Chanson populaire et argent au XVIII° siècle

Dominique Ancelet-Netter propose sur le blog Dire l’évènement un billet issu d’une communication scientifique sur le thème Dire l’événement en mots et chansons : la folle journée du 17 juillet 1720 et la chute du Système de Law. Le corpus traité concerne des chansons qui de 1718 à 1720 ont conté la naissance et la chute de la banque générale de J. Law, première émettrice de papier-monnaie, dont la banqueroute engendrera une émeute le 17 juillet 1720. « Ces chansons légères marquent ainsi une acmé dans « le dit de l’argent ». Par un lexique financier prégnant, technique, élaboré, savant, l’association syntagmatique du champ lexical de l’argent à celui de la grivoiserie, voire de la grossièreté reste aussi dans le ton habituel de ces chansons. »

L’autrice commence par définir la chanson en s’appuyant sur les travaux de Stéphane Hisrchi,  » Selon lui, la chanson est une « production esthétique autonome » qui doit être considérée comme un tout organique associant « texte-musique-interprétation comme éternisation possible d’une fugacité – autrement dit l’art de fixer l’air de notre présent[9] » Les chansons satiriques populaires parisiennes vont prendre le nom de chanson du Pont-neuf, lieu de rendez-vous des bateleurs et chansonniers. L’article comporte de précieuses références théoriques sur l’analyse musicologique de ces chansons, ma lecture personnelle s’est concentrée sur le thème abordé, l’argent.

« Entre la création de la Banque générale en 1716, devenue royale en 1718 et la folle journée du 17 juillet 1720 qui vit une grande émeute avec plusieurs morts, s’écoulent quatre années qui impactèrent durablement les connotations des mots et des images de l’argent en France. »

 

La mort de Louis XIV est la première mort de roi à connaître une interprétation chansonnière satirique. C’est ensuite le régent, Philippe d’Orléans qui en devient la cible, pour ses moeurs, ses dépenses et son incapacité à redresser l’économie du royaume. Il ressort globalement du corpus une « détestation de l’argent dès lors qu’il sort de son rôle traditionnel, ce qui rejoint une ancestrale détestation de l’impôt« . Et c’est ainsi avec joie que ma lecture me ramène à des diableries « Dès le XVIIe siècle, l’imagerie populaire commence à distribuer en nombre les représentations du Grand Diable d’argent déféquant des pièces de monnaies. « Le testament du Diable d’argent » de 1649[18], texte imprimé des collections de la Bibliothèque Mazarine, est suivi très rapidement par une gravure de 1680, « Tous estats tirent à diable d’argent », image du Grand Diable d’argent, patron de la Finance qui a été reprise, colorée et popularisée par l’imagerie d’Epinal du XVIIIe siècle au XXe siècle[19]. » L’affrontement entre Dieu et de Diable est mise en chanson, l’argent incarnant la puissance et la séduction du diable sur fond d’antisémitisme et de peur de l’Etranger.

Le billet propose de larges et nombreux extraits de paroles de chansons populaires, je me contenterais ici de ce couplet :

C’est dans l’infernale boutique,
De cet insigne fanatique,
Qu’on a forgé nos tristes fers.
Jamais la boîte de Pandore
N’enferma tant de maux divers
Que la Banque en a fait éclore[51].

John Law est présenté sous les traits d’un cochon, du diable et / ou d’un alchimiste, plusieurs figures venues du moyen-âge fusionnent, toutes ayant en comment de dire et illustrer le Mal. La fin du billet fournit une piste peu développée mais attirante sur la portée de ce mal qu’est l’argent et plus exactement l’enrichissement proposé par le système de John Law. « Madame Dunoyer écrivit en 1723 : « Je pense que si Dieu n’y eût mis ordre, à la fin les valets seraient devenus des maîtres, et les maîtres des valets[74] ». Cela me permet de faire un parallèle avec une enquête à laquelle je participe depuis cet été et qui m ‘a amenée à me plonger dans l’histoire des fortunes industrielles nantaises où dés le règne de Louis XIV il apparait que « dans une société qui, bien que définie selon d’autres critères de hiérarchisation, reconn[aît] néanmoins désormais, implicitement, l’argent comme un de ses critères de classement » (Lesapagnol, 1990, cité par Pineau-Defois, 2010).

Pour en apprendre plus sur John Law :

Bibliographie

Pineau-Defois L. (2010), « Une élite d’ancien régime : les grands négociants nantais dans la tourmente révolutionnaire (1780-1793) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 359, consulté le 09 septembre 2017.  DOI : 10.4000/ahrf.11481


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *