Archives par mot-clé : mythe

Figures du monstrueux : Médée en BD

Médée est-elle encore un monstre ?

Le  titre choisi par Julie Gallego pour sa présentation de l’oeuvre de Nancy Peña (dessin) et Blandine le Callet (scénario) sur le carnet Actualités des études anciennes est alléchant.

Cette bande dessinée propose un traitement réaliste du mythe tout en faisant référence à de nombreuses reprises à l’iconographie et au mythe antiques. Médée est présentée comme une femme savante, débarrassée « de ses oripeaux merveilleux » et éprise d’une liberté qui défie les normes et contraintes sociales de son époque. L’histoire présentée dans la bande dessinée est narrée par une Médée vieille de 1000 ans qui revient sur sa trajectoire biographique au moment où va se terminer sa vie. « Cela fait si longtemps que j’attends ce moment, quelques jours de solitude, pour me souvenir avant de crever. Mais ce n’est pas si simple. Il y a tous ces souvenirs. Mille ans, dix siècles passés sur moi. Trop d’images et de mots entassés, trop de bruits, de visages. Si je les laisse revenir tous ensemble, je sais qu’ils me tueront. N’aie pas peur, vieille carne : c’est la dernière épreuve. Elle sera pénible, c’est sûr, mais la vieillesse t’a rendue coriace. N’aie pas peur. Ce sera comme le reste, tu iras jusqu’au bout. » (t. I, p. 6).

La vieille Médée raconte le parcours de la jeune Médée, femme amoureuse,  chaque tome incarnant une montée dans la violence avec un traitement qui s’écarte de la tradition comme le note Julie Gallego. Médée ne réalise pas ses crimes à l’aide de la magie mais de la science. Lorsqu’il est question de magie, c’est pour montrer comment les puissants s’en servent pour manipuler le peuple. Un bel exemple en est fourni par un échange entre le roi et son conseiller à propos de la Toison d’or, je vous laisse le découvrir dans le billet original.

 

image de couverture : tableau représentant Médée de Anthony Frederick Augustus Sandys.