Tous les articles par Elvire Bornand

Mauvais genre : à lire, à voir, à écouter, n°3

Oui j’ai écrit Utopiales partout, mais c’était parce que c’était vraiment bien… enfin jusqu’à ce que 89 999 autres personnes s’y pointent.

C’est la fin …. #oupas

Lors des dernières Utopiales consacrées au Temps il a été bien sûr question d’apocalypse, fin des temps au sens d’anéantissement définitif ou de naissance d’un nouveau monde. Dans les deux deux cas l’idée est bien d’enterrer notre monde actuel dans un mouvement de répulsion / fascination pour les catastrophes et la capacité des hommes à les provoquer, les empêcher ou y survivre.

Le 30 juin dernier, Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz publiaient aux édition Petra un livre dont le titre fait écho à ces interrogations sur le temps, Aux bords de l’irréversible. Sociologie pragmatique des transformations. Ils en ont proposé le 03 novembre une postface, Oser la culture des micromondes face aux désastres globaux sur le carnet de recherche Socio-informatique et argumentation. « Quelque soit le fil que l’on tire, le pire semble donc à peu près certain, sinon de plus en plus probable. (…)  La consultation régulière des chroniques de l’ « ami » Marlowe, qui, entre autres sources, suit les activités de l’ONU Environnement, confirme la propension pessimiste des discours publics, au point de voir les institutions adopter un style collapsologique qui était jusqu’alors plutôt réservé aux prophètes de malheur. » Cette convergence des discours au mieux pessimistes au pire catastrophiques conduit à placer aujourd’hui au premier plan les personnes proposant des interprétations universalisantes sur ce qui est paradoxalement condamné et sauvable, soit la planète, l’humain et le non-humain. Un « nous » global censé trouver refuge soit dans la technologie soit dans un retour à la nature de type survivaliste. Or, pour les auteurs, « il n’est pas légitime à nos yeux de se débarrasser des difficultés propres à l’étude de processus complexes simplement parce qu’il y aurait urgence à adhérer aux grandes causes tournées vers le futur proche, ou plus lointain, d’une humanité conçue comme une entéléchie, agissant au détriment de la planète qui la supporte. »

Parmi les différents thèmes abordés dans l’ouvrage, la partie la plus en lien avec notre propre carnet semble être la fabrique des scénarios et visions du futur. Si les différentes enquêtes du livre portent sur des alertes et controverses réelles, on peut toutefois se demander si l’analyse des discours pourrait être mise en écho avec celle des narrations produites dans l’imaginaire et principalement dans les productions cinématographiques et sérielles qui mettent en images notre perception de ce qu’est une catastrophe et une destruction du monde.

Continuer la lecture de Mauvais genre : à lire, à voir, à écouter, n°3

Les employés de la mort : l’Ankou

Alors que les humains se focalisent sur le fait de mourrir (pas top) ou plutôt de vivre le plus longuement possible (assez top) dans les meilleurs conditions possibles (top du top), la Mort doit se taper tout le boulot et peu de gens s’en soucient. Heureusement la Mort est à la tête d’une organisation bien rodée faisant appel à des métiers spécialisés.

CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=32797

Grâce à Retronews, le site de la BnF, j’ai pu découvrir l’un d’eux, l’Ankou, qui officie en terres bretonnes. Dans un billet récent j’évoquais la mise par écrit des légendes cévenoles au début du XX° siècle, c’est à la toute fait du XX° siècle (1893) qu’Anatole le Bras publie un recueil en deux volumes des légendes armoricaines, sobrement intitulé La légende de la mort. Un article du Parisien du 03 décembre 1912 reprend et détaille cette légende, légende de la Mort mais aussi légende de terres provinciales qui fleurent bon l’exotisme et l’ancien temps aux yeux des lecteurs. « Cet amour des choses de la mort explique la Bretagne lointaine, celle où la vie moderne pénètre difficilement, et nous fait comprendre sa haute et sereine gravité, et ce qu’il y a d’un peu mélancolique dans ses plus grandes joies. » car « Voyager en Bretagne (…) c’est fouler le sol classique des ossuaires et des charniers ». 

Voyons un peu plus en détails la fiche de poste de cet émissaire de la Mort. Les citations viennent de l’article du Parisien hors mentions contraires.

