La science le confirme : dans l’espace personne ne vous entendra crier

C’est en lisant les écrits et regardant les vidéo de Anne Besson sur la fantasy que je me suis familiarisée avec la notion de suspension d’incrédulité. La notion exacte semble être suspension consentie d’incrédulité dont la paternité est attribuée à S. T. Coleridge. Cette notion désigne le fait que le lecteur ou le spectateur consent à accepter la fiction comme une autre réalité ou une réalité non réaliste. Le récit doit être cohérent, avoir une vraisemblance interne dans le fil de la narration et la caractérisation des personnages, mais il peut être dissonant avec les propriétés du monde réel.

Cette notion n’est pas utile qu’au lecteur / spectateur, elle permet au chercheur d’étudier des oeuvres pour elles-mêmes. Mais la tentation du lien entre imaginaire et réalité n’est que suspendue et elle revient souvent, surtout en science-fiction.

De la science-fiction vers le réel, pour mettre l’accent sur les avancées scientifiques qui ont été représentées dans l’imaginaire avant d’être créées dans notre réalité. La saga Star Trek est emblématique de ce mouvement.

Du réel vers la science-fiction pour juger de ce qui est représenté dans l’imaginaire en termes de correct et de faux, c’est-à-dire de conforme ou non à notre connaissance du réel.

Au début de cette séquence il est question du son. C’est également le point de départ de l’article publié aujourd’hui dans The conversation par 

J’évoquais en préambule la notion de suspension d’incrédulité car l’article a pris pour titre une injonction « ne vous laissez plus avoir au cinéma!« . Mais alors pourquoi y aller ? Dans le cadre d’une rétrospective sur Arnold Badass Schwarzenegger au Cinématographe, j’ai prévu de revoir ce soir Total Recall et demain Terminator. Quel intérêt peut avoir le visionnage de ces films si je ne me fais pas avoir pendant 90 minutes ? L’article est publié dans le cadre de la Fête de la science et pose bien en creux je trouve la question du traitement de l’imaginaire comme données de recherche et support de vulgarisation, le traitement de l’un pouvant entrer en contradiction avec celui de l’autre.

C’est grave docteur ? Un peu mon neveu si l’on s’en tient à des enjeux de légitimité à la fois du cinéma de genre (le terrain) et des cultural studies (le chercheur).

Vous me mettrez bien une troisième couche ? Volontiers, j’aime les mille-feuilles, il y a aussi la légitimité de la science aux yeux du grand public et le détour par le cinéma est utilisé pour susciter l’interêt de ceux dont on présume que sans artefact ils n’en auraient pas. Plus grave le cinéma  induirait « bon nombre d’idées reçues aux non-spécialistes. » (Véricel, 2017).

« Alors, comment faire lorsque l’on n’est pas astrophysicien pour repérer un scénario bancal une explication douteuse, ou un charabia dénué de sens ? « (Véricel, 2017).  Cette question est très intéressante au regard de la notion de suspension consentie d’incrédulité. Cette notion repose sur le postulat que le lecteur / spectateur est incrédule au sens de réaliste et informé, tout le temps sauf quand il se divertit. Sinon, il n’y aurait rien à consentir à suspendre le temps d’un récit. La question telle qu’elle est posée par Véricel induit qu’il n’y a pas suspension mais une crédulité implicite  face à l’imaginaire par défaut de connaissance sur les lois de l’astrophysique.

Un défaut entretenu par Hollywood. « En somme, l’imposante majorité des œuvres de science-fiction, depuis l’apparition du genre, ignorent les effets du vide spatial. « Il est cependant intéressant de noter que depuis 2013, avec la sortie de films comme Gravity, Interstellar ou Seul sur Mars, l’industrie hollywoodienne avance vers une représentation plus fidèle de l’espace, mais toujours de manière imparfaite. Il était temps, Hollywood. » (Véricel, 2017).

Il est 9h29, j’ai moult choses à faire. Je reste là à écrire sur cet article parce que cette importance accordée au principe de réaliste dans l’imaginaire et plus spécifiquement dans la science-fiction me perturbe par ce que je ne sais pas quelle grille de lecture emprunter car j’ai sous les yeux un scientifique me parlant de lois scientifiquement prouvées à l’occasion d’un évènement de valorisation de la science dans un média de vulgarisation scientifique.

Si je mobilise ma grille de lecture de fan de science-fiction, j’aimerais bien qu’on puisse continuer à faire exploser des vaisseaux dans l’espace.

Si je mobilise ma grille de lecture de sociologue, j’aimerais bien … Ben je me rends compte que j’adopte une posture radicalement inverse, parce que la suspension d’incrédulité n’est possible que parce qu’elle ne nécessite pas tant d’efforts que ça et c’est super intéressant de voir sur quoi porte cet effort. On passe une porte des étoiles pour parcourir des distances que je ne peux me représenter pour arriver dans un monde que je me représente très bien, le moyen-âge semblant représenter au mieux ce qu’est pour nous une époque de grande crédulité et de faibles connaissances scientifiques mais où finalement on retrouvera des rapports de pouvoir et de domination correspondant à notre propre contemporanéité.

Si je mobilise une grille de lecture intermédiaire qui associe ma connaissance personnelle du genre et mon intérêt professionnel pour l’interdisciplinarité, j’aimerais bien savoir pourquoi le réaliste du traitement du son et des communications prime sur celui des êtres.  Parce que OK Alien aurait pu intégrer le fait qu’il n’y a pas de son dans l’espace, mais lui on en fait quoi [non pas lui, ni le chat, LUI]

J’ai choisi cette séquence car elle me semble réaliste du point de vue prônée par l’article car les sons très réels que l’on entend (tintements métalliques, ruissellement d’eau, feulement) peuvent réellement être entendus car on n’est pas dans le vide spatial mais dans l’atmosphère pressurisée du vaisseau. En bonus on entend en plus de la musique mais qui imite un bruit biologique connu celui du son du rythme cardiaque. Mais on fait quoi d’Alien ? [à part s’accorder à dire que c’est le monstre le plus cool du monde ].

Si l’on adopte ce point de vue « Le cinéma peine encore aujourd’hui à représenter la science à sa juste valeur. Souvent accompagnée des clichés sur l’apparence du scientifique, ou de son incapacité à communiquer normalement, l’industrie cinématographique empêche le grand public de voir la vraie nature de la science : un monde respecté, épanouissant et exigeant. » (Véricel, 2017) OK. Mais la science n’est pas au singulier. Alien devrait respecter les principes connus  de la  biologique, de la sociologie …

Tout ça non par pour dire qu’on va arriver à un film chiant, j’aime bien des documentaires, mais qu’on va devoir renoncer à faire des films. Prenons Terminator [accordons nous à dire que c’est le second monstre le plus cool du monde ]. Admettons que la cybernétique déclare réaliste l’existence d’une telle créature biomécanique. Sociologiquement, on ne pourra pas prouver qu’elle peut s’intégrer sans être détectée par les humains et on va avoir besoin d’aller plus loin pour l’attester que le test de Turing [probablement un questionnaire sans face-à-face, à moins qu’on envoie un MCF faire des entretiens pour libérer des postes].

En fait, cela va plus loin que renoncer au cinéma de genre, ça pose la question même des prémices du cinéma… irréaliste

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search