Archives de catégorie : A lire

Chanson populaire et argent au XVIII° siècle

Dominique Ancelet-Netter propose sur le blog Dire l’évènement un billet issu d’une communication scientifique sur le thème Dire l’événement en mots et chansons : la folle journée du 17 juillet 1720 et la chute du Système de Law. Le corpus traité concerne des chansons qui de 1718 à 1720 ont conté la naissance et la chute de la banque générale de J. Law, première émettrice de papier-monnaie, dont la banqueroute engendrera une émeute le 17 juillet 1720. « Ces chansons légères marquent ainsi une acmé dans « le dit de l’argent ». Par un lexique financier prégnant, technique, élaboré, savant, l’association syntagmatique du champ lexical de l’argent à celui de la grivoiserie, voire de la grossièreté reste aussi dans le ton habituel de ces chansons. »

L’autrice commence par définir la chanson en s’appuyant sur les travaux de Stéphane Hisrchi,  » Selon lui, la chanson est une « production esthétique autonome » qui doit être considérée comme un tout organique associant « texte-musique-interprétation comme éternisation possible d’une fugacité – autrement dit l’art de fixer l’air de notre présent[9] » Les chansons satiriques populaires parisiennes vont prendre le nom de chanson du Pont-neuf, lieu de rendez-vous des bateleurs et chansonniers. L’article comporte de précieuses références théoriques sur l’analyse musicologique de ces chansons, ma lecture personnelle s’est concentrée sur le thème abordé, l’argent.

« Entre la création de la Banque générale en 1716, devenue royale en 1718 et la folle journée du 17 juillet 1720 qui vit une grande émeute avec plusieurs morts, s’écoulent quatre années qui impactèrent durablement les connotations des mots et des images de l’argent en France. »

 

Continuer la lecture de Chanson populaire et argent au XVIII° siècle

Lecture : Entretiens sonores sur les labels phonographiques indépendants français de 1969 à nos jours

Agnès Gallois-Cheillan, Audrey Viault, Luc Verrier et Jean-Rodolphe Zanzotto, « Entretiens sonores sur les labels phonographiques indépendants français de 1969 à nos jours », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 43 | 2017, mis en ligne le 26 août 2017, consulté le 27 août 2017. URL : http://afas.revues.org/3061 ; DOI : 10.4000/afas.3061

Agnès Gallois-Cheillan, Audrey Viault, Luc Verrier et Jean-Rodolphe Zanzotto ont recueilli les témoignages de 20 éditeurs phonographiques français, une recherche lancée en 2012  qui s’aventure sur un terrain peu connu, les archives des labels indépendants sont rares et peu organisées. 

En prenant pour point de départ 1969, les auteurs choisissent de s’intéresser à des productions musicales qui suivent mai 1968 et s’inscrivent dans un registre contestataire . « Les deux labels français alors hégémoniques, Barclay et Vogue, s’intéressent essentiellement au jazz traditionnel et à la chanson française à textes. Cette période va donc voir émerger de nouveaux labels souhaitant défendre ces nouveaux courants musicaux. »

Continuer la lecture de Lecture : Entretiens sonores sur les labels phonographiques indépendants français de 1969 à nos jours

Une diversité sur mesure : cinéma du Sud pour public du nord

Le dernier numéro de Sociologie (2017/2, vol.8) contient un article fort intéressant de Romain Leclerc sur l’organisation du marché français du cinéma du sud, intitulé Une diversité sur mesure: Les conditions d’existence d’un cinéma du « Sud  [sur abonnement].

Pour légitimer l’importance d’une politique nationale de production cinématographique contre le méchant hégémonique Hollywood, la France soutient fortement un ensemble de productions étrangères, investissant par exemple un demi-million d’euros par an dans un « pavillon des cinémas du monde » à Cannes. Elle anime d’autre part un Fonds d’aide au cinéma du monde qui nécessite que le pays demandant une coproduction « doivent avoir ratifié la convention de l’Unesco de 2005 sur la diversité culturelle (votée à l’unanimité moins deux voix – celles d’Israël et des États-Unis) et avoir exclu le secteur audiovisuel lors d’une adhésion éventuelle à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Pour le directeur des relations internationales du CNC, il s’agit en effet de « trouver des leviers pour inciter les gens à rejoindre notre camp contre les forces obscures du marché  « ( citation recueillie par l’auteur à Paris, le 26 décembre 2011)« .  Les coproductions alimentent ensuite les salles d’arts et d’essais européennes ainsi que les festivals, dont celui de Nantes.

Ce soutien sous forme de coproduction s’accompagne d’un recadrage qui vise à proposer un exotisme accessible à un public européen profane.

Continuer la lecture de Une diversité sur mesure : cinéma du Sud pour public du nord

L’extase de la possédée : entre psychiatrie et religion

Philippe Poison a publié sur Criminocorpus une brève attirant mon attention sur un article sur « L’affaire des possédés de Loudun » publié sur Retronews.

Vers 1632 à Loudum, un prêtre, Urbain Grandier, est accusé par des religieuses d’avoir pactisé avec le Diable, le pacte en question sera d’ailleurs présenté comme preuve à son procès, on est loin d’accusations métaphoriques.  C’est au cours d’un exorcisme, que le Diable s’exprime par la bouche des religieuses sur ses forfaits, dénonçant son discipline Grandier.  Ce dernier sera condamné à être brulé vif le 18 aout 1634.

Retronews s’appuie pour narrer les faits sur un article paru dans le journal Le Globe presque deux siècles plus tard en 1825. Il est signé d’un médecin, Alexandre Bertrand, qui reprend la description de l’affaire en substituant à son analyse religieuse une interprétation qu’il nomme philosophique et que l’on qualifierait aujourd’hui de psychiatrique. [Si on était dans un Colombo, je vous dirais dés maintenant que c’est l’hystérie qui a tué].

Continuer la lecture de L’extase de la possédée : entre psychiatrie et religion

La qualité des murs

En Chine, le mur est en acier, L’Equateur pose des panneaux de ciment, entre la Somalie et le Kenya le choix de porte sur un mélange de ciment et de barbelés.

Après avoir présenté quelques murs récents et les matériaux dont ils sont fait, Elisabeth Vallet, met en perspective l’emmurement actuel du monde avec la joie et l’espoir qu’avait suscité la fin du mur de Berlin. Ma première expérience de voyage scolaire avec l’école à l’étranger, classe verte ou grise en l’occurence, c’était en Allemagne à Berlin… à l’automne 1989. J’ai rien compris hein. J’en garde que le souvenirs d’adultes sens dessus dessous qui ne nous calculaient plus du tout et d’un bout de mur que j’avais ramené à mes parents. C’est un peu fou je trouve à l’échelle d’une vie d’avoir à comprendre les réinterprétations constantes du sens moral des choses. 1989, mur = atteinte à la démocratie censée devenir seul système politique du monde. 2017 : mur = protection contre l’extérieur convenant à tous les régimes politiques.

Le monde s’emmure dans l’imaginaire et dans la vie.

Montage d’une déclaration de Donald Trump et d’un extrait de Doomsday (Marshall, 2008), film d’infectés mettant en scène une Angleterre emmurée se protégeant de l’Ecosse.

Montage d’une déclaration de Donald Trump et d’un extrait de Machete (Rodriguez, 2010), film hommage au cinéma d’exploitation mettant en scène la construction d’un mur entre le Mexique et les Etats-Unis.

Le mur est-il notre nouvelle norme de conception des relations à l’autre ?

Continuer la lecture de La qualité des murs