Intitulé du poste :  « messager, ouvrier de la mort« .  Travail de nuit « les ténèbres [vous] appartiennent. » Le temps doit être réparti entre les tâches liées à la mort et les relations entre morts et vivants. En effet « les morts doivent demeurer près des vivants, il ne faut pas qu’ils soient chassés du voisinage de leurs parents, qu’ils aiment toujours, auprès desquels ils veillent, et qu’ils assistent à leur façon« . Il appartiendra donc à l’Ankou d’intervenir si les localités envisagent de déplacer leur cimetière en périphérie. Il devra également gérer la population de résidents des dits cimetières notamment lors des évènements importants comme lors de la traversée du cimetière des jeunes enfants avant leur baptême. S’il reste du temps, il sera fortement apprécié que l’Ankou consacre quelques heures à prévenir les paysans de leur mort prochaine afin qu’ils mettent leurs affaires en ordre.

Durée : selon la localisation le poste est à pourvoir en CDI ou en CDD de 12 mois, dans ce second cas le poste est attribué en priorité au dernier mort de l’année précédente au 31 décembre au au premier mort de l’année en cours en date du 1er janvier.

Localisation : Armorique « terre des trépassés » « où les défunts détiennent la plus large place parmi les vivants » « sol antique » « véritable patrie des morts« .

Notre entreprise : nous jouissons d’une réputation excellente en Bretagne où « En face de la maison de Dieu, on voulait « la maison des morts » » « souvent l’ossuaire était plus beau, plus orné, plus monumental que l’église » « inutile de dire que l’Anjou n’est pas oublié dans les décorations de ces ossuaires »

Déplacements à prévoir : l’Ankou « règne sur toute l’Armorique« .

Compétences attendues : vitesse « il passe ainsi qu’un météore« ,   thérianthropie « sous la forme d’une fouine, d’un chat, d’un hibou, d’un cheval égaré« , vision à 360 ° « la tête vire sans cesse au haut de la colonne vertébrale , ainsi qu’un girouette autour de sa tige de fer afin qu’il puisse embrasse d’un seul coup d’œil toute la région qu’il a mission de parcourir« .

Tenue de rigueur exigée : la mission repose en grande partie sur une capacité à créer une forte première (et dernière) impression. Les candidatures masculines de personnes grandes et très minces de préférence avec « des cheveux longs et blancs »  sont particulièrement encouragés, ainsi que celles des squelettes en tout genre. L’employeur s’engage à fournir le chapeau feutre,  le linceul et la faux allant avec la fonction.

Avantages du poste :  véhicule de fonction « un char trainé par deux chevaux« , « l’un maigre, l’autre gras » et deux  assistants « le premier guidant les chevaux et le second ouvrant les barrières des champs et les portes des maisons. »

Rémunération : suppliques et offrandes.

 

 

Mauvais genre : à lire, à voir, à écouter n°2

Je m’étais fixée comme objectif de faire un billet de veille hebdo, à la fois pour nourrir le blog et pour m’aider à organiser le tas de signets et favoris que j’accumule chaque semaine. Nous sommes quinze jours après le premier billet donc autant dire que ça s’annonce encore être un plan sans accroc. Voici une veille lecture pour paresser au lit en ce dimanche matin.

via GIPHY

Noir c’est noir

Le riche fil twitter de @franceculture vient d’attirer mon attention sur une série d’émission consacrée en 2013 à l’histoire des couleurs de Michel Pastoureau dont une consacrée au noir.  « Le noir c’est la nuit, c’est le monde souterrain et par extension c’est l’enfer, c’est la mort tout ce qui est négatif encore qu’il y a encore un bon noir dont nous parlerons tout a l »heure » (M. Pastoureau). Le noir est associé aux temps des origines, à l’avant vie qui elle est incarnée par la lumière. Mais comme le dit M. Pastoureau dés le début de l’émission le noir a à voir avec les ténèbres souterraines mais aussi avec la fertilité de cette terre.

J’ai lu l’ouvrage de M. Pastoureau après avoir réalisé que je n’entendais pas aborder les oeuvres visuelles ou sonores de mauvais genre en m’appuyant sur des connaissances artistiques. C’est déjà fait et bien fait. Mon projet était plutôt de m’inscrire dans l’anthropologie des corps et des images et le travail sur les couleurs de M. Pastoureau est aussi historique qu’anthropologique. Il permet de mieux comprendre le noir  » inquiétant qui indique la présence du mal, la faute, la maladie, la mort, le péché » (M. Pastoureau) mais aussi couleur de l’autorité humble prisée des princes  puis du clergé, puis robe des magistrats et très tardivement couleur des vêtements de deuil.

