La Mort dans Sandman

The Sandman est un comic écrit par Neil Gaiman, publié par DC Comics et illustré par plusieurs artistes différents. La majeure partie des numéros est parue entre 1989 et 1996, Gaiman ayant repris la plume en 2003, puis 2013 pour un nouvel opus situé chronologiquement avant le début de la série originale. Il est difficile de le classifier dans un genre spécifique : Gaiman emprunte à l’horreur et à la fantasy, mais se plaît également à représenter la vie de Shakespeare, ce qui lui donne parfois un aspect de roman historique. L’éditeur, a classé deux numéros de The Sandman dans sa liste des 10 comics  les plus effrayants, en septième et première place.

Le personnage principal de Sandman, Dream, fait référence au marchand de sable amenant le sommeil dans le folklore Scandinave et Européen. Une grande partie de l’oeuvre de Gaiman mobilise ce type de références à des mythologies diverses, européennes ou non–peut-être pour leur permettre de survivre à travers ses histoires, ce qui est l’idée centrale d’American Gods. Dans le comic, Dream est membre des Eternel.le.s,  des frères et soeurs incarnant des « idées » communes à la conscience humaine et animale [1] : Destin, Mort, Rêve, Destruction, Désespoir, Désir et Délire. Leur incarnation dépend de la personne à qui iels se présentent : leurs vêtements changent avec les époques et les aire géographiques, leur couleur de peau se modifie, etc.

Related image

La Mort dans Sandman est le plus souvent représentée comme une jeune femme blanche au style gothique, une croix d’Anubis autour du cou. Deux opus lui sont dédiés (The High Cost of Living et The time of your life), ainsi que plusieurs chapitres (un dans Endless Nights, un dans Sandman #8 et #20) et de courtes histoires dans d’autres ouvrages collectifs (ici et ). Elle apparaît généralement quelques minutes avant la mort du personnage et revient pour l’accompagner là où il doit se rendre. Vers l’enfer, vers le royaume d’une divinité ou d’une autre, ou encore vers leur résurrection, en fonction pour autant que je puisse en juger, de leurs croyances. Contrairement à Dream, décrit comme torturé (même le fond de ses bulles de texte est noir), Death semble plutôt enjouée et amicale quand elle vient chercher un.e mortel.le. Ce qui n’a pas toujours été le cas. Dans A Winter’s tale, elle évoque les difficultés qu’elle éprouve face à sa tâche. Elle a tenté par le passé de refuser d’amener la mort, jusqu’à ce que chaos s’ensuive. Elle a essayé d’être froide et détâchée, avant de passer elle même une journée dans la peau d’une mortelle et de copieusement s’insulter elle-même pour cette attitude.

On trouve donc à la fois une idée universelle et incarnée de la mort (et son incarnation présente), et une infinité possible de vies après la mort, de dieux de la mort. Une manière pour Gaiman de montrer les universaux à travers des mythologies venues de tous les continents—et d’ailleurs, de toutes les planètes.

 

[1] Un autre élément récurrent de l’oeuvre de Gaiman est la figure du chat. Une des histoires de Sandman évoque d’ailleurs la Terre quand elle était dominée par des chats.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.