Tous les articles par Elvire Bornand

Cycle Stephen King sur TCM

La chaine payante TCM propose un cycle Stephen King à l’occasion des 70 (!) de l’auteur et le menu est goutu et copieux avec

Une oeuvre adaptée par de grands réalisateurs spécialistes ou non du mauvais genre (De Palma, Romero, Kubrick) et dont on peut faire de multiples lectures notamment sous l’angle du genre :

Un film tous les vendredi, un week end pour rattraper l’éventuelle nuit blanche qui suit (ami.e des animaux, Simetierre point tu ne digéreras), à moins que vous n’enchainiez le samedi avec les Evil Dead programmés pour la séance culte d’octobre.

Chanson populaire et argent au XVIII° siècle

Dominique Ancelet-Netter propose sur le blog Dire l’évènement un billet issu d’une communication scientifique sur le thème Dire l’événement en mots et chansons : la folle journée du 17 juillet 1720 et la chute du Système de Law. Le corpus traité concerne des chansons qui de 1718 à 1720 ont conté la naissance et la chute de la banque générale de J. Law, première émettrice de papier-monnaie, dont la banqueroute engendrera une émeute le 17 juillet 1720. « Ces chansons légères marquent ainsi une acmé dans « le dit de l’argent ». Par un lexique financier prégnant, technique, élaboré, savant, l’association syntagmatique du champ lexical de l’argent à celui de la grivoiserie, voire de la grossièreté reste aussi dans le ton habituel de ces chansons. »

L’autrice commence par définir la chanson en s’appuyant sur les travaux de Stéphane Hisrchi,  » Selon lui, la chanson est une « production esthétique autonome » qui doit être considérée comme un tout organique associant « texte-musique-interprétation comme éternisation possible d’une fugacité – autrement dit l’art de fixer l’air de notre présent[9] » Les chansons satiriques populaires parisiennes vont prendre le nom de chanson du Pont-neuf, lieu de rendez-vous des bateleurs et chansonniers. L’article comporte de précieuses références théoriques sur l’analyse musicologique de ces chansons, ma lecture personnelle s’est concentrée sur le thème abordé, l’argent.

« Entre la création de la Banque générale en 1716, devenue royale en 1718 et la folle journée du 17 juillet 1720 qui vit une grande émeute avec plusieurs morts, s’écoulent quatre années qui impactèrent durablement les connotations des mots et des images de l’argent en France. »

 

Continuer la lecture de Chanson populaire et argent au XVIII° siècle

Premiers pas d’un maître de la musique hollywoodienne

Au début des années 1960  sur NBC un show télévisé animé par Boris Karloff himself proposait aux téléspectateurs de frissonner devant des contes horrifiques. Aux commandes musicales,  de ce show nommé Thriller se trouve Jerry Goldsmith à qui l’on doit depuis les B.O. de The Omen, Alien, Greemlins,  Poltergeist, Total Recall, La momie, Hantise et il faudrait conclure cette liste par plus que trois petits points.

Les musiques composées pour ce show télévisé sont éditées en CD par Tadlow Music. Le prix n’est pas enthousiasmant à la différence des titres dont voilà un aperçu: The Grim Reaper, Well Of Doom, The Poisoner Yours Truly, Jack The Ripper.

Notez qu’à la même époque que Thriller, J. Goldsmith travaille également sur un autre show télévisé,  La quatrième dimension.

La narration en format audio : Wonder Woman par Power Records

Des extra-terrestres envahissent la terre. Ils viennent en paix. Enfin, elles. Les extra-terrestres sont des femmes venues éclairer les humains sur la supériorité des femmes sur les hommes et permettre aux premières de prendre le pouvoir sur les seconds. Très vite, un mal étrange se met à frapper la population masculine, Wonder Woman va mener l’enquête.

La suite peut être entendue en écoutant le vinyle « Wonder Woman Amazons from space » sorti par Power Records durant l’année 1977-1978 dans un format vinyle seul ou comics + vinyle et un slogan « The action comes alive as you read ».