Le noir devient tardivement une couleur de rébellion d’abord de drapeau puis de vêtements.

Jeunes filles rebelles

Comment une jeune fille passe-t-elle pour la société d’une oie blanche à une mauvaise fille ? Mercredi à la Fabrique de l’histoire il était question de la pureté des jeunes filles avec notamment les travaux de Caroline Muller dont je vous conseille le blog.

Jeudi, l’émission portait sur les jeunes filles rebelles autour du livre Mauvaises filles  de Véronique Blanchard et David Niget.  Ce livre faisait partie de ma liste #socionoël de l’année dernière et il était bien sous le sapin. J’en ai commencé la lecture par le XX° siècle et le portrait de Virginie, errante et punk. Les photos sont aussi fortes que les textes et il existe d’ailleurs une exposition Mauvaises filles. J’ai progressivement remonté le film jusqu’à son début et découvert l’enfermement des jeunes filles déviantes avec Elise, vagabonde ou Marie, incorrigible. L’émission de La Fabrique souligne les rôles joués par la police et la médecine dans le contrôle des corps, la sanction pénale ne concerne pas des faits mais des comportements, des jeunes filles se trouvent enfermées bien plus longtemps que les jeunes hommes jetés en prisons. 

Un autre livre explore ces dimensions, Vagabondes, les écoles de préservation pour jeunes filles édité à partir d’un fonds de photographies du début du siècle (1929 à 1931) retrouvé et conservé à l’Ecole nationale de la protection judiciaire et de la jeunesse (ENPJJ).

Vers 42 minutes, il est question du punk et de la figure dépolitiésée de la punkette. « On en revient toujours au corps » (Véronique Blanchard).

Ça m’intéresse

Michel Pastoureau a également écrit sur le rouge, couleur du sang, de l’amour mais pas que…   La dernière livraison du fanzine Medusa nous parle de clowns. De nombreux titres de la presse écrite ont fait leur Une voire un numéro spécial autour de l’oeuvre de Stephen King et de sa dernière adaptation cinématographique. Mais en fait chers déjà ou bientôt coulrophobes vous n’avez pas idée du nombre de clowns furieux dont les DVD vous guettent, environ 60 dans ces pages. L’importance accordée par le Fanzine au visuel permet bien de voir ce qui fait le clown (nez rouge sur visage blanc voire cadavérique) et la peur du clown ( bouche dévorante avec des dents nombreuses et aiguisées).

Il y aussi dans ce numéro un dossier sur Amicus, la société de production qui parvient à survivre à la domination exercée par la Hammer sur l’horreur British dans années 1960 et 1970.

Les frais de port sont offerts jusqu’au 6 novembre pour toute commande du fanzine. Joyeux Halloween.

via GIPHY

La légende de la vieille morte

Hier, mercredi 26 octobre, le beau blog Les carnets de la phonothèque publiait un enregistrement de conte cévenole réalisé par l’ethnologue Pierre Laurence, fondateur de l’association Clair de terre (dont j’avais retenu que le nom était Chair de terre, comme quoi on se refait pas).  Un billet des Carnets de la phonothèque explique le travail de numérisation et de classification effectué sur le fonds sonore déposé à la MSH d’Aix-en-Provence par P. Laurence. L’accès à ce fonds d’archives nécessite un identifiant et un mot de passe, mais on en trouve un extrait d’une dizaine de minutes en fin de billet. La légende racontée est celle de la vieille morte, autant dire que dés le titre j’étais emballée.

« C’était une brave femme qui avait eu un enfant naturel et alors Dieu pour la punir lui avait commandé de faire un trajet, de porter une grande ardoise sur son dos et de faire un long trajet. Quand elle est arrivée  au Plan de Fonmort l’enfant est mort,  Fonmort c’est l’enfant mort. » Ce parcours légendaire permet d’expliquer la toponymie de nombreux lieux, comme celui où l’âne se noya et le sommet où elle-même mourut. « Ca a été raconté de nombreuses façons mais c’est toujours la même signification« .  La conversation se poursuit entre l’enquêtée et l’ethnologue, le nom de chaque lieu semble attaché à une histoire qui survit aux péripéties des intéressés.  On perçoit également dans la conversation le rôle de mémoire vivante des anciens, de plus âgés, qui sont ceux vers lesquels est orienté le chercheur pour entendre et comprendre les légendes. Tout le monde n’étant pas porteur de la même mémoire, ainsi la personne enquêtée dira dans l’entretien que chez elle on n’était pas superstitieux pour expliquer qu’elles ne connaissent pas d’histoires de fées.

L’enregistrement a été déposé sur l‘Internet Archieve.

Continuer la lecture de La légende de la vieille morte

Mauvais genre : à lire, à voir, à écouter n°1

Manoeuvres d’entrainement : un astéroïde frôle la terre.

2012 TC4, astéroïde géocroiseur (adjectif indiquant que ça va pas passé loin) a frôlé la terre jeudi à l’heure où la plupart d’entre nous buvions notre café. Frôlé, frôlé, un caillou de la taille d’une maison est passé à 42000 km de la terre. Il est petit, il est loin, mais les risques liés aux petits astéroïdes étant méconnus, son passage a donné lieu à un exercice de défense planétaire. « « Comme cela, le jour où arrivera un objet vraiment dangereux, nous aurons répété plusieurs fois avant  » (Detlef Koschny, codirecteur du segment objets géocroiseurs (Near-Earth Objects) de l’Agence spatiale européenne).
Du coup j’ai regardé à nouveau Deep Impact.

Le Monde, Le passage de l’astéroïde 2012 TC4 va permettre de tester les défenses de la Terre, 11/10/2017, consulté le 12 octobre 2017.

Boulay S. (dir) (2017) Impact des météores aux cratères, Paris, Belin.

L’attaque du Pulp

L’un des pulp disponibles dans cette collection Source : Internet Archive Database

Internet Archive s’appuie sur la section 108h du Copyright Act pour mettre en lignes les pulp datant des années 1923 [date actuelle du passage dans le domaine public] à 1941. Seuls ceux qui sont encore en vente aujourd’hui ne peuvent être mis à disposition libre du public. Cette nouvelle collection s’appelle Sonny Bono Memorial Collection du nom du membre du congrès qui essaya d’étendre les droits d’auteurs à l’éternité moins un jour (forever less a day).

Consultez et téléchargez la collection Sonny Bono Memorial Collection.

En apprendre plus sur le projet

Guerre et alcool

La place de l’alcool durant la première guerre mondiale a longtemps été « pudiquement tu ». Une dépêche de l’AFP met à l’honneur les travaux des historiens qui travaillent sur le rôle de l’ alcool et plus particulièrement du vin durant la grande guerre, « un rôle clef et ambivalent, à la fois béquille du Poilu pour supporter l’horreur, mais aussi fauteur potentiel de désordre. Une consommation qui changea les hommes, et le vin aussi. ». La ration quotidienne du poilu est d’un demi-litre en 1916, le vin n’était pas bu que pour rechercher une alcoolisation mais aussi parce que l’eau propre à la consommation est rare dans les tranchées. « Le vin aura changé les hommes au front, et ceux-vont le lui rendre. Nombre de soldats, originaires de régions à bière ou cidre, vont ramener chez eux le goût –ou l’accoutumance– du vin. Il devient boisson nationale, patriotique, et sa consommation va décoller, à plus de 140 litres par habitant par an. «Le vin est devenu intouchable», résume Charles Ridel. »

Lucand Ch. (2015)  Le pinard des poilus : une histoire du vin en France durant la Grande Guerre (1914-1918), Dijon, Éditions universitaires de Dijon.

Continuer la lecture de Mauvais genre : à lire, à voir, à écouter n°1

Haïti à Nantes : un pays, des rencontres

Cela fait des mois que j’entasse des brouillons sur Haïti, je veux bien évidemment vous parler Haïti et zombies, mais c’est un tout autre chemin qu’on choisit les organisateurs de la programmation Haïti, un pays, des rencontres qui se déroulera à l’espace Cosmopolis (tout près du Katorza) du 18 au 29 octobre.

Le programme est ici.  Je vous recommande particulièrement le documentaire de Raoul Peck, Assistante mortelle, qui montre le rapport de domination produit par l’aide humanitaire internationale au moment du tremblement de terre de 2010. Il est projeté le 22 octobre à 18H00.

