Archives de catégorie : Z comme veille

Nouveau blog : Music, sound and conflict

En passant sur la page d’accueil d’hypotheses.org hier, j’ai été attirée par le titre d’un nouveau blog : Music, sound and conflict.

Page d’accueil du blog

Dans sa présentation, le blog indique présenter une recherche centrée sur la dimension politique de la musique et du son en s’intéressant plus particulièrement à leur utilisation dans la propagande,  les conflits et les formes de résistance et résilience qu’ils peuvent engendrer. Le tout aussi bien dans les régimes démocratiques qu’autoritaires. Le principal auteur du blog est Luis Velasco-Pufleau musicologue et musicien.

J’ai été attirée par le propos parce que lors de mon passage à la Philarmonie pour le colloque 40 ans de punk en France, j’ai acheté La musique en colère de de Christophe Traïni qui depuis m’attend tranquillement sur une étagère.

Il y avait déjà trois articles quand j’ai visité le blog le 19 juin 2017, un en anglais et deux en français. De quoi se faire une idée sur les thématiques qui y seront abordées. « « We are the world »: music and propaganda in democracy » propose des extraits d’un article publié par Luis Velasco-Pufleau dans le catalogue d’exposition  After the Fact. Propaganda in the 21st century. « La musique comme voie possible d’une histoire comparée des conflits armés«  présente l’essentiel d’un entretien réalisé en 2014 avec l’historien Didier Francfort. « Improvisation libre : expérimentation musicale et politique » présente le livre de Matthieu Saladin qui « développe une réflexion approfondie sur les implications de l’improvisation libre en tant que pratique musicale liée aux luttes politiques, économiques et sociales de la fin des années 1960 et du début des années 1970.« .

Tout ça m’ayant mis cette chanson dans la tête, il n’y a pas de raison que vous y échappiez, niac, niac, niac etc.

Salut à toi Goeland

C’est en paraphrasant les célèbres paroles d’une chanson punk antifasciste et antiraciste de Bérurier Noir que l’entreprise française de fabrication textile Goeland a tiré sa révérence.

Pendant 28 ans, du bricolage dans une  salle de bain à l’usine en Zone Franche Urbaine, Goeland a produit des vêtements marqués au noms de groupes (punk, metal, rap) et de slogans contre-culturels.    La naissance de l’entreprise tenait à la volonté des membres du groupe Ludwig Von 88 d’exercer un contrôle sur les produits qui en tournée permettent aux groupes d’avoir des rentrées d’argent. Sa fin a la multiplication en France comme à l’étranger de sites permettant à n’importe qui d’imprimer et d’envoyer à coût réduit des vêtements à message.  En prenant connaissance des faits, j’ai l’impression d’un DIY qui reviendrait en boomerang intériorisé par le système capitaliste. Encore un sujet catégorie « OMG faut absolument bosser dessus ».

Voilà quelques éléments s’appuyant sur la lecture de l’article « Du punk au business, la petite entreprise de François, ex-Ludvig von 88 » de Iris Ollivault et Thibault Delavigne publié le 03 octobre 2014 sur le site Street Press.

Merchandising pour ados rebelles

J’emprunte cette expression à l’article. Les auteurs reviennent à plusieurs reprises sur le fait que l’achat du type de vêtements  et d’accessoires (coque téléphone par exemple) vendus par Goeland correspond à un comportement adolescent. On retrouve le lien entre culture juvénile  et style développée par Hebdidge (1).  « Aux puristes, clients de la première heure, s’ajoutent les « gamins qui passent par des phases de recherche » m’explique Stéphane, le gérant de la boutique, en m’assurant que le motif tête de mort et les slogans punks sont indémodables chez les teens. Sur son site, Goeland leur propose jusqu’à 9.000 références. De quoi accompagner toutes les étapes d’une bonne crise d’adolescence. » L’expression merchandising marque quant à l’elle l’extension de la gamme de produits, du t-shirt de groupes de punk à un vaste ensemble de vêtements et d’accessoires dépassant le cadre de la musique.

Dans l’article, il est question de la jeunesse des entrepreneurs comme de leurs clients. Dés le début de l’article, des adolescentes « gloussent » en essayant des vêtements dans la boutique parisienne sous le regard du gérant « un écarteur dans chaque oreille » et qui porte lui-même un vieux t-shirt de Metal. Je trouve cette opposition implicite très présente aussi bien dans mes lectures que dans mes entretiens. On pourrait dire qu’il s’agit d’une mise en tension entre « les purs » et les « consommateurs », entre « les connaisseurs » et « suiveurs de mode » ou entre « l’âge d’or » et « l’époque du tout fout le camp ». On retrouve cela plusieurs fois dans l’article. Le sens de l’achat et avec lui d’objets qui  » sont amenés à signifier et à être resignifiés en tant que « style » sous-culturel. » (Hebdige, 2008) servent à questionner le modèle économique de l’entreprise Goeland.

L’éthique punk et l’esprit du capitaliste

[je m’interromps le temps d’aller cocher dans ma to-do list de vie le fait de paraphraser le titre du premier bouquin que j’ai acheté en socio]. 

En relatant de la parcours de l’entreprise Goeland et de l’entrepreneur, François Gondry, ancien membre de Ludwig von 88, l’article souligne une évolution allant du bricolage domestique à l’entreprise organisée florissante puis déclinante. On peut voir dans cette évolution une tension entre valeurs de sociabilité et de performance.

Au départ, la qualité des t-shirt est faible, ils ont principalement le mérite d’exister et de permettre aux groupes de punk français d’avoir un contrôle sur la vente de produits dérivés. Français Gondry apprend sur le tas, dans l’espace domestique, sa salle de bain puis sa cave, et en mobilisant un réseau de connaissances. « « Je fais le tour des vendeurs de produits de sérigraphie avec mes cheveux bleus, ma 304 peugeot violette et mon fils Jules, qui a quelques mois, sur le dos. Les mecs sont sympas, me filent des conseils, du matos gratuit et me rendent des services. » (Gondry, cité par Ollivault et Delavigne).

L’entreprise prend de l’ampleur et pour pouvoir investir dans des machines, le punk entrepreneur s’associe à de ces rares amis ayant un travail fixe et de l’épargne. Il deviendra directeur commercial de l’entreprise. Dans les années 1990, les produits se diversifient entrainant une série de questionnements successifs sur le sens de l’activité. La sous-culture (toujours pour parler comme Hebdige) dans laquelle s’inscrit Goeland est interprétée de manière de plus en plus extensive : du punk au metal et au rap, des groupes français à la reproduction de t-shirt de grands groupes internationaux. La limite semblant s’incarner dans le fait que l’entreprise n’ira pas jusqu’à commercialiser « des T-shirts de Johnny« . (cité par Ollivault et Delavigne).

Telle que l’histoire est narrée dans l’article, la bataille sur le sens précède la bataille sur les compétences, mais l’entreprise prenant de l’ampleur, il semble de plus en plus difficile de continuer à recruter par cooptation dans le réseau de sociabilité. Selon le responsable du marketing « Suite à quelques mauvaises expériences avec des connaissances, François s’oriente vers des profils qui correspondent plus à la fiche de poste qu’il veut remplir » (cité par Ollivault et Delavigne). Au tournant des années 2000, à la moitié de sa vie, le projet s’est complètement professionnalisé et inséré dans l’économie de marché jusqu’à affronter dans les années 2010 l’épreuve des licenciements. On y retrouve le conflit de valeurs qui semble avoir accompagné l’ensemble du projet. A partir de 2017, Goeland ferme ses lieux de vente physique. En 2017, c’est le site de vente en ligne qui ferme.

 

(1) Hebdige D., 2008,  Sous-culture. Le sens du style, Paris, Zones. Première parution en langue originale  1979.

La planète sauvage sur Arte

le 12 juin Arte a diffusé en seconde partie de soirée une version restaurée de l’animé La Planète sauvage (René Laloux, 1973), qui remporta le prix du jury à Cannes et a rejoint les oeuvres dites cultes. Historiquement, il s’agit du premier animé français pour adultes. Il est fortement inspiré par le courant surréaliste (dessins de Topor) et est souvent décrit comme un exercice cinématographique expérimental (primeur donnée à la musique et au graphisme sur la narration explicative).

On peut voir le film sur le replay du site web d’Arte et sur You Tube.

J’ai eu du mal à entrer dedans car la sexualisation des personnages féminins me gênait vraiment et mon attention s’est progressivement focalisé sur la manière de dessiner les différences de genre ce qui est loin du propos du film.

Ce film, inspiré d’un livre de Stefan Wul  relate du point de vue des oms et des draags sur la planète desquels se passe l’action. Les draags sont l’espèce dominante de la planète, ils asservissent les oms qu’ils utilisent comme animaux de compagnie. Les oms ainsi utilisés sont nommés oms de luxe, leurs congénères ne vivant pas en captivité sont appelés omssauvages. Le héros, capturé bébé par un draag après qu’un autre est tué sa mère par jeu, acquiert d’importantes connaissances sur ses maîtres avant de prendre la fuite avec un instrument qui sous la forme d’un serre-tête permet l’accès aux connaissances des draags. Il rejoint un groupe d’oms sauvages avec qui il s’allie pour affronter les draag qui pratiquent un contrôle des espèces par des procédures de désomisation. La peur du nombre qui agite les draag est attisée par le meurtre d’un draag par des oms. Les oms choisissent de quitter la planète en s’introduisant dans un hangar abritant des fusées abandonnées. Ils arrivent sur un satellite, la planète sauvage, sur lequel les draag se livrent à des rituels de méditation par projection mentale. Sous cette forme ils sont fragiles et les oms peuvent les vaincre, créant un nouveau rapport de force qui conduit à la signature d’un traité de paix.

Le film interroge les rapports hiérarchiques entre espèces conçus par l’espèce dominante, la connaissance et la capacité à s’organiser collectivement sont figurées comme les deux principaux moyens de renverser un rapport de domination.

Guerre froide et affrontement entre espèce

Pour le carnet La lucarne, le film met en scène l’affrontement entre l’ouest et l’est durant la guerre froide, la science-fiction ayant là une portée particulière puisque les deux blocs se livrent à une lutte pour la conquête spatiale. « Ce film est l’histoire de la révolte d’un peuple, d’une recherche de liberté qu’ils obtiendront grâce à la connaissance, aux sciences et aux techniques. Les fusées spatiales représentent ici l’aboutissement de leur épopée et symbolisent la technologie de pointe. » (M-C Matéo, La Lucarne). Le billet insiste sur l’importance des sciences et des techniques dans le film, reflet des terrains sur lesquels se construit le pouvoir politique dans les années 60 et 70. J’ai trouvé ce point de vue intéressant à lire car vu de 2017 et même si j’avais évidemment noté les références technicistes, j’ai plutôt été frappée par la mise en scène des rapports entre espèces dans une perspective darwinienne et non-vegan friendly.

Fable écologique et anti-spécisme

Sur le site de Deuxième page, l’oeuvre est abordée dans sa dimension écologique même si là encore les références à la portée émancipatrice de l’acquisition de connaissances est au coeur de l’analyse. Le sous-texte est jugé porteur d’arguments anti-spécistes « Ces créatures supposées supérieures, adeptes de la méditation transcendantale et ayant accès à une sorte de conscience absolue sont dépossédées d’une chose essentielle : l’empathie.«  (A. Gasquez, Deuxième page). Alors que l’argument techniciste pousserait à voir dans la conclusion du film une métaphore de l’équilibre de la terreur en période de guerre froide, l’argument anti-spéciste voit dans cette conclusion une métaphore de l’harmonie entre espèces.

 

 

Que l’on choisisse, ou pas, l’une ou l’autre de ces explications, on retiendra que le film est construit du point de vue des oms.