Publicité présentée sur le blog powerrecord.blogspot.fr

Continuer la lecture de La narration en format audio : Wonder Woman par Power Records

Lecture : Entretiens sonores sur les labels phonographiques indépendants français de 1969 à nos jours

Agnès Gallois-Cheillan, Audrey Viault, Luc Verrier et Jean-Rodolphe Zanzotto, « Entretiens sonores sur les labels phonographiques indépendants français de 1969 à nos jours », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 43 | 2017, mis en ligne le 26 août 2017, consulté le 27 août 2017. URL : http://afas.revues.org/3061 ; DOI : 10.4000/afas.3061

Agnès Gallois-Cheillan, Audrey Viault, Luc Verrier et Jean-Rodolphe Zanzotto ont recueilli les témoignages de 20 éditeurs phonographiques français, une recherche lancée en 2012  qui s’aventure sur un terrain peu connu, les archives des labels indépendants sont rares et peu organisées. 

En prenant pour point de départ 1969, les auteurs choisissent de s’intéresser à des productions musicales qui suivent mai 1968 et s’inscrivent dans un registre contestataire . « Les deux labels français alors hégémoniques, Barclay et Vogue, s’intéressent essentiellement au jazz traditionnel et à la chanson française à textes. Cette période va donc voir émerger de nouveaux labels souhaitant défendre ces nouveaux courants musicaux. »

Continuer la lecture de Lecture : Entretiens sonores sur les labels phonographiques indépendants français de 1969 à nos jours

La distinction version 2017 : un mec en costume de tique

Amazon  propose  ce vendredi sur sa plateforme Prime la première saison de The Tick. Suivant l’exemple de Netflix, Amazon poursuit une politique ambitieuse de production de web series destinées à attirer l’attention des critiques et des festivals tout en remportant des succès d’audience. Pour cela elle puise dans l’existant. Philip K. Dick pour The Man in the High Castle (2015-), Neil Gaiman pour Amercian Gods (2017-). The Tick, personnage créé en 1986 par Ben Edlund a une origine de moins grande noblesse littéraire si je puis dire mais revêt des caractères de distinction intéressants. C’est une production issue du comics indépendant, oui bande d’esprits chagrins je vous vois ajouter « donc moins cher » mais pas que. C’est le petit pas de côté qui permet de faire dans le comics distingué, bande d’esprits chagrins, cette fois vous ajouter « donc chiant ».

Pas du tout.

Continuer la lecture de La distinction version 2017 : un mec en costume de tique

Crise d’adolescence et magie noire : Pyewacket

« La magie noire commence avec toi et finit en toi » dit un inconnu au téléphone à une adolescente contrariée.

Celle dernière est très en colère contre sa mère depuis la mort de son père et pour couronner le tout maman désapprouve ses nouveaux amis et sa toute jeune passion pour l’occulte.

Une seule solution raisonnable.

Invoquer le démon Pyewacket pour qu’il se débarrasse de maman. Hachetague faitesdesgosses.

Magistrats et sorciers : promenons-nous dans les bois pourvu que le loup y soit

INA Emission Magistrats et sorciers. Copie d’écran.

Les deux protagonistes de l’émission Histoire des gens du 4 aout 1976 ayant pour thème « Magistrats et sorciers » ont jugé que la campagne déserte de l’automne à l’heure ou se couche le soleil produirait un bel effet. Il faut ce qui faut. On alertera donc promenade in situ, séquences de fiction filmées pour l’occasion (photos en couleur dans la suite du texte) et extraits du film Mère Jeanne des Anges de Kawalerowicz (1961) (photos en noir et blanc dans la suite du texte).

On attaque d’entrée de jeu pendant le générique par un échange sur le nombre de personnes que les magistrats ont envoyé au bucher. L’historien invité est Robert Mandrou, l’animateur, Pierre Dumayet. ils veulent savoir comment et pourquoi s’est brutalement arrêtée la chasse aux sorcières et… ils sont poursuivis par une petite fille.

J’ai donc assez bon espoir de pouvoir à nouveau parler de rapports de genre et mon imagination m’emportant de chaudron et de cannibalisme, même si à sa place je choisirai de la viande plus tendre.

Continuer la lecture de Magistrats et sorciers : promenons-nous dans les bois pourvu que le loup y soit

Une diversité sur mesure : cinéma du Sud pour public du nord

Le dernier numéro de Sociologie (2017/2, vol.8) contient un article fort intéressant de Romain Leclerc sur l’organisation du marché français du cinéma du sud, intitulé Une diversité sur mesure: Les conditions d’existence d’un cinéma du « Sud  [sur abonnement].

Pour légitimer l’importance d’une politique nationale de production cinématographique contre le méchant hégémonique Hollywood, la France soutient fortement un ensemble de productions étrangères, investissant par exemple un demi-million d’euros par an dans un « pavillon des cinémas du monde » à Cannes. Elle anime d’autre part un Fonds d’aide au cinéma du monde qui nécessite que le pays demandant une coproduction « doivent avoir ratifié la convention de l’Unesco de 2005 sur la diversité culturelle (votée à l’unanimité moins deux voix – celles d’Israël et des États-Unis) et avoir exclu le secteur audiovisuel lors d’une adhésion éventuelle à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Pour le directeur des relations internationales du CNC, il s’agit en effet de « trouver des leviers pour inciter les gens à rejoindre notre camp contre les forces obscures du marché  « ( citation recueillie par l’auteur à Paris, le 26 décembre 2011)« .  Les coproductions alimentent ensuite les salles d’arts et d’essais européennes ainsi que les festivals, dont celui de Nantes.

Ce soutien sous forme de coproduction s’accompagne d’un recadrage qui vise à proposer un exotisme accessible à un public européen profane.

Continuer la lecture de Une diversité sur mesure : cinéma du Sud pour public du nord

Possession

Le traitement médiatique des affaires de sorcellerie

(classement chronologique des références).

« Erotomanie chez les Ursulines« , Le Monde, 29/07/2014, consulté le 21 aout 2017.

« Le diable dans la peau« , Apostrophes, 10/06/1988, consulté le 21 aout 2017. [abonnement nécessaire]

« Magistrats et sorciers« , Histoire des gens, 4/08/10976, consulté le 22 aout 2017. [abonnement nécessaire]

« Les possédées de Loudun« , Alain Decaux raconte, 04/06/1976, consulté le 21 aout 2017. [abonnement nécessaire]

Le traitement scientifique des témoignages de sorcellerie

(classement alphabétique des références).

Fanlo, J-. (2011)  Du rituel au procès : l’affaire Gaufridy dans l’Histoire admirable de Michaëlis et dans les Histoires tragiques de François de Rosset. Réforme, Humanisme, Renaissance, n°73,  119-130. doi : 10.3406/rhren.2011.3149,  consulté le 22 août 2017.

Houdard, S.(2013) La possession de Loudun (1632-1637).  Communications, 92, 37-49., consulté le 23 aout 2017. DOI : 10.3406/comm.2013.2691,

Houdard, S. (2009) Une vie cachée chez les diables. L’irréligion de Jeanne Fery, ex-possédée et pseudo-religieuseL’Atelier du Centre de recherches historiques, 04, consulté le 23 août 2017.DOI : 10.4000/acrh.1227

Gimaret, A.  (2011) L’Autobiographie de Jeanne des Anges (1644) : histoire d’une âme ou réécriture d’une affaire de possession ? , Études Épistémè, 19.  DOI : 10.4000/episteme.626, , consulté le 22 août 2017

Propositions théoriques pour une analyse de la possession

Houdard, S. ( 2013)  La possession de Loudun (1632-1637). Communications, 92, 37-49, lien vérifié le 28 aout 2017. doi : 10.3406/comm.2013.2691

La loi du genre : Futurs

C’est la rentrée et c’est aussi la fin du monde.

via GIPHY

En effet, si la  programmation de l’année du cycle La Loi du genre au Cinématographe s’intitule Futurs… John Connor et Snake Plissken se joignent à moi pour ajouter « ou pas ». Le pluriel du thème est là pour souligner une programmation éclectique avec du vilain, du chou et du drôle.

Voici le programme :

Terminator de James Cameron
NUM • RÉÉDITION

– – vendredi 6/10 18:30 – – samedi 7/10 21:00 – – lundi 9/10 20:45

Total Recall de Paul Verhoeven
NUM • RÉÉDITION

– – mardi 4/10 18:30 – – vendredi 6/10 20:45 – – samedi 7/10 16:30

> Conférence sur Arnold Schwarzenegger par Jérôme Momcilovic
(entrée libre)

samedi 7 octobre à 19:00

New-York 1997 (Escape from New-York) de John Carpenter
NUM • RÉEDITION

– – mercredi 18/1018:30 – – vendredi 20/10 18:30 – – lundi 23/10 20:30*
*séance Vidéodrome, suivi d’une analyse et d’un échange proposés par Antoine Bourg