 

Le site de la BnF Retronews met en avant cette semaine un article qui nous permet de rentrer dans l’histoire de ce pays, La révolte de Saint-Domingue en 1791. Vincent Cuvilliers propose une revue de presse historique qui montre tout le paradoxe d’un pays qui célèbre sa révolution et proclame les droits de l’homme tout en cherchant à écraser dans l’une des plus florissantes colonies françaises, « « les nègres [qui] s’étaient attroupés dans la plaine qui avoisine le Cap et avaient porté partout l’incendie et le pillage » (extrait du journal Les Révolutions de Paris).

Haiti s’appelle alors Saint-Domingue. Les esclaves, amenés de force d’Afrique et  plus particulièrement du golfe de Guinée, y cultivent  le café, la cane à sucre et l’indigo dans des plantations de propriétaires colons blancs. 100 000 blancs font travailler 500 000 noirs. La nouvelle de la révolution française et surtout de la promulgation des Droits de l’homme et du citoyen suscitent de grands espoirs dans la population esclave et marron (des esclaves en fuite vivant dans les terres). Le 15 mai 1791 un décret est adopté pour rassurer les colons. Il stipule que ne seront considérés comme libres que les hommes et femmes noires nés de parents libres. Mais pour les colons blancs, il s’agit déjà d’un trop grand pas allant dans la direction d’une fin de l’esclavage.

Le 14 aout 1791 les esclaves marrons organisent une cérémonie vaudou nocturne sous un arbre à Bois-Caïman. Elle doit permettre aux différents groupes d’esclaves marrons de se lier pour organiser la révolte tout en leur attribuant des pouvoirs magiques leur permettant de résister aux balles des colons. Le 22 aout la révolte est lancée. Des colons sont tués, des plantations brûlées. La Métropole envoie des troupes. Le conflit fait émerger des figures de leader parmi les révoltés, tel Toussaint Louverture, qui conduit les révoltés jusqu’à l’obtention de l’indépendance de Saint-Domingue, qui prend le nom d’Haïti.

Ces évènements sont l’occasion de rivalités politiques fortes dans les espaces de pouvoir parisiens et permettent de dénigrer les mouvements abolitionnistes en mettant en avant les récits d’atrocités qui parviennent en Métropole. La jeune Haïti ne s’est libérée qu’un temps des colons. Toute l’histoire du pays ne peut être comprise sans examiner le rôle qu’y joue les puissances occidentales, principalement la France et les Etats-Unis. Les mystères et la sauvagerie de l’île vont être narrés par mains explorateurs et écrivains… avec le succès que l’on connait pour la figure du zombie.


Source de l’image de couverture : BnF Représentation de Toussaint Louverture.

La science le confirme : dans l’espace personne ne vous entendra crier

C’est en lisant les écrits et regardant les vidéo de Anne Besson sur la fantasy que je me suis familiarisée avec la notion de suspension d’incrédulité. La notion exacte semble être suspension consentie d’incrédulité dont la paternité est attribuée à S. T. Coleridge. Cette notion désigne le fait que le lecteur ou le spectateur consent à accepter la fiction comme une autre réalité ou une réalité non réaliste. Le récit doit être cohérent, avoir une vraisemblance interne dans le fil de la narration et la caractérisation des personnages, mais il peut être dissonant avec les propriétés du monde réel.

Cette notion n’est pas utile qu’au lecteur / spectateur, elle permet au chercheur d’étudier des oeuvres pour elles-mêmes. Mais la tentation du lien entre imaginaire et réalité n’est que suspendue et elle revient souvent, surtout en science-fiction.

De la science-fiction vers le réel, pour mettre l’accent sur les avancées scientifiques qui ont été représentées dans l’imaginaire avant d’être créées dans notre réalité. La saga Star Trek est emblématique de ce mouvement.

Du réel vers la science-fiction pour juger de ce qui est représenté dans l’imaginaire en termes de correct et de faux, c’est-à-dire de conforme ou non à notre connaissance du réel.

Continuer la lecture de La science le confirme : dans l’espace personne ne vous entendra crier

Figures du monstrueux : Médée en BD

Médée est-elle encore un monstre ?

Le  titre choisi par Julie Gallego pour sa présentation de l’oeuvre de Nancy Peña (dessin) et Blandine le Callet (scénario) sur le carnet Actualités des études anciennes est alléchant.

Cette bande dessinée propose un traitement réaliste du mythe tout en faisant référence à de nombreuses reprises à l’iconographie et au mythe antiques. Médée est présentée comme une femme savante, débarrassée « de ses oripeaux merveilleux » et éprise d’une liberté qui défie les normes et contraintes sociales de son époque. L’histoire présentée dans la bande dessinée est narrée par une Médée vieille de 1000 ans qui revient sur sa trajectoire biographique au moment où va se terminer sa vie. « Cela fait si longtemps que j’attends ce moment, quelques jours de solitude, pour me souvenir avant de crever. Mais ce n’est pas si simple. Il y a tous ces souvenirs. Mille ans, dix siècles passés sur moi. Trop d’images et de mots entassés, trop de bruits, de visages. Si je les laisse revenir tous ensemble, je sais qu’ils me tueront. N’aie pas peur, vieille carne : c’est la dernière épreuve. Elle sera pénible, c’est sûr, mais la vieillesse t’a rendue coriace. N’aie pas peur. Ce sera comme le reste, tu iras jusqu’au bout. » (t. I, p. 6).

La vieille Médée raconte le parcours de la jeune Médée, femme amoureuse,  chaque tome incarnant une montée dans la violence avec un traitement qui s’écarte de la tradition comme le note Julie Gallego. Médée ne réalise pas ses crimes à l’aide de la magie mais de la science. Lorsqu’il est question de magie, c’est pour montrer comment les puissants s’en servent pour manipuler le peuple. Un bel exemple en est fourni par un échange entre le roi et son conseiller à propos de la Toison d’or, je vous laisse le découvrir dans le billet original.

 

image de couverture : tableau représentant Médée de Anthony Frederick Augustus Sandys. 

Cycle Stephen King sur TCM

La chaine payante TCM propose un cycle Stephen King à l’occasion des 70 (!) de l’auteur et le menu est goutu et copieux avec

Une oeuvre adaptée par de grands réalisateurs spécialistes ou non du mauvais genre (De Palma, Romero, Kubrick) et dont on peut faire de multiples lectures notamment sous l’angle du genre :

Un film tous les vendredi, un week end pour rattraper l’éventuelle nuit blanche qui suit (ami.e des animaux, Simetierre point tu ne digéreras), à moins que vous n’enchainiez le samedi avec les Evil Dead programmés pour la séance culte d’octobre.

Chanson populaire et argent au XVIII° siècle

Dominique Ancelet-Netter propose sur le blog Dire l’évènement un billet issu d’une communication scientifique sur le thème Dire l’événement en mots et chansons : la folle journée du 17 juillet 1720 et la chute du Système de Law. Le corpus traité concerne des chansons qui de 1718 à 1720 ont conté la naissance et la chute de la banque générale de J. Law, première émettrice de papier-monnaie, dont la banqueroute engendrera une émeute le 17 juillet 1720. « Ces chansons légères marquent ainsi une acmé dans « le dit de l’argent ». Par un lexique financier prégnant, technique, élaboré, savant, l’association syntagmatique du champ lexical de l’argent à celui de la grivoiserie, voire de la grossièreté reste aussi dans le ton habituel de ces chansons. »

L’autrice commence par définir la chanson en s’appuyant sur les travaux de Stéphane Hisrchi,  » Selon lui, la chanson est une « production esthétique autonome » qui doit être considérée comme un tout organique associant « texte-musique-interprétation comme éternisation possible d’une fugacité – autrement dit l’art de fixer l’air de notre présent[9] » Les chansons satiriques populaires parisiennes vont prendre le nom de chanson du Pont-neuf, lieu de rendez-vous des bateleurs et chansonniers. L’article comporte de précieuses références théoriques sur l’analyse musicologique de ces chansons, ma lecture personnelle s’est concentrée sur le thème abordé, l’argent.

« Entre la création de la Banque générale en 1716, devenue royale en 1718 et la folle journée du 17 juillet 1720 qui vit une grande émeute avec plusieurs morts, s’écoulent quatre années qui impactèrent durablement les connotations des mots et des images de l’argent en France. »

 

Continuer la lecture de Chanson populaire et argent au XVIII° siècle