Z comme recherche

« C’est là le sort réservé à quiconque veut traiter de culture, que de s’aventurer sur des terrains variés qu’il ne possède pas à fond. »            Johan Huizinga, Leiden, 1938

« Purée de purée. »                                                                                                          Elvire Bornand, Nantes, 2017

 

En_ChantierLes imaginaires contemporains de la mort sont construits sur un paradoxe. Ils paraissent nous parler que de fins alors qu’en fait ils célèbrent bien souvent la survie de quelques uns dans une société radicalement modifiée.  Le No future du punk invite à vivre dans un éternel présent. Tout bon film de Zombie ne se finit pas sur les morts mais sur le ou les survivants…. en attendant la suite.

 

Vous avez dit populaire ? 

Valérie Souffron introduit le numéro « Mortels ! » de Socio-anthropologie qu’elle a dirigé en parlant de « cultures non cultivées« 1. L’expression revêt l’intérêt de relever la contrainte normative et le jugement moral et esthétique sur ces cultures véhiculé par des élites juges, jurés et exécutants du Bon (valeur), du Bien  (finalité) et du Souhaitable (pérennité). Ce qui m’insatisfait c’est que l’emploi de l’expression reprend ces normes, naturalisant ce qui demeure un jugement de valeur.

Vous vouliez dire profane ?

La réalité sociale, écrivait Louis-Vincent Thomas, n’est pas faite que de ce que relève l’oeil froid et distancié du savant, c’est aussi « ce que les sujets qui la vivent en pensent et ce pourquoi ils la reproduisent« 2.  la science distingue quatre figures : le génie, le savant, l’amateur et le profane.

Le génie porte un nom, il est unique, connu de tous même si ces théories ne sont compréhensibles que de quelques-uns. Son archétype contemporain est Albert Einstein. Le savant peut être reconnu individuellement pour ses apports à une discipline particulière, au hasard comme Pierre Bourdieu, ou contribuer par ses travaux à la production scientifique collective sans laisser l’empreinte de son individualité, au hasard comme Elvire Bornand (et là s’il y avait un lien vers une page Wikipédia ce serait que mes amis me font une blague). L’amateur n’est pas directement reconnu par le champ scientifique comme un producteur de savoirs mais il alimente les réflexions des savants par les matériaux qu’il collecte. Les amateurs ont grandement contribué à la constitution des sciences du vivant. En sciences sociales cette figure est plus compliquée à identifier bien qu’on trouve par exemple des personnalités comme l’écrivaine Annie Ernaux, identifiées comme ni vraiment savantes, ni totalement profanes.

Le profane est celui qui ne relève d’aucune des autres figures.  Il se définit en creux par ce qu’il n’est pas ou plutôt ce qu’il ne sait pas, le savoir étant associé à l’acquisition scolaire spécialisée d’une culture scientifique  (génie et savant) ou à une capacité de réflexion et de réflexivité par l’observation directe (amateur). Louis-Vincent Thomas propose une définition positive du profane. Celui qui sait parce qu’il le vit.

En fait, je vais plutôt trancher dans le vif

L’intérêt de s’intéresser à la mort à travers ses imaginaires est double. C’est, jusqu’à preuve (et non foi) du contraire, l’une des rares réalités propres à tous les humains. Ils auront tous un jour ou l’autre une expérience directe de la mort et ils le savent. De ce premier intérêt nait le second. Parce que la mort est « puissance en tant qu’elle est angoisse, horreur, moyen de chantage ou d’évasion et de ce fait à l’origine de tout pouvoir et de toute vie sociale« 3, elle peut à tout moment transformer les savants et les amateurs en profanes. C’est une expérience que j’ai pu faire plusieurs fois en colloque et séminaire lorsque j’interviens sur la fin de vie des personnes âgées. Dans la salle, les chercheurs témoignent d’expériences personnelles liées à leurs parents  et grands-parents. Ils pensent à partir de ce qu’ils vivent.

Point de rupture épistémologique suffisamment forte ou de distance préservée, la mort exerce son pouvoir sur chacun de nous, ce que tout féru d’égalité devrait trouver plutôt enthousiasmant. Et comme l’omniprésence de la mort s’accompagne de son déni, c’est en s’intéressant à  objets sociologiques tout aussi répandus que peu considérés qu’on révèle toute la force des imaginaires de notre fin certaine, fin individuelle mais également fin d’un modèle de société.

Si vous voulez en savoir un peu plus sur ce morceau, c’est par ici.

1 « L’imaginaire qui panse. « , Socio-Anthropologie, n°31, 2015, p.9.

2 Les chairs de la morts : corps, mort et Afrique, Paris, éditions sanofi-Synthélabo, 2000, p. 50, cité par Valérie Souffron, ibid. 

3. Urbain J-D, « Kratos et Thanatos », préface à  Louis-Vincent Thomas, Mort et pouvoir, Paris, Payot, 1999,cité par Valérie Souffron, ibid.