Archives par mot-clé : classes sociales

La beauté du pire : Le radeau de la Méduse.

Il y a bien longtemps, dans une notre galaxie, l’école primaire organisa un premier voyage à Paris. Je ne me souviens que de trois choses : le long trajet en car, la nuit en Auberge de jeunesse et la visite au Louvre. De la visite au Louvre, je ne me souviens que d’une statue et d’un tableau. La statue, c’était la Victoire de Samothrace, première humiliation culturelle à m’être restée en mémoire, j’ai eu le malheur de demander pourquoi on exposait des statues cassées.

Le tableau, c’était le Radeau de la Méduse de Géricault. Je me souviens d’abord avoir été scotchée par la taille du tableau, je ne savais plus où regarder, je me suis sentie projetée à l’intérieur du tableau. Je suis restée devant jusqu’à ce que ma maîtresse vienne me chercher et j’ai utilisé tous mes sous à la boutique pour m’acheter une reproduction format A4 qui est restée affichée dans ma chambre jusqu’à ce qu’on déménage. J’ai beaucoup inquiété la maîtresse qui a essayé de m’expliquer le sujet du tableau. Je ne comprenais pas qu’elle insiste sur le fait que c’était des personnes mortes et mourantes comme si cela devait être quelque chose qui m’échappait. J’avais bien compris. C’était bien ça qui me fascinait. Tous ces corps dans des mouvements, des positions, des couleurs bizarres où on ne sait parfois pas où commence l’un et où finit
l’autre.  Dans ma chambre je l’ai ensuite scruté de nombreuses fois cherchant le détail de ces corps, remarquant que certains avaient l’air de s’en tirer mieux que d’autres, imaginant des histoires sur comment certains vivants étaient parvenus à escalader les morts pour survivre. J’étais persuadée que le tableau était comme la photographie du moment juste avant le sauvetage. Je voyais bien la mort mais  j’étais concentrée sur la survie, d’où certainement le fait que le caractère macabre du tableau de m’effrayait pas.

Continuer la lecture de La beauté du pire : Le radeau de la Méduse.