Retour vers le futur 2 (Back to the Future 2) de Robert Zemeckis
NUM • RÉEDITION

– – mercredi 1/11 18:30 – – vendredi 3/11 20:30 – – samedi 4/11 18:15

Stalker de Andreï Tarkovski
NUM • RÉEDITION

– – mercredi 15/11 18:00 – – vendredi 17/11 18:00 – – samedi 18/11 21:00

Steak de Quentin Dupieux
– – mercredi 29/11 18:30 – – vendredi 1/12 18:30 – – samedi 2/12 21:00

Wall-E de Andrew Stanton
NUM

– – mercredi 13/12 14:30 – – jeudi 14/12 20:30 – – dimanche 17/12 14:30

L’extase de la possédée : entre psychiatrie et religion

Philippe Poison a publié sur Criminocorpus une brève attirant mon attention sur un article sur « L’affaire des possédés de Loudun » publié sur Retronews.

Vers 1632 à Loudum, un prêtre, Urbain Grandier, est accusé par des religieuses d’avoir pactisé avec le Diable, le pacte en question sera d’ailleurs présenté comme preuve à son procès, on est loin d’accusations métaphoriques.  C’est au cours d’un exorcisme, que le Diable s’exprime par la bouche des religieuses sur ses forfaits, dénonçant son discipline Grandier.  Ce dernier sera condamné à être brulé vif le 18 aout 1634.

Retronews s’appuie pour narrer les faits sur un article paru dans le journal Le Globe presque deux siècles plus tard en 1825. Il est signé d’un médecin, Alexandre Bertrand, qui reprend la description de l’affaire en substituant à son analyse religieuse une interprétation qu’il nomme philosophique et que l’on qualifierait aujourd’hui de psychiatrique. [Si on était dans un Colombo, je vous dirais dés maintenant que c’est l’hystérie qui a tué].

Continuer la lecture de L’extase de la possédée : entre psychiatrie et religion

La qualité des murs

En Chine, le mur est en acier, L’Equateur pose des panneaux de ciment, entre la Somalie et le Kenya le choix de porte sur un mélange de ciment et de barbelés.

Après avoir présenté quelques murs récents et les matériaux dont ils sont fait, Elisabeth Vallet, met en perspective l’emmurement actuel du monde avec la joie et l’espoir qu’avait suscité la fin du mur de Berlin. Ma première expérience de voyage scolaire avec l’école à l’étranger, classe verte ou grise en l’occurence, c’était en Allemagne à Berlin… à l’automne 1989. J’ai rien compris hein. J’en garde que le souvenirs d’adultes sens dessus dessous qui ne nous calculaient plus du tout et d’un bout de mur que j’avais ramené à mes parents. C’est un peu fou je trouve à l’échelle d’une vie d’avoir à comprendre les réinterprétations constantes du sens moral des choses. 1989, mur = atteinte à la démocratie censée devenir seul système politique du monde. 2017 : mur = protection contre l’extérieur convenant à tous les régimes politiques.

Le monde s’emmure dans l’imaginaire et dans la vie.

Montage d’une déclaration de Donald Trump et d’un extrait de Doomsday (Marshall, 2008), film d’infectés mettant en scène une Angleterre emmurée se protégeant de l’Ecosse.

Montage d’une déclaration de Donald Trump et d’un extrait de Machete (Rodriguez, 2010), film hommage au cinéma d’exploitation mettant en scène la construction d’un mur entre le Mexique et les Etats-Unis.

Le mur est-il notre nouvelle norme de conception des relations à l’autre ?

Continuer la lecture de La qualité des murs

Radioscopie de la peur : une histoire du film d’horreur

Peut-on prendre plaisir à éprouver de la peur ? « Tout ensemble dans la salle aux fauteuils rouges (…) on se tiendra chaud et on aura moins peur ». C’est la programmation d’été sur France Culture, l’occasion de ré-écouter une émission de Sur les docs, diffusée pour la première fois le 19 mai 2014.

Dés le lancement, on se retrouve face à deux dimensions emblématiques des représentations du cinéma d’horreur. L’animatrice parle de la faible (nulle) représentation du genre horrifique au festival de Cannes. Son premier invité indique qu’il a développé un intérêt pour le genre à l’adolescence. Le cinéma d’horreur : des films oui mais.

Continuer la lecture de Radioscopie de la peur : une histoire du film d’horreur