de 1937 et est l’oeuvre d’un instituteur cévenol. Dans le récit entendue grâce aux archives de P. Laurence l’enquêtée indique à l’enquêteur que chez elle on ne parlait pas de fées, c’est intéressant car dans le récit fait dans l’article de Rives méditerranéennes, ce n’est pas Dieu qui condamne la vieille ayant enfanté mais les fées. « Malgré son âge très avancé, une femme des environs de Saint-Germain-de-Calberte, a commis une lourde faute et mis au monde un enfant. La fée locale la condamne à arracher une énorme dalle au “Serre des Laupies” et, chargée de cette “laoupio”, à errer sans trêve avec son bébé et son âne. »  Certains récits évoquent également la mort d’un chien. Le récit figurant dans l’article évoque les morts de l’enfant et de l’âne mais également deux morts de la vieille. Elle meurt une première fois de sommeil (le lieu prend le nom de « Mort de Son ». A son réveil, elle essaie de reprendre chemin mais harassée elle abandonne la pierre, la fée la fait mourir au sommet (lieu dit Serre de Vieio Morto). « Chacune des étapes de sa pérégrination, variables en nombre suivant les narrateurs, amène à donner une interprétation d’un élément du paysage ou d’un toponyme. En fin de course, la Vieille laisse choir sa pierre sur le flanc d’une montagne, avant d’aller mourir en son sommet, lui donnant son nom: « Vieille Morte ». Ainsi explique-t-on aussi la présence d’un menhir orné de cupules et de croix, dit « la Pierre de la Vieille », sur la dite montagne. »  Une petite plaque explicative a été déposée sur la pierre par l’instituteur qui a mis le récit par écrit pour la première fois. Depuis la légende a été écrite à plusieurs reprises sur papier et sur la Toile. 

Les deux éléments fantastiques du personnage sont sa force physique, permettant de porter la pierre et sa capacité à enfanter malgré son âge avancé. « Les êtres féminins porteurs de mégalithes, souvent décrits comme des fées, sont assez fréquents dans le légendaire fantastique. » et les mégalithes pouvaient se voir investis de propriétés permettant de combattre la stérilité. Plusieurs légendes cévenoles portent sur des figures de vieille femme défiant leur mortalité, celle « qui « pour tout savoir ne voulait jamais mourir » » et la Vieille des Jours d’emprunts.

De manière plus globale, l’intérêt de ce récit est qu’il lie histoire personnelle et histoire des origines, récit de vie et récit de lieu. « Comme beaucoup de récits fantastiques, il permet d’inscrire des éléments forts du paysage dans un légendaire des temps et des origines« .

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *