Archives de catégorie : Z comme corp(u)s

Le Nanaroscope d’Arte : des morts, de l’eau et Uwe Boll

Pas de panorama des nanars sans zombie et Arte nous comble en consacrant deux épisodes sur les dix que comptent sa série aux zombies.

L’épisode 3/10 Le lac des morts-vivants m’a fait découvrir un film français de zombis mais pas que. Y’a aussi la guerre et donc des explosions et des nazis. Y’a aussi l’amour et donc des fesses et seins. Y’a aussi une symphonie aquatique qui m’a rappelé avec émotion les multiples sorties de l’eau des zombis nazis du film Shock Waves dont il est d’ailleurs question dans cet épisode qui mériterait de se regarder un jour de marché à la terrasse d’un café provençal avec un verre de rosé.

Je ne suis pas arrivée à intégrer le player d’Arte, suivez ce lien pour voir l’épisode.

Dans l’épisode 8 consacré à House of the dead le plus intéressant est la place accordée au réalisateur, Uwe Boll, qui semble bien malheureux d’être catégorisé « réalisateur de nanar ». « C’est totalement absurde la manière dont les gens ont réagi. regardez le jeu c’est un shooter de zombies. Quel était le sens profonde du jeu que je n’ai pas respecté dans le film ? »   Cet épisode offre un point de vue intéressant sur la question de la réception dans sa dimension interactive permise par le numérique, ainsi que sur la hiérarchisation des produits culturels.

A voir ici.

La dame en noir

Toc toc toc Qui est là source : youtube
Toc toc toc Qui est là source : youtube

Dans un échange avec une étudiante en puériculture la semaine dernière, nous évoquions la place des enfants et plus particulièrement de la mort des enfants, dans le genre horrifique. Je pointais qu’ils étaient rarement représentés parce que rarement tués, à contrario des adolescents et jeunes adultes. Je soulignais le tabou de certaines morts lié à notre rapport à la vulnérabilité et à la parenlatité, soit en l’espèce l’évitement de la mort des enfants et des animaux de compagnie ( que celui qui n’a jamais appelé son toutou mon bébé me jette la première pierre).  L’étudiante m’a indiqué en retour que je ne tenais pas compte dans mon propos de films tels que La dame en noir, dont j’ignorais en effet jusqu’au titre.  Cette intervention m’a conduite à me questionner une énième fois sur les critères qui délimitent le périmètre de mon corpus.

Je suis convaincue, avant même d’avoir vu La dame en noir, que ce film n’est pas amené à en faire partie et ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de zombie dedans. Alors pourquoi ?C’est le moment d’appuyer sur le bouton Play et d’espérer avoir la réponse dans 1H31.

« You could have save him« 

Tout d’abord, je ne savais pas à quel point le lien entre chien et enfant s’avèrerait prégnant dans ce film, donc… haha. Ce visionnage était une belle occasion de réaliser l’absence de deux des dimensions qui m’intéressent le plus dans ces films de genre soit l’expérience collective et la dynamique de groupe d’une part et le caractère indéterminé des solutions possibles, d’autre part. Ici le film se concentre sur une trajectoire individuelle, un homme se retrouve malgré lui aux prises avec la mort et il va rechercher et trouver une solution pour s’en débarrasser.

Continuer la lecture de La dame